QUELQUES IDÉES SUR LE BESOIN D’UN SYSTÈME DE GOUVERNANCE MONDIALE

upa-admin 09 Kasım 2023 449 Okunma 0
QUELQUES IDÉES SUR LE BESOIN D’UN SYSTÈME DE GOUVERNANCE MONDIALE

Avec les récentes situations de guerre et les tragédies humanitaires en Ukraine et en Palestine, l’incapacité des Nations Unies (ONU) et des cinq membres permanents de son Conseil de sécurité (États-Unis, Fédération de Russie, République populaire de Chine, France et Royaume-Uni) est devenue visible et très bien compris une fois de plus par le monde entier. Alors que des enfants et des femmes ont été/sont assassinés, aucun de ces dirigeants de pays militairement puissants et diplomatiquement influents n’a fait preuve d’un effort sincère et réel pour résoudre les problèmes humanitaires et empêcher la perte de vies innocentes. En fait, nous avons tous été témoins de la capacité de l’humanitaire occidental à créer un système mondial dans lequel la barbarie des époques antérieures perdure. Cela prouve la nécessité d’un nouveau système de gouvernance mondiale avant que le système des Nations Unies et le modèle de Bretton Woods créé par Washington après la Seconde Guerre mondiale ne s’effondrent complètement avec l’augmentation des attaques nationalistes de groupes criminels et terroristes ainsi que des crimes commis par les États.

À ce stade, avant de concevoir un nouveau système, il pourrait être approprié de définir ce qu’est et devrait être la « gouvernance mondiale ». La gouvernance mondiale est un terme populaire dans les relations internationales ces dernières années et fait référence à « un ordre déterminé qui émerge d’institutions, de processus, de normes, d’accords formels et de mécanismes informels qui régulent l’action pour un bien commun ». Ann Florini du Brookings Institute, quant à elle, le définit comme un terme « venu principalement d’un groupe d’universitaires qui étudiaient l’agenda mondial, du changement climatique aux questions de sécurité, en passant par les questions de développement économique, et qui regardaient au fait que beaucoup de ces problèmes étaient à l’échelle mondiale et devaient être gérés à l’échelle mondiale ». Ces définitions se concentrent sur différents aspects d’une même image.

La première chose à dire est sans aucun doute l’objectif de créer un « bien commun » dans la gouvernance mondiale. Ainsi, la gouvernance mondiale ne doit pas être créée pour rendre certaines personnes célèbres et puissantes, mais plutôt pour résoudre des problèmes afin d’assurer le bien commun. Deuxièmement, la définition de Florini souligne la nécessité de travailler sur des « problèmes à l’échelle mondiale » plutôt que sur des questions nationales et locales. Dans le monde d’aujourd’hui, du changement climatique aux guerres et au terrorisme, il existe de nombreux problèmes qu’aucun État puissant ne peut résoudre seul et il est absolument nécessaire de coopérer entre les États et les organisations internationales pour réaliser le modèle de gouvernance mondiale. Le troisième aspect de la gouvernance mondiale est la nécessité d’institutions, de processus et d’accords formels qui pourraient diriger ce processus. Ainsi, en plus des organisations internationales déjà existantes telles que l’ONU, l’Organisation mondiale du commerce, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, l’Organisation mondiale de la santé et la Cour pénale internationale et des accords internationaux, notamment la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’Accord de Paris sur le climat, Convention d’Istanbul et Convention de Genève, nous devons créer de nouvelles institutions pour faire de la gouvernance mondiale un véritable phénomène. Une autre option pourrait consister à réformer et à améliorer ces institutions et à forcer tous les États à agir en harmonie avec les normes internationales par des pratiques contraignantes.

« Quelle est la source du problème avec le système actuel ? » devient alors une question importante. Pourquoi y a-t-il tant de groupes terroristes, de conflits armés, de guerres civiles et de guerres sur terre ? À ce stade, ce que j’observe de la politique mondiale se concentre autour de 5 problèmes principaux.

