ÉLECTIONS TURQUES 2023 : ERDOĞAN REMPORTE LA VICTOIRE AVEC 52 % DES VOIX

upa-admin 29 Mayıs 2023 488 Okunma 0
ÉLECTIONS TURQUES 2023 : ERDOĞAN REMPORTE LA VICTOIRE AVEC 52 % DES VOIX

Introduction

Le peuple turc s’est rendu aux urnes pour le second tour de l’élection présidentielle du 28 mai 2023. L’élection s’est déroulée dans une atmosphère pacifique et, en ce sens, ce fut une élection libre et équitable. Cependant, pour être honnête, les conditions n’étaient pas complètement égales entre les deux candidats car le président Recep Tayyip Erdoğan et son parti islamoconservateur (AK Parti/AKP) ont utilisé tous les privilèges de l’État contre le candidat présidentiel de l’opposition et le chef pro-laïc du CHP Kemal Kılıçdaroğlu pendant toute l’élection. Cela a été mieux observé dans la politique de diffusion de la chaîne de télévision publique TRT, qui a servi de machine de propagande et a presque complètement ignoré l’opposition tout en louant le président Erdoğan à chaque instant. Au final, le président Erdoğan a remporté le second tour avec 52 % des voix et a obtenu un nouveau mandat de 5 ans au pouvoir.

Avant le deuxième tour

Avant le second tour de l’élection, les deux candidats ont tenté d’atteindre les électeurs du candidat nationaliste turc Sinan Oğan, qui avait obtenu contre toute attente plus de 5 % des voix au premier tour. Alors que le président Erdoğan a convaincu Sinan Oğan lui-même et a obtenu son soutien pour le second tour, le chef du CHP et candidat à la présidence de l’opposition, Kemal Kılıçdaroğlu, a obtenu le soutien du professeur Ümit Özdağ, président du Parti de la Victoire (Zafer Partisi), un petit et nouveau parti ultranationaliste, anti-immigré et xénophobe qui a contribué à la candidature d’Oğan. Kılıçdaroğlu et Özdağ ont même signé un protocole pour expulser les immigrants syriens dès que possible (dans un délai d’un an) et la poursuite des politiques de l’AK Parti pour la nomination d’administrateurs (kayyum) dans les municipalités contrôlées par le HDP pro-kurde. En outre, Kılıçdaroğlu et CHP ont augmenté la dose de populisme et de nationalisme dans leur rhétorique en réponse à la promotion par le président Erdoğan de fausses vidéos et à des affirmations exagérées sur les liens de l’opposition avec les groupes terroristes (principalement le PKK). Bien que ces politiques aient pu rapporter à Kılıçdaroğlu quelques points supplémentaires de la part des groupes ultranationalistes, elles ont également fait courir le risque de perdre le plein soutien des électeurs kurdes et de gauche. Enfin, Kılıçdaroğlu a participé à une émission télévisée de 4 heures sur Babala Tv au cours de laquelle il a montré une très bonne performance.

Le président Erdoğan a quant à lui souligné l’importance de sa majorité parlementaire dans ses discours et a encouragé les électeurs à le choisir pour un gouvernement stable et harmonieux. Erdoğan semblait très confiant dans sa victoire, surtout après sa haute performance inattendue au premier tour des élections législatives et présidentielles malgré la crise économique en cours et les scandales de corruption. Avant le second tour, bien que les deux camps aient augmenté la dose de nationalisme turc et créé une atmosphère de pression pour intimider les Kurdes, le HDP (Parti démocratique des peuples) pro-kurde n’a pas reculé et a continué à soutenir Kılıçdaroğlu dans l’espoir de faire la transition vers un régime pleinement démocratique. Cependant, de nombreux électeurs du CHP ainsi que certains groupes kurdes ont été déçus par la rhétorique anti-immigrés et ultranationaliste de Kılıçdaroğlu, qui n’a pas été jugée adaptée à un parti social-démocrate progressiste.

Résultats du deuxième tour

Au second tour, le nombre total de voix du président Erdoğan est passé à 27,8 millions contre 27,1 millions au premier tour (augmentation d’environ 700 000). D’autre part, les votes de Kılıçdaroğlu sont passés de 24,6 millions à 25,5 millions (augmentation d’environ 900 000). Le taux de participation, en revanche, est tombé à 84 % au second tour contre 87 % au premier tour. Au final, Erdoğan s’est imposé confortablement avec plus de 4 % d’écart.

Résultats du second tour

Source : NTV

Cependant, la performance de Kılıçdaroğlu au second tour pourrait être considérée comme un succès partiel puisqu’au premier tour, il a perdu la majorité parlementaire au profit d’Erdoğan et de son bloc par une grande différence, mais a tout de même pu protéger et même élargir légèrement sa base électorale au second tour. Cela montre la force du CHP et de l’Alliance nationale (Millet İttifakı) et la loyauté de leurs partisans. En ce sens, la stratégie de Kılıçdaroğlu consistant à établir une alliance avec des partis de droite a fonctionné et a donné une réelle chance à l’opposition de remporter le pouvoir exécutif pour la première fois après 21 ans. De plus, l’écart de 2,5 millions de voix entre deux candidats au premier tour est en fait tombé à environ 2,3 millions au second tour. Cependant, à la fin, les élections parlementaires et présidentielles ont été perdues et cela ne rendrait pas très heureux les gens de l’opposition.

Carte électorale

Source : NTV

Enfin, il convient également de préciser que les voix de Sinan Oğan au premier tour ont été partagées entre les deux candidats, mais ils semblent davantage se diriger vers Kılıçdaroğlu plutôt qu’Erdoğan. En ce sens, la stratégie d’alliance de Kılıçdaroğlu avec Ümit Özdağ et le Parti de la Victoire ne s’est pas non plus retournée contre lui, mais n’a pas non plus changé le tableau général.

À quoi s’attendre?

Après avoir remporté cette victoire miraculeuse dans des conditions extrêmement difficiles après le terrible tremblement de terre de février 2023 et l’aggravation de la crise économique, il semble qu’il ne reste plus aucune barrière devant le président Erdoğan pour façonner librement l’avenir de son pays comme il le souhaite. À mon avis, le président Erdoğan va maintenant prendre des mesures plus audacieuses pour transformer la Türkiye en une puissance régionale en augmentant la dose de nationalisme et de militarisme. S’appuyant sur le développement de l’industrie de la défense nationale, le président turc pourrait défendre les intérêts de la Turquie de manière plus stricte au cours du nouveau mandat en adoptant des positions plus dures en Méditerranée orientale, à Chypre, en mer Égée et en Syrie. Les résultats pourraient également encourager Erdoğan à poursuivre sa politique de neutralité face à l’invasion russe de l’Ukraine tout en essayant également de nouer de meilleures relations avec l’Occident.

Cependant, de mon point de vue, tant que le président Joe Biden restera dans le bureau ovale, il pourrait être presque impossible pour Erdoğan d’arranger les choses avec Washington. En ce sens, Erdoğan, avec le dirigeant russe Vladimir Poutine, fera tout pour faire élire Donald Trump aux élections présidentielles américaines en 2024. En attendant, le président Erdoğan pourrait également essayer de repenser l’opposition en Turquie également en utilisant son plein contrôle sur le mécanisme étatique. En particulier, les restrictions légales sur les organisations et les groupes pro-kurdes pourraient augmenter et la dose d’islamisme, de misogynisme et de patriarcat pourrait atteindre un niveau record avec l’effet de certains groupes radicaux qui ont contribué à la victoire d’Erdoğan, notamment le Nouveau parti du bien-être de Fatih Erbakan (Yeniden Refah Partisi ) et islamiste et pro-kurde Hüda-Par.

Conclusion

Pour conclure, les élections turques de 2023 ont été très excitantes, mais contrairement à la croyance populaire et aux sondages d’opinion publique réalisés avant le premier tour, le président Erdoğan et son bloc ont remporté un grand succès et ont remporté une autre victoire d’une manière relativement plus facile. Le succès d’Erdoğan réside dans le fait qu’il est un homme du peuple avec tous ses discours, comportements et gestes inappropriés et exagérés et qu’il sait saisir le pouvoir mieux que quiconque dans le pays. En ce sens, le président Erdoğan est un grand politicien populiste de droite, mais pas un démocrate libéral très prometteur. Enfin, les problèmes économiques de la Turquie persisteront et fragiliseront le régime à moins que le président Erdoğan ne change son approche de l’économie et ne libéralise le régime.

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

 

 

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.