LES NOTES D’ARBIL

upa-admin 18 Mayıs 2017 976 Okunma 0
LES NOTES D’ARBIL

J’ai participé à une conférence internationale à Arbil la semaine dernière. J’ai eu la chance de visiter Arbil encore une fois après deux ans pour deux jours.[1] Arbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan de l’Irak s’est développée pendant deux années, par contre les problèmes économiques ont ainsi redoublé. Dans cet article, je résumerai mes observations politiques et sociales d’Arbil.

erbil camii erbil cami

Les mosquées d’Arbil

Ma première observation était le ralentissement du contrôle de passeport à l’aéroport d’Istanbul Atatürk. Même les voyageurs internationaux devaient attendre plus que deux heures pour le contrôle. Une police officielle turque me disait que c’est à cause de la destitution des milliers des polices après le coup d’état de l’année dernière.  J’ai vu que les touristes internationales n’étaient pas très contentes d’attendre pendant des heures pour le contrôle de passeport. Cette situation pourrait avoir des effets négatifs sur le tourisme en Turquie et le gouvernement turc doit remplacer les postes bureaucratiques immédiatement.

En Arbil, l’appel à la prière en arabe me semblait un peu diffèrent comparé celle de la Turquie. Je pense que ça peut être lié à la différence de la secte entre les turcs et les kurdes (les Kurdes sont en majorité des Shafis – Shafi’isme). Arbil a une population approximativement de 1.8 million et la capitale kurde est la meilleure ville dans tout l’Irak grâce à sa sécurité et l’atmosphère plus internationale avec plusieurs résidents internationales. De plus, maintenant il existe plus de 30 consulats en Arbil. Les pays importants pour la diplomatie internationale comme les Etats-Unis, le Chine, la Russie, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, l’Espagne, l’Egypte, le Pays-Bas, la Suède, la Jordanie et la Grèce ont des consulats à Arbil. La Turquie a aussi un consulat très actif en Arbil. Certains me disaient que l’Azerbaïdjan peut aussi établir un consulat en Arbil bientôt ; mais je ne sais pas si c’est une rumeur ou la vérité. Toutefois, Arbil est une ville sous l’influence des Etats-Unis. Même que les américains sont invisibles pendant le jour, il y a des milliers des personnels américains civils et militaires. Les jeeps et les voitures américaines sont plus à la mode ici comparé à la Turquie. En outre, le dollar américain est vu comme la deuxième monnaie officielle. Vous pouvez échanger le dollar même dans les rues par les bureaux de change mobiles. Il y a deux universités américaines en Arbil ; une à Suleymaniye et une à Dohuk (Duhok). Les Etats-Unis donnent de l’importance à la région autonome du Kurdistan et il se trouve des plans pour établir des bases militaires permanents ici.[2] Ce projet peut être utile pour la stabilité de la région et la sécurité des kurdes mais quelques experts turcs pensent qu’il peut diminuer l’importance stratégique de la Turquie aussi dans le bloc occidental mené par les Etats-Unis. Le Royaume-Uni aussi est un pays influent en Kurdistan. Il y a même une université britannique ici. En outre, les sociétés d’énergies américaines et britanniques fonctionnent en Kurdistan et possèdent le droit de forage pour le pétrole kurde. En cas de danger comme le DEASH, cette situation peut être considérée comme un avantage pour les kurdes.

erbil kalesi uzaktan

La citadelle d’Arbil

 erbil kalesinde

A la citadelle d’Arbil

 Erbil Stones & Gems Museum

Le musée de des pierres et gemmes

 18403177_10154580031811344_3413215021059086516_n

Une roquette utilisée au massacre de Halabja

La citadelle d’Arbil est toujours ici mais maintenant le drapeau de Kurdistan semblait plus grand à moi. Le drapeau de Kurdistan était un corpus delicti en Turquie avant quelques années mais maintenant la Turquie reçoit le leader kurde Monsieur Massoud Barzani avec le drapeau de Kurdistan dans les milieux diplomatiques. Le premier ministre turc Monsieur Binali Yıldırım défend cette ligne de conduite contre les critiques nationalistes. Il y a aussi un musée des pierres et gemmes à la citadelle d’Arbil qui peut être intéressant pour les touristes. Avec les autres professeurs, on a visité les restaurants d’Arbil et gouté les nourritures kurdes. Le premier jour était comme ça…

lübnan fransız üniversitesi kampüs

Le campus de l’Université Libanaise Française

rektör hanım

Avec le recteur de l’Université Chrétienne Dimitrie Cantemir Madame Cristiana Christureanu

 bilkent erbil college

Le collège de Bilkent Erbil

 18341639_10154580176041344_4231572528426367314_n

Avec les autres professeurs

Le deuxième jour est destiné aux affaires académiques. La conférence a été organisée par l’Université Libanaise Française et l’Université Polytechnique d’Arbil au campus de l’Université Libanaise Française. C’est une université de 10 ans qui offre des programmes en anglais et en kurde mais aussi possède un département en langue française. Il y avait deux ministres qui ont participé à la conférence ; le ministre d’agriculture et le ministre d’éducation supérieure. La région autonome du Kurdistan a déjà établi un ministère spécialisé en éducation supérieure ; ça montre qu’ils veulent développer et se redresser par l’éducation. L’éducation crée des générations cultivées et augmente la qualité du capital sociale et aussi devenait une industrie dans les pays développés. Même qu’il n y a pas beaucoup d’université en Kurdistan maintenant[3], c’est une bonne décision à investir en éducation pour attirer des professeurs et des étudiants d’autres pays de Moyen-Orient. La Turquie a aussi une université ici ; l’Université d’Ishik (Işık) qui a été établie par la communauté islamique de Fethullah Gülen. A cause des problèmes entre le gouvernement turc et la communauté de Gülen causé par l’attentat de coup militaire en l’année dernière, cette université a des problèmes mais elle est encore active. L’Université de Bilkent a aussi un collège turc ici ; le Collège de Bilkent Erbil. La conférence est passée sans aucun problème. Il y a des critiques contre le gouvernement turc mais les kurdes d’Irak savent très bien que leur sécurité et situation économique sont dépendantes à la Turquie. S’ils peuvent continuer à vendre le pétrole kurde et ils peuvent attirer les investissements turcs, Arbil peut devenir « Paris du Moyen-Orient » ou peut rester comme une petite ville de région. Les hôtels ici ont été construits par les businessmen turcs et donc plusieurs turcs et kurdes de Turquie travaillent à Arbil. Alors l’intégration économique peut également apporter une intégration socioculturelle et politique dans l’avenir si elle continue comme aujourd’hui. La Turquie doit ainsi continuer à appliquer cette ligne de conduite pour avoir plus d’influence en Kurdistan.

ırak türkmen cephesi ziyaret

Au front d’Iraki Turkmène

Apres la conférence, j’ai visité également le front d’Irali Turkmène, le parti politique de la minorité turkmène ici. Je pense que défendre les droits des turques en Chypre ou les turkmènes en Irak et Kurdistan n’est pas un acte d’ultranationalisme mais de démocratie. J’ai appris que les turkmènes vivent ensemble avec les kurdes en paix mais ils ont des problèmes économiques. Les universités turques peuvent donner des bourses pour les étudiants turkmènes et kurdes chaque année pour aider les jeunes de Kurdistan. Contre le terrorisme de PKK, cette geste va aider les sociétés de s’intégrer de plus en plus.

Finalement, l’ordre du jour populaire en Kurdistan était le référendum d’indépendance qui pourrait être organisé en aout ou en septembre. Il y a des rumeurs et des nouvelles dans les journaux kurdes sur ce sujet. Monsieur Massoud Barzani est le leader indiscutable des kurdes et il a consolidé son pouvoir dans les années dernières. Mais la fermeture du parlement kurde était un acte négatif pour la démocratie. Monsieur Barzani ne doit pas oublier que Mustafa Kemal Ataturk a dirigé même la guerre d’Independence de la Turquie par le biais de parlement turc. Les kurdes doivent avoir et méritent un parlement démocratique. Mais Monsieur Barzani peut être juste de créer une démocratie rational et limitée car le danger de DAESH et la nature extraordinaire de l’indépendance forcent le leadership kurde d’être très attentif. Une chose est certaine; les kurdes de l’Irak doivent prendre l’appui des pays comme la Turquie et les Etats-Unis pour l’indépendance. Si non, le référendum sera seulement symbolique. J’espère que les turcs et les kurdes vont trouver la voie meilleure dans leur avenir pour vivre en paix ensemble.

Dr. Ozan ORMECI

[1] Pour les observations de ma première visite; http://politikaakademisi.org/les-observations-darbil/.

[2] http://ekurd.net/us-military-bases-iraqi-kurdistan-2016-07-19.

[3] http://cabinet.gov.krd/a/d.aspx?s=010000&l=12&a=18691.

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.