ELECTIONS TURQUES DE 2023 : 44 JOURS RESTANTS

upa-admin 30 Mart 2023 1.302 Okunma 0
ELECTIONS TURQUES DE 2023 : 44 JOURS RESTANTS

Introduction

À Türkiye (la Turquie), des élections présidentielles et législatives sont prévues avoir lieu ce 14 mai 2023. Avec moins que 44 jours, le pays se tient au seuil d’un moment historique pour élire son nouveau président et former un nouveau parlement. Cependant, faute du système électoral, au cas où aucun des candidats à la présidence n’obtiendrait plus de la moitié des voix au premier tour, il y aura un second tour deux semaines après, notamment le 28 mai 2023.

Dans cet article, je vais d’abord présenter les candidats présidentiels et leurs blocs en Turquie, puis analyser les récents sondages d’opinion sur les élections, et enfin me concentrer sur certains facteurs primordiales qui pourraient avoir un degree d’influence sur les résultats des élections présidentielles et parlementaires.

Quatre candidats à la présidentielle

C’est définitivement reglé! Seuls quatre candidats à la présidence se disputeront pour le 14 mai 2023. Concentrons-nous maintenant sur ces profiles, leurs soutiens ainsi que leurs orientations idéologiques.

Le candidat conjoint de l’Alliance populaire ou l’Alliance du peuple (Cumhur İttifakı) est le 12e et actuel président de la Turquie (2014-) Recep Tayyip Erdoğan. Ce bloc est composé du parti islamiste/conservateur AK Parti/AKP (Parti de la justice et du développement), du parti nationaliste/d’extrême droite turc présidé par le politicien vétéran Devlet Bahçeli MHP (Parti d’action nationaliste) et du parti nationaliste/d’extrême droite/islamiste turc BBP  (Grande unité Parti) dont le chef est Mustafa Destici. Cependant, après avoir assisté à la montée de l’opposition en rassemblant différents partis et acteurs politiques, le président Erdoğan a adopté la même stratégie et a -très récemment- fortifié son bloc par l’affiliation de deux nouveaux partis politiques. Notamment, le Nouveau parti de bien-être (Yeniden Refah Partisi/YRP) et le Parti de la cause libre (Hür Dava Partisi/Hüda Par).

Le premier parti a été créé par Fatih Erbakan, le fils de l’ancien Premier ministre islamiste de Türkiye, Necmettin Erbakan à l’environ de fin 2018. Yeniden Refah Partisi représente une version classique de l’islam politique turc avec des idées et des connotations anti-occidentales et propose un programme islamiste plus radical par rapport à AKP. Le parti adopte un positionnement pénal ainsi qu’éthique dur, en particulier sur les droits des femmes, l’adultère, le problème de Chypre et les relations de la Turquie avec les États-Unis (États-Unis) et l’Union européenne (UE). Cependant, en raison de la passivité de l’autre organisation politique pro-Erbakan et de Vision nationale (Milli Görüş), le Parti de la félicité (Saadet Partisi/SP), ce parti est en hausse ces derniers temps. Bien que fondé récemment, le parti compte environ 270 000 membres et, selon de récents sondages, 1 à 3 % de votes potentiels. En fait, le fondateur et dirigeant du parti, Fatih Erbakan, se présentait à la présidence de manière indépendante et avait déjà recueilli 70 000 signatures, mais plus tard, sur la proposition d’Erdoğan, il a décidé de rejoindre l’Alliance populaire et s’est retiré de la course présidentielle au nom d’Erdoğan. Le Nouveau parti de bien-être apportera sûrement de nouveaux votes à l’AKP et à Erdoğan, mais leur rhétorique et leurs appels misogynes pourraient déranger les électrices et entraîner également la perte de certains votes.

Le Parti de la cause libre (Hüda Par) a quant à lui été créé fin 2012 par d’anciens membres et partisans du Hezbollah kurde (également connu sous le nom de Sofik), une organisation terroriste islamiste (sunnite) et kurde profondément radicale qui a commis de graves crimes contre l’État (comme le meurtre de l’ancien capitaine de police Gaffar Okan) et contre des personnalités islamistes plus libérales (à l’example de Gonca Kuriş) dans le passé. Le parti prône ouvertement un système d’État fédéral et des droits culturels pour les Kurdes. Le chef du parti est Zekeriya Yapıcıoğlu, un ancien militant du Hezbollah. Hüda Par ne possède pas un potentiel électoral très élevé, mais leur contestation du PKK et du HDP (Parti démocratique des peuples) est un point d’appui pour Erdoğan et l’État turc pour résister aux appels gauchistes laïcs de ces groupes (PKK/HDP).

Le co-candidat de l’Alliance populaire, le président Recep Tayyip Erdoğan (1954-) dirige la Turquie depuis 2003 ; d’abord en tant que Premier ministre (2003-2014), plus tard en tant que président de la République dans le système parlementaire (2014-2018), et enfin en tant que président de la Turquie (2018-) dans un système de présidentialisme de type turc. Erdoğan est devenu une personnalité politique influente en 1994 après avoir été élu de manière choquante maire d’Istanbul du Parti du bien-être de Necmettin Erbakan (Refah Partisi/RP) contre l’establishment laïc. Issu d’une famille traditionnelle turque sunnite de Rize, Erdoğan a grandi dans le quartier Kasımpaşa d’Istanbul et a fréquenté une école İmam Hatip. Erdoğan est diplômé de la Faculté des sciences économiques et administratives de l’Université de Marmara, mais certains critiques affirment que son diplôme universitaire est un faux. Issu d’un milieu islamiste, Erdoğan a toujours été une figure controversée de l’establishment laïc. Cependant, son charisme et ses liens forts avec les masses islamistes ont fait de lui un leader incontesté et invaincu. En fait, depuis 2002, Erdoğan n’a lui-même jamais perdu une élection, mais la défaite de son parti aux élections locales de 2019 à Istanbul et à Ankara est considérée comme sa seule défaite. De plus, cette fois, le travail d’Erdoğan est plus difficile car de récents sondages montrent qu’il pourrait obtenir un maximum de 44 à 45 % des voix au premier tour des élections présidentielles.

Recep Tayyip Erdoğan

Le co-candidat de l’Alliance nationale (Millet İttifakı) est Kemal Kılıçdaroğlu. Né en 1948 à Tunceli (anciennement connu sous le nom de Dersim), Kılıçdaroğlu est issu d’une famille alévie-zaza. Il a fait ses études d’économie à l’Académie des sciences économiques et commerciales d’Ankara (aujourd’hui l’Université Gazi), dont il est diplômé en 1971. Après avoir travaillé de longues années dans d’importantes institutions publiques, notamment l’Institution d’assurance sociale (SSK), Kılıçdaroğlu a été membre de le parlement du pro-laïc CHP (Parti républicain du peuple) depuis 2002. Après avoir fait une montée rapide dans la petite politique avec ses campagnes d’anti-corruption et son bilan sans faute, il a été élu nouveau président du pro-laïc CHP en 2010 avec un grand soutien des médias et membres du parti, à la suite d’un scandale sexuel qui a contraint l’ancien président Deniz Baykal à la démission. Il a également été vice-président de l’Internationale socialiste entre 2012 et 2014.

Kemal Kılıçdaroğlu représente l’héritage laïc/kémaliste classique de l’État turc, mais il a réussi à attirer de nouveaux votes et groupes de partisans dans son parti en suivant une nouvelle stratégie. Ainsi, à partir de 2017, en commençant par sa célèbre marche de la justice (Adalet Yürüyüşü), il a réussi à convaincre de nouveaux groupes de droite de soutenir son leadership contre le régime autoritaire d’Erdoğan. En conséquence, -séparé du MHP- le Bon Parti de Meral Akşener (İYİ Parti) et deux autres partis de droite ; Le Parti démocrate (DP) de centre droit de Gültekin Uysal et le Parti de la félicité islamiste de Temel Karamollaoğlu (Saadet Partisi/SP) ont commencé à le soutenir. Plus récemment, deux nouveaux partis fondés par d’anciens cadres de l’AKP ; Le DEVA (Parti de la démocratie et du progrès) d’Ali Babacan et le Parti du futur d’Ahmet Davutoğlu (Gelecek Partisi) ont également commencé à l’approuver et ont rejoint l’Alliance nationale. Un autre succès récent de Kemal Kılıçdaroğlu a été de convaincre le HDP, le parti pro-kurde de ne pas affronter à cette élection présidentielle son propre candidat. En ce sens, Kılıçdaroğlu a obtenu 11 à 13 % de voix supplémentaires des groupes laïcs kurdes et de l’extrême gauche turque avant cette élection.

Kılıçdaroğlu a suivi une stratégie très intelligente pour garantir également sa candidature à la présidence. Il a forcé tous les partis politiques de son bloc à se concentrer d’abord sur le programme de l’Alliance nationale plutôt que sur le candidat à la présidentielle et a lentement commencé à convaincre tous les partis politiques en faisant de sa candidature la seule option viable dans le temps. Ainsi, en soulignant la force de l’AKP dans les conseils municipaux, il a convaincu de nombreuses personnes que le maire d’Ankara Mansur Yavaş ou le maire d’Istanbul Ekrem İmamoğlu ne devaient pas être candidats à la présidentielle. En fin de compte, lorsque sa candidature est devenue une réalité politique, il a également réussi à convaincre la dirigeante de İYİ Parti, Meral Akşener, après une crise politique de courte durée. Akşener approuvait normalement İmamoğlu et / ou Yavaş pour la présidence, mais sous la pression sociale, il a donné le feu vert à la candidature de Kılıçdaroğlu.

Kılıçdaroğlu est le chef du CHP, le plus ancien parti politique du pays. Le CHP a été fermé par le régime militaire après le coup d’État militaire de 1980 mais a été rétabli par Deniz Baykal et İsmail Cem en 1992. C’est pourquoi, Kılıçdaroğlu n’est pas un homme seul et il représente une tradition politique très forte en Turquie. Bien qu’établi en tant que parti politique moderniste, kémaliste, étatiste et nationaliste turc il y a un siècle, le nouveau CHP est beaucoup plus un parti social-démocrate/socialiste de type européen, essayant d’attraper tout le monde et de devenir un acteur politique centré. Je pense que Kılıçdaroğlu a de grandes chances de remporter l’élection présidentielle au premier tour. Si l’on fait un calcul simple selon les précédents sondages d’opinion, la chance de Kılıçdaroğlu sera mieux comprise par tous : CHP (25 %) + İYİ Parti (13 %) + Autres composantes de Nation Alliance (3 %) + HDP (11 %) : 52 pour cent.

Kemal Kılıçdaroğlu

Le seul problème potentiel pour Kılıçdaroğlu et la Nation Alliance semble être la situation de Muharrem İnce. Né en 1964 à Yalova, İnce était partisan du CHP depuis sa jeunesse. Il est finalement devenu membre du parlement du CHP en 2002 et a siégé au sein de la Grande Assemblée nationale turque jusqu’en 2018. Il était une figure très influente et populaire avec ses brillants discours dans les médias et au parlement et a été chef de groupe parlementaire adjoint du CHP entre 2010 et 2014. Il a également été choisi comme candidat présidentiel de son parti en 2018, mais a perdu l’élection face à Erdoğan. Après cette défaite, il a été fortement critiqué et défavorisé par les cercles du CHP. Il a tenté de défier Kılıçdaroğlu pour devenir le nouveau chef du CHP mais a échoué deux fois. Démissionnaire du CHP, il a créé le Parti de la patrie ou le Parti de la ville natale (Memleket Partisi) en 2021 pour tenter sa chance en politique indépendamment de son ancien parti. İnce représente une version kémaliste plus nationaliste et classique du CHP et il critique Kılıçdaroğlu notamment sur la base de son approche modérée envers le HDP et les groupes pro-kurdes ayant des liens avec le PKK. Le parti d’İnce est très faible dans son organisation et le seul personnage connu de son parti est le professeur İpek Özkal Sayan de l’Université d’Ankara. Cependant, İnce est un excellent orateur et il jouit d’une popularité et d’un soutien considérables parmi les électeurs jeunes et apolitiques en raison de ses jeux de mots, de ses blagues et de son utilisation efficace des médias sociaux. En ce sens, au cas où İnce pourrait atteindre 7 à 8 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle en convainquant de nombreux électeurs parmi les partisans classiques du CHP et de İYİ Parti, il pourrait créer une chance pour Erdoğan de battre Kılıçdaroğlu au second tour.

Muharrem İnce

Le quatrième et dernier candidat au présidentiel est Sinan Oğan. Né en 1967 à Iğdır, Oğan est un homme politique nationaliste turc classique. Il coordonne un groupe de réflexion turc appelé TÜRKSAM depuis de nombreuses années. Diplômé du département de gestion de l’Université de Marmara en 1989, Oğan a obtenu un doctorat en relations internationales et sciences politiques de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou en 2009. Il entretient des liens étroits avec l’Azerbaïdjan et l’élite politique azérie. Il a été député du MHP au sein du parlement turc entre 2011 et 2015, mais a ensuite démissionné de son parti en raison de désaccords avec le chef du parti Devlet Bahçeli. Oğan est soutenu par l’Alliance de l’Ancêtre (ATA İttifakı), un nouveau bloc politique composé de quatre partis nationalistes de droite : le Parti de la victoire du professeur Ümit Özdağ (Zafer Partisi), le Parti de la justice (Adalet Partisi), le Parti de mon pays (Ülkem Partisi) et Parti de l’alliance turque (Türkiye İttifakı Partisi). Parmi ceux-ci, le seul parti notable dans les sondages d’opinion est le Parti de la Victoire d’Özdağ. Avec ses rhétoriques ultranationalistes et anti-immigrées, le parti est récemment devenu visible et populaire parmi les électeurs d’extrême droite.

Sinan Oğan

Sondages d’opinion récents

Si nous analysons les récents sondages d’opinion pour la course à la présidentielle, nous constatons que le candidat de l’Alliance nationale et chef du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu, est en tête de tous les sondages. Cependant, les résultats sont très différents; alors que certains sondages suggèrent que Kılıçdaroğlu pourrait être facilement élu au premier tour de l’élection avec 51 à 53 % des voix, d’autres affirment qu’il ne pourrait pas obtenir plus de 45 à 46 % au premier tour. À mon avis, à moins que Muharrem İnce ne fasse de gros progrès, Kılıçdaroğlu remportera l’élection présidentielle au premier tour. Cependant, au cas où l’élection se déroulerait au second tour, Erdoğan pourrait bien sûr encore avoir une chance de gagner légèrement en créant une polarisation politique basée sur l’identité alévie et kurde (Zaza) de Kılıçdaroğlu.

Si nous regardons le soutien d’Erdoğan dans la course présidentielle d’autre part, nous voyons qu’il varie entre 40 et 47 %, mais aucun des sondages ne suggère qu’Erdoğan pourrait plus gagner l’élection au premier tour. Parmi les autres candidats, Muharrem İnce semble plus prétentieux puisque certains sondages suggèrent déjà qu’il pourrait obtenir environ 7 % du total des voix au premier tour. Cependant, de nombreux autres sondages montrent İnce quelque part entre 3 et 5 %, ce qui pourrait ne pas être suffisant pour garantir un second tour. Enfin, Sinan Oğan a un potentiel de 1 à 3%, principalement avec les votes provenant de l’anti-immigré Zafer Partisi.

Si nous regardons les récents sondages d’opinion sur les élections législatives, nous constatons toujours que l’AKP est le premier parti du pays malgré tous les problèmes. Le vote de l’AKP varie de 31 à 37 %, mais la plupart des gens sont convaincus que l’AKP pourrait encore devenir le plus grand bloc au sein du parlement. Les votes du CHP, en revanche, se situent entre 25 et 28 %. Bien sûr, beaucoup de choses pourraient changer en 44 jours et le CHP pourrait encore faire des progrès pendant la campagne présidentielle. Par exemple, l’effet des terribles tremblements de terre en Turquie en février 2023 a diminué les votes de l’AKP et a eu un effet positif sur l’opposition. İYİ Parti devrait obtenir 10 à 13 % des voix aux élections législatives. De récents sondages montrent que le HDP pro-kurde pourrait obtenir 10 à 12 % des voix. Le MHP, en revanche, se situe entre 5 et 7 %. La présence de Memleket Partisi de Muharrem İnce se fait également sentir dans les sondages des élections législatives, puisque son parti devrait recueillir 3 à 6 % du total des voix pour le moment. Le parti DEVA d’Ali Babacan est également important puisque le parti pourrait obtenir 1 à 3 % des voix selon de récents sondages. Enfin, le Nouveau parti du bien-être pourrait obtenir 1 à 2 % du total des voix lors d’une élection parlementaire.

Facteurs susceptibles de modifier les résultats

Tout d’abord, surtout en matière d’élection présidentielle, le paramètre le plus important serait la performance de Muharrem İnce. Nous savons déjà qu’İnce est un excellent orateur qui pourrait agiter les masses. Donc, s’il pouvait augmenter considérablement ses votes en organisant de grandes manifestations et en apparaissant plus fréquemment sur les chaînes de télévision, en obtenant des votes élevés au premier tour, il pourrait assurer le second tour et ainsi créer une autre chance pour Erdoğan. Cependant, il est également possible qu’İnce et Kılıçdaroğlu puissent entrer en contact et conclure un accord pour le second tour. Kılıçdaroğlu pourrait tenter de le convaincre en lui proposant également un poste dans le nouveau cabinet. Donc, il me semble que « l’affaire İnce » sera importante pour le résultat de l’élection présidentielle.

Deuxièmement, étant donné que les partis politiques turcs se sont aidés ces dernières années d’experts en relations publiques (RP), le succès des campagnes électorales pourrait changer les préférences des électeurs. Jusqu’à présent, l’AKP a réussi à organiser de telles campagnes dans le contexte turc. Cependant, récemment, la cogénération a également commencé à utiliser des techniques plus modernes et à accroître sa popularité grâce aux méthodes modernes des sciences sociales. En ce sens, nous pourrons voir bientôt deux méga campagnes politiques organisées par AKP et CHP, qui seraient influentes en dirigeant les électeurs indécis et apolitiques.

Troisièmement, il y a une dimension non-dit importante des élections. Si l’élection présidentielle se déroule au second tour, la composition du parlement pourrait inciter les électeurs à voter pour Erdoğan ou Kılıçdaroğlu. En d’autres termes, au cas où l’AKP ou le CHP obtiendraient plus de sièges au parlement le 14 mai 2023, mais que l’élection présidentielle passerait au second tour, les votes au centre pourraient être dirigés vers le chef du bloc majoritaire. Étant donné que presque tous les sondages montrent que l’AKP est en tête aux élections législatives, je pense que ce serait une sage décision pour Kılıçdaroğlu de convaincre Muharrem İnce de se retirer de la course présidentielle et de l’approuver. Parce que sinon, dans un scénario basé sur la majorité de l’AKP au parlement après le 14 mai, toute la rhétorique de « retour au système parlementaire » de Kılıçdaroğlu pourrait être un non-sens et pourrait inciter les électeurs du centre à donner une dernière chance à Erdoğan.

Conclusion

Pour conclure, les élections présidentielles et législatives de 2023 en Turquie seront très intéressantes pour les observateurs internationaux. Personnellement, je préférerais un pays démocratique ayant de bonnes relations tant avec l’Occident qu’avec l’Orient et j’ai bon espoir quant à la capacité du peuple turc à faire un bon choix. En ce sens, je suis sûr que les élections se dérouleront dans un environnement sûr et démocratique et que la Turquie reviendra à la normale après les élections.

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.