QUELQUES PRINCIPES DE LA POLITIQUE ETRANGERE DE LA TURQUIE SELON ORAL SANDER

upa-admin 13 Ekim 2016 992 Okunma 0
QUELQUES PRINCIPES DE LA POLITIQUE ETRANGERE DE LA TURQUIE SELON ORAL SANDER

Professeur Oral Sander (1949-1995) était un universitaire connu en Turquie qui avait beaucoup contribué au développement de la branche des Relations Internationales avec ses livres. Dans l’un de ces livres qui s’appelle « La Politique Etrangère de la Turquie » (Türkiye’nin Dış Politikası) il parle de quelques principes fixes dans la diplomatie turc donc c’est pourquoi il marque une importance assez grave.

oral sander

Professeur Oral Sander

Selon Sander, la plus importante caractéristique permanente dans la politique étrangère de la Turquie est son orientation de l’ouest. La Turquie a été établie par Mustafa Kemal Atatürk et son cadre après la démolition de l’Empire Ottomane avec une nouvelle idéologie (Kémalisme) et un nouveau principe: une orientation immuable pour l’Occident. Même si la Turquie a préféré une diplomatie prudente contre la Russie soviétique après la Première Guerre Mondiale à cause de son faible pouvoir économique et militaire, le nouveau Etat a réalisé toujours des reformes pour occidentaliser son system politique, économique et aussi sa société. Après la Deuxième Guerre Mondiale, en raison des menaces de Staline contre l’intégrité territoriale de la Turquie, la Turquie a fait son orientation occidentale plus claire et officielle. Le pays a devenu un membre de l’OTAN et le Conseil de l’Europe. A partir de ces années, la Turquie a toujours gardé sa caractéristique d’être un pays unique avec son orientation occidentale très fort et fixe.

sander türkiye'nin dış politikası

« La Politique Etrangère de la Turquie » (Türkiye’nin Dış Politikası)

Mustafa Kemal était un homme d’Etat réaliste qui a compris que la Turquie doit agir très soigneux dans les affaires internationales comme le nouveau pays n’était plus un empire fort qui est capable de dominer la diplomatie. Alors, la Turquie a voulu développer des relations pacifiques avec la Russie, le nouveau empire communiste dans la région et a adopté une diplomatie de neutralisme. Le principe d’Atatürk « Paix à la maison, paix dans le monde » n’était pas accidentel et temporaire; la Turquie a voulu se concentrer sur son développement économique, démocratique et social au lieu des conquêtes. Cet idéal concorde avec les idéals démocratiques adopté par les pays européens après la Deuxième Guerre Mondiale.

La Turquie a une autre caractéristique fixe: c’est un pays occident et orientale en même temps. La Turquie se situe où l’Europe commence à Istanbul et aussi où elle se termine. La Turquie a toujours des liens forts avec le monde islamique et aussi un pays de l’Orient. C’était un pays « centrale » selon des experts de géopolitique pendant la Guerre Froide; un pays stratégique qui voisinait l’Union Soviétique.

Selon Sander, les relations entre la Turquie et l’Occident ont trois dimensions: (1) les relations entre les Etats-Unis et la Turquie, (2) les relations entre l’OTAN et la Turquie, et (3) les relations entre l’Europe et la Turquie. Sander pense que les relations entre les Etats-Unis et la Turquie étaient plus important et déterminant pendant des années de la Guerre Froide. Il pense que ces relations sont basées en des intérêts réciproques. Ces pays ont défendu le nouveau system politique internationale après la Deuxième Guerre Mondiale (le system des Nations Unies)[1] et se sont opposés à l’expansion communiste. Mais les intérêts de ces pays n’étaient pas toujours en accord. Les Etats-Unis avaient des stratégies globales qui pourraient déranger les comptes régionales de la Turquie. Mais ces deux pays ont toujours gardé leur relation pacifique. Sander pense qu’il y a deux choses qui vont toujours rester concernant les relations turque-américaines: (1) pour les Etats-Unis, la Turquie va toujours être un pays clé dans le Moyen Orient, la Caucasie et les Balkans, et (2) pour la Turquie, l’aide américain dans les affaires militaires, économiques et politiques va toujours être très important à cause des risques de terrorisme dans le Moyen Orient et les menaces qui pourraient émerger de la Russie encore une fois.

La région de la Turquie force ce pays d’adopter des mesures de sécurité. C’est pourquoi, Sander déclare que les idéals naïfs et optimistes ne vont pas aider à la Turquie concernant la politique étrangère. Il aussi disait que ces caractéristiques et principes vont toujours rester dans la diplomatie turque.

 

Dr. Ozan ÖRMECİ

[1] Les déclarations de Monsieur le Président turc, Recep Tayyip Erdoğan, contre le system internationale présente un point de rupture si elles représentent la diplomatie officielle de la Turquie. On ne doit pas oublier que Monsieur Erdoğan est un politicien populiste qui peut utiliser des arguments non-officielles pour des raisons de tactique avant les élections. Mais ce type des arguments ont influencé la diplomatie turque négativement spécialement concernant les relations avec l’Israël.

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.