ELECTIONS TURQUES DE 2023 : LA VICTOIRE D’ERDOĞAN EST ATTENDUE AU SECOND TOUR

upa-admin 22 Mayıs 2023 1.015 Okunma 0
ELECTIONS TURQUES DE 2023 : LA VICTOIRE D’ERDOĞAN EST ATTENDUE AU SECOND TOUR

Introduction

Le peuple turc s’est rendu aux urnes lors d’un dimanche ensoleillé du 14 mai 2023 pour déterminer l’avenir du pays de manière démocratique. Les élections se sont déroulées dans un environnement calme et sûr et aucun événement violent n’a eu lieu dans tout le pays. Selon les résultats officiels, il y aura un second tour pour l’élection présidentielle entre l’actuel président turc et chef du l’AKP Recep Tayyip Erdoğan et le candidat de l’opposition et chef du CHP Kemal Kılıçdaroğlu deux semaines plus tard le 28 mai 2023. D’autre part, le bloc d’Erdoğan (Alliance populaire-Cumhur İttifakı) a obtenu une large majorité parlementaire contre le bloc de l’opposition Alliance nationale (Millet İttifakı). Ces résultats pourraient être définis comme une autre victoire d’Erdoğan puisqu’il a de très grandes chances de remporter l’élection présidentielle en plus d’une majorité parlementaire claire.

Présidentielle : Erdoğan a failli gagner au premier tour !

L’élection présidentielle de 2023 en Turquie est souvent désignée comme l’élection la plus importante de 2023 par les médias internationaux puisque deux dirigeants concurrents ont offert des perspectives très différentes pour l’avenir de la Turquie lors du 100e anniversaire de la République. Le président sortant Erdoğan a proposé un statu quo basé sur l’hyperprésidentialisme, une vision plus islamique et nationaliste pour que la Turquie devienne une puissance régionale basée sur ses industries de défense en développement et de meilleures relations avec la Fédération de Russie. Le chef de l’opposition Kemal Kılıçdaroğlu a quant à lui promis un retour au système parlementaire classique de Westminster, de meilleures relations avec les pays occidentaux (les États-Unis et l’Union européenne), des méthodes de dialogue et de négociation pour tous les problèmes politiques et diplomatiques, et une vision plus laïque de les nouvelles générations.

Résultats du premier tour de l’élection présidentielle

Source : NTV

Des résultats officiels montrent qu’après 20 ans au pouvoir, le président turc Recep Tayyip Erdoğan est toujours très puissant et populaire dans le pays puisqu’il a légèrement perdu sa chance de remporter l’élection au premier tour avec environ 49,4 % du total des voix (environ 27 millions de voix). En revanche, le leader de l’opposition Kemal Kılıçdaroğlu, qui a été déclaré candidat favori par presque toutes les sociétés de sondages d’opinion publique, a obtenu un vote record (pour l’opposition) d’environ 45 % (environ 24,5 millions). Le candidat ultranationaliste Sinan Oğan avait obtenu 5,2 % (environ 2,9 millions), tandis que le candidat kémaliste pro-laïc Muharrem İnce, qui a été retiré de la course quelques jours avant l’élection sous la pression sociale, a atteint 0,4 % (240.000 voix) depuis son nom était écrit sur le bulletin de vote.

Les résultats montrent qu’Erdoğan devance Kılıçdaroğlu avec une différence de 2,5 millions de voix, qui semble très peu susceptible d’être réduite au second tour. Le candidat ultranationaliste Sinan Oğan compte environ 3 millions de partisans, mais Kılıçdaroğlu doit recueillir presque tous les votes d’Oğan pour l’emporter sur Erdoğan au second tour. Pour moi, cette option est hors de question puisque la plupart des électeurs nationalistes et d’extrême droite turcs d’Oğan voteront pour Erdoğan en raison du soutien du HDP pro-kurde à Kılıçdaroğlu. De plus, je pense que les résultats des élections législatives fourniront une motivation supplémentaire aux électeurs pro-gouvernementaux. C’est pourquoi, je suppose qu’Erdoğan remportera facilement les élections au second tour avec 54 à 58 % du total des voix.

La victoire d’Erdoğan sera une énorme défaite pour l’opposition car les supporters de l’opposition étaient très motivés et convaincus de la victoire cette fois. L’élection conduira probablement à un changement de dirigeant au sein du CHP, faisant du maire d’Istanbul Ekrem İmamoğlu le nouveau chef du parti pro-laïc. Erdoğan, d’autre part, façonnera l’avenir du pays sans aucune barrière pour un autre mandat de 5 ans et s’efforcera de faire de la Türkiye une puissance régionale plus islamique, nationaliste et militariste. Cependant, Erdoğan devra peut-être travailler avec de nouveaux noms dans son cabinet puisqu’il a décidé de mettre tous ses députés à des postes parlementaires avant les élections. Un cabinet rafraîchi avec de nouveaux noms et de nouveaux visages pourrait créer un espace pour qu’Erdoğan établisse de meilleures relations avec l’Occident, mais la tendance générale me donne l’idée que la Turquie pourrait avoir des relations encore plus problématiques avec Washington et Bruxelles dans un avenir proche et cela doivent plutôt développer des liens plus étroits avec la Russie et la Chine de Poutine.

Élections législatives : domination de l’Alliance populaire

Les élections législatives ont été une grande victoire pour le gouvernement puisque le bloc pro-Erdoğan a obtenu environ 322 sièges (267 pour l’AKP, 50 pour le MHP et 5 pour le Nouveau parti de bien-être-YRP), une nette majorité au parlement. Semblable aux votes d’Erdoğan à l’élection présidentielle, le bloc pro-gouvernemental avait obtenu environ 49,4 %. L’opposition, en revanche, est restée autour de 35 %, ce qui a conduit à 169 sièges pour le CHP (environ 37 de ces sièges iront aux partis de droite au sein du bloc) et 44 pour le Bon Parti-İYİ Parti. Avec un vote d’environ 10-11 %, le bloc pro-kurde et de gauche (Alliance travail et liberté-Emek ve Özgürlük İttifakı) a également obtenu 65 sièges à la Grande Assemblée nationale turque (TBMM) ; 61 pour le HDP et 4 pour le Parti travailliste turc (TİP).

Résultats des élections législatives

Source : NTV

Les résultats montrent qu’un retour au système parlementaire est impossible à moins que le bloc pro-gouvernemental ne soit convaincu et que la Turquie continuera d’être gouvernée par un système hyperprésidentiel, qui est souvent critiqué pour être une nouvelle forme de “sultanisme” par de nombreux politologues pro-occidentaux en Turquie. En outre, le succès relativement faible de l’opposition pourrait entraîner des problèmes internes au sein de l’Alliance nationale (Millet İttifakı), en particulier entre le parti nationaliste İYİ et le CHP social-démocrate. Avant les élections, la dirigeante du parti İYİ, Meral Akşener, a insisté sur la candidature du maire d’Istanbul İmamoğlu ou du maire d’Ankara Mansur Yavaş, mais elle n’a pas été en mesure de convaincre Kılıçdaroğlu et les quatre autres partis de droite du bloc. Ainsi, après le second tour, les polémiques pourraient augmenter entre les cercles du CHP et du parti İYİ.

Gagnants

Il semble que le plus grand vainqueur de l’élection soit à nouveau le président Erdoğan. En ce qui me concerne, il sera facilement réélu deux semaines plus tard, en plus il disposera d’une forte majorité au parlement. Erdoğan est un génie tactique de la polarisation politique basée sur le style de vie et la culture et il séduit mieux les électeurs turcs moyens que les autres dirigeants.

Sinan Oğan, avec ses 5 % inattendus au premier tour de l’élection présidentielle, est un autre vainqueur. Erdoğan et Kılıçdaroğlu pourraient tous deux offrir à Oğan une position importante dans leurs éventuels cabinets. Cependant, je pense que Sinan Oğan restera plus proche d’Erdoğan et pourrait même décider de travailler avec lui en raison de ses liens étroits avec l’Azerbaïdjan et de la rhétorique ultranationaliste contre le HDP. De plus, avec sa popularité croissante, Oğan pourrait jouer pour le leadership du MHP dans un proche avenir après Bahçeli.

Le nationaliste turc MHP et son président vétéran Devlet Bahçeli pourraient également être déclarés victorieux après ces résultats. Bien que tous les sondages montraient MHP autour de 6-7 % avant les élections, le parti avait obtenu plus de 10 %, mieux que son équivalent pro-laïc İYİ Parti de 9,8 %. De plus, le MHP a pu ouvrir la voie à la victoire d’Erdoğan à l’élection présidentielle.

L’islamiste YRP (le Nouveau parti de bien-être) est un autre vainqueur, recueillant près de 3 % des voix lors de leur première élection et prouvant que l’islamisme anti-occidentaliste continuera à se développer en Turquie.

Conclusion

Les résultats des élections montrent qu’en dépit des énormes problèmes économiques et des échecs épiques de la gestion commis par le gouvernement après le tremblement de terre de février de cette année, le peuple turc continue de voter sur la base de son identité religieuse, sectaire et ethnique lors des élections et de la droite populiste. des politiciens de l’aile gauche comme Erdoğan utilisent habilement ces identités. En fait, j’appelle les élections en Turquie un “recensement“, puisque presque tous les gens votent pour leurs identités et leurs modes de vie, pas pour les projets et les visions des candidats et des partis.

Les élections pourraient conduire à la détérioration des relations de la Turquie avec l’Occident et à une situation économique plus troublée. En ce sens, le dernier mandat d’Erdoğan pourrait être encore plus court que 5 ans au cas où les problèmes économiques augmenteraient sérieusement. De plus, les élections entraîneront probablement un changement de dirigeant au sein du CHP pro-laïc puisque Kemal Kılıçdaroğlu est désormais âgé et qu’il a profité de sa dernière chance pour devenir président. Bien qu’il soit issu du centre-droit, le maire d’Istanbul, Ekrem İmamoğlu, est le candidat favori pour le remplacer.

Enfin, à mon avis, avec Erdoğan au pouvoir, la Turquie fera désormais de son mieux pour faire élire Donald Trump aux États-Unis afin de changer l’approche de Washington sur de nombreuses questions, notamment la question kurde, la démocratisation, la Méditerranée orientale et les relations avec la Russie.

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.