Tout d’abord, il existe encore des territoires et des régions qui ne sont pas sous la juridiction du système onusien et sont ouverts à la supervision internationale. Ces territoires varient des États non reconnus aux forêts vierges. Mais une chose est sûre ; sans supervision internationale, nous ne pourrons jamais être sûrs de ce qui se passe dans ces lieux. Ainsi, en résolvant les conflits politiques en Palestine, à Chypre, etc., nous devons ouvrir tous les territoires à la supervision internationale et aux enquêtes officielles.

Deuxièmement, bien qu’il y ait 193 États membres officiels de l’ONU et deux États observateurs (le Vatican et la Palestine), nous n’avons pas réussi jusqu’à présent à concevoir un système qui serait contraignant pour les États lorsqu’ils enfreignent à plusieurs reprises la loi en envahissant d’autres pays et/ou commettre des crimes contre l’humanité. Le nouveau modèle de gouvernance mondiale devrait proposer une solution pour punir les États et les hommes d’État coupables. La répression des crimes contre l’humanité aura certainement un effet dissuasif sur les dirigeants actuels et futurs des États.

Troisièmement, nous devons superviser, contrôler et limiter le trafic d’armes dans le monde afin de prévenir le terrorisme et les guerres. Comme le disait à plusieurs reprises l’auteur russe du XIXe siècle Anton Tchekhov à propos des drames : « Si dans le premier acte vous avez accroché un pistolet au mur, alors dans le suivant, il faut le tirer. Sinon, ne le mettez pas là. » Les guerres et les actes terroristes qui se produisent en Syrie, en Israël, aux États-Unis, en France et partout ailleurs sont le résultat d’un trafic d’armes incontrôlé et illégal dans le monde. Certains États voyous et groupes criminels sont en charge de ce processus et, pour des gains économiques, ils ne voient aucun problème à armer des groupes terroristes susceptibles d’attaquer des civils. C’est pourquoi, nous devons trouver un meilleur système pour contrôler les transactions d’armes entre des groupes autres que les États qui respectent le droit international.

Quatrièmement, il est également vrai que le terrorisme présente certaines conditions pour l’épanouissement de groupes radicaux enclins à verser le sang et à tuer des innocents. Les deux principales raisons du terrorisme sont les énormes inégalités politiques et économiques dans un pays et la propagation d’opinions et d’idéologies radicales. Donc, ce que nous pouvons faire, nous pourrions essayer d’éliminer les inégalités entre les États riches et pauvres ainsi qu’entre les groupes riches et pauvres au sein des pays et également encourager des idéologies plus démocratiques et pacifiques au lieu d’idéologies radicales et dangereuses. À ce stade, les principes de justice du célèbre philosophe politique américain John Rawls pourraient nous aider :

  1. Chaque personne devrait avoir un droit égal au système total le plus étendu de libertés fondamentales égales, compatible avec un système similaire de liberté pour tous.
  2. Les inégalités sociales et économiques doivent être aménagées de manière à ce qu’elles soient à la fois :

(a) pour le plus grand bénéfice des moins favorisés, conformément au principe d’épargne équitable, et

(b) attachés à des fonctions et postes ouverts à tous dans des conditions de juste égalité des chances.

Cinquièmement, étant donné que l’ONU est le système le meilleur et le plus internationalisé que nous ayons développé jusqu’à présent, nous devons réviser l’ONU en incluant de nouveaux membres permanents au Conseil de sécurité afin de résoudre plus équitablement les problèmes politiques du monde. La représentation des musulmans et des continents non représentés doit être une priorité dans le système onusien révisé. La composition actuelle de l’ONU ne répond malheureusement pas aux besoins des peuples en quête de justice et encourage les actes anti-systémiques et ultranationalistes. Nous devons donc résoudre le problème avant que le système tout entier ne s’effondre.

Le développement de l’histoire de l’humanité montre que nous sommes plus enclins au progrès, à la démocratie et au développement au fil des années. Les expériences particulièrement horribles des Première et Seconde Guerres mondiales nous ont aidés à mieux comprendre les conséquences négatives de l’égoïsme, de l’avidité et de l’ultranationalisme. Nous devons donc comprendre que nous devons réviser le système international actuel et créer un meilleur modèle de gouvernance mondiale avant le début de la Troisième Guerre mondiale. Un cessez-le-feu et une solution politique en Palestine pourraient être un point de départ pour le monde entier…

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.