LA POLITIQUE ETRANGERE DE LA TURQUIE PENDANT L’INVASION DE L’UKRAINE PAR LA RUSSIE

upa-admin 08 Temmuz 2023 1.003 Okunma 0
LA POLITIQUE ETRANGERE DE LA TURQUIE PENDANT L’INVASION DE L’UKRAINE PAR LA RUSSIE

Résumé : La Turquie a adopté une politique étrangère qui a suscité de nombreuses critiques du monde occidental lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Alors qu’Ankara a également condamné la politique étrangère russe envers l’Ukraine, au lieu de couper ses liens avec Moscou, la Turquie a continué à faire du commerce et à tenir des réunions diplomatiques avec la Russie. En revanche, la Türkiye n’a pas hésité à fournir des drones armés à l’Ukraine pour aider ce pays à défendre son territoire. Au cours de cette guerre, la Turquie est également devenue le champion de «l’accord sur les céréales» entre Moscou et Kiev et a organisé un échange de prisonniers entre les deux pays. En ce sens, la politique étrangère turque pendant la guerre est apparue comme un type distinct et spécial de diplomatie qui mérite un examen attentif. Cette étude vise à analyser la politique étrangère turque lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie sur la base des explications fournies par le ministère turc des Affaires étrangères sur son site Internet.

Mot clés : Politique étrangère de la Turquie, Invasion de l’Ukraine par la Russie, Relations Turco-Russes, Relations Turco-Ukrainiens, Ministère turc des Affaires étrangères.

***********************************************************************************************************

Introduction

La Turquie a adopté une politique étrangère qui a suscité de nombreuses critiques du monde occidental lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Alors qu’Ankara a également condamné la politique étrangère russe envers l’Ukraine, au lieu de couper ses liens avec Moscou, la Turquie a continué à faire du commerce et à tenir des réunions diplomatiques avec la Russie. En revanche, la Turquie n’a pas hésité à fournir des drones armés à l’Ukraine pour aider ce pays à défendre son territoire. Au cours de cette guerre, la Turquie est également devenue le champion de «l’accord sur les céréales» entre Moscou et Kiev et a organisé un échange de prisonniers entre les deux pays. En ce sens, la politique étrangère turque pendant la guerre est apparue comme un type distinct et spécial de diplomatie qui mérite un examen attentif. Cette étude vise à analyser la politique étrangère turque lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie sur la base des explications fournies par le ministère turc des Affaires étrangères sur son site Internet.

Pour pouvoir faire cette analyse, l’article est divisé en quatre sections. Suite à « l’Introduction », dans la première partie de l’article, différents modèles de l’histoire de la politique étrangère turque seront expliqués au lecteur. Dans la deuxième partie, les relations turco-russes seront examinées en se concentrant sur les dimensions les plus importantes. Dans la troisième partie, les relations turco-ukrainiennes seront examinées. La quatrième partie est séparée de l’explication des principaux paramètres qui façonnent le comportement de la politique étrangère turque dans ce contexte. L’article se terminera par la partie « Conclusion ».

1. Tradition de la politique étrangère turque et modèles de comportement

La Turquie est membre à part entière des Nations Unies (depuis 1945), du Conseil de l’Europe (depuis 1949), de l’OTAN (depuis 1952), de l’OCDE (depuis 1961), de l’Organisation de coopération islamique (depuis 1969), de l’Organisation mondiale du commerce (depuis 1995) et l’Organisation des États turcs (depuis 2009). Depuis 2005, la Turquie est en négociations d’adhésion avec l’Union européenne (UE), étant membre associé depuis 1963 et faisant également partie de l’union douanière de l’UE depuis 1996. La Turquie est également membre du G20, qui rassemble les 20 plus grandes économies du monde. La Turquie est aussi membre observateur de l’Association des États de la Caraïbe (2000) et partenaire de dialogue au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai (2012) et de l’ASEAN (2017).

Le service extérieur de la Turquie est fondé sur les traditions bien établies et le solide héritage de la diplomatie ottomane avec une longue histoire. Bien qu’étant une puissance en déclin depuis plus d’un siècle, la diplomatie ottomane du XIXe siècle a étonnamment réussi à mettre en œuvre une politique d’« équilibre des pouvoirs » entre les grandes puissances de l’époque telles que la Grande-Bretagne, la France et la Russie. La diplomatie ottomane a pu prolonger la survie de l’État et préparer un terrain confortable sur lequel un État-nation moderne a été établi par la suite.

La Turquie a hérité une tradition diplomatique bien ancrée principalement basée sur la politique d’équilibre des forces. En 1924, la Turquie comptait au total 39 missions diplomatiques et consulaires à l’étranger. Désormais, elle est représentée par 253 missions à travers le monde.[1]  Ces missions consistent en 144 ambassades, 13 représentations permanentes auprès d’organisations internationales, 94 consulats généraux, 1 agence consulaire et 1 bureau commercial.[2] L’amélioration du nombre montre clairement l’évolution positive de la diplomatie turque dans le temps.

Le service extérieur turc, avec un total de 1796 (en 2017) diplomates à son siège et dans ses missions à l’étranger, continue de fonctionner pour mener et promouvoir davantage les relations politiques, économiques et culturelles internationales de la Turquie dans les contextes bilatéraux et multilatéraux ainsi que pour contribuer à la paix, à la stabilité et à la prospérité dans sa région et au-delà.

Le nouveau ministre turc des Affaires étrangères est Hakan Fidan (2023-), l’ancien directeur de l’Agence nationale du renseignement (MİT).

Le comportement de la politique étrangère turque pourrait être classé sous 7 inclinations politiques ou modèles de comportements différents. Ceux-ci sont:

Isolationnisme : Pendant les années 1920, après la guerre d’indépendance et de courtes périodes après les coups d’État militaires du début des années 1960 et des années 1980, la Turquie a mis en place une sorte d’isolationnisme en se concentrant sur la politique intérieure plutôt que sur la politique étrangère.

Modèle de pactes régionaux : Au cours des années 1930, la Turquie a établi des pactes régionaux tels que le Pacte des Balkans en 1934 avec la Grèce, la Yougoslavie et la Roumanie et le Pacte de Saadabad en 1937 avec l’Iran, l’Irak et l’Afghanistan.

Neutralité ou non-belligérance : Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Turquie a continué à faire du commerce et à maintenir ses relations diplomatiques avec l’Allemagne nazie afin de sécuriser ses frontières jusqu’à la toute dernière étape de la guerre.

Atlantisme : Après être devenu un allié des États-Unis et membre de l’OTAN, dans les années 1950, la Turquie a mis en œuvre l’atlantisme comme principale inclinaison de sa politique étrangère. Dans les années 1980 et 1990 également, les relations turco-américaines étaient le problème le plus important de la politique étrangère de la Turquie.

Multi-dimensionnalisme : Après avoir eu des problèmes avec Washington liés à la question chypriote, la Turquie a commencé à améliorer ses relations avec la Russie dans les années 1960 et 1970 et a tenté de mettre en œuvre une politique étrangère multidimensionnelle afin de réduire sa dépendance à Washington et pour maximiser ses intérêts nationaux.

Européanisation : Dans les années 2000, la Turquie s’est entièrement concentrée sur le processus d’adhésion à l’UE puisqu’elle est devenue candidate membre à part entière en 1999 et les pourparlers d’adhésion ont commencé en 2005.

Eurasianism : En raison des graves problèmes de la Turquie avec les États-Unis et l’UE, dans les années 2020, les relations avec la Russie, la Chine, l’Iran et les États turcs sont devenues une véritable option pour la politique étrangère de la Turquie.

Selon une recherche menée régulièrement (annuellement) par l’Université Kadir Has d’Istanbul (les données de 2022 sont utilisées)[3], les Turcs ne considèrent que l’Azerbaïdjan (55,3 %), la République turque de Chypre du Nord (TRNC) (48,4 %), la Géorgie (38,3 %), et l’Ouzbékistan (35,2 %) comme leurs véritables amis et alliés. D’autre part, les Turcs considèrent les États-Unis (42,7 %), l’Israël (41,9 %), l’Arménie (36,4 %), la Grèce (33,5 %) et le Royaume-Uni (33,4 %) comme les pays les plus hostiles.[4] De plus, les Turcs considèrent l’Ukraine (32,7 %) comme un pays plus amical que la Russie (20,9 %).[5] Étrangement, les Turcs pensent que même si les États-Unis sont la plus grande menace pour leur pays, ils devraient améliorer leurs relations avec Washington (39,9 %).[6] Viennent ensuite les demandes de développement des relations avec les pays islamiques (27,9 %), les pays européens (26,2 %), les États turcs (25,8 %), la Russie (18,6 %) et la Chine (18,1 %).[7]

2. Relations turco-russes selon le ministère turc des Affaires étrangères

Dans la note intitulée « Relations Turquie-Russie » du ministère des Affaires étrangères de Turquie[8], il était indiqué que ; les relations entre la Turquie et la Russie ont une histoire profondément enracinée, de nouvelles opportunités et perspectives de coopération sont apparues dans les relations bilatérales après la période de la guerre froide, et une nouvelle ère a commencé avec le dialogue étroit établi entre les dirigeants politiques des deux pays au début des années 2000 , suite au développement économique rapide des années 1990 basé sur le « trading de valises » (bavul ticareti).[9]

Il a également été noté que les relations bilatérales entre Ankara et Moscou ont été placées sur une base institutionnelle avec l’émergence du Conseil de coopération de haut niveau (YDİK), qui a été créé en 2010.[10] En outre, il a été déclaré que les relations Turquie-Russie ont été soumises à une sérieuse épreuve (crise des avions, assassinat de Karlov, etc.) ces dernières années en raison des mouvements militaires et des désaccords politiques liés à la crise syrienne, mais après ce processus, les relations ont commencé à se normaliser depuis 2016 lorsqu’Ankara a acheté le système de défense antimissile S-400 à Moscou.[11]

En outre, il a également été déclaré que le moteur des relations entre les deux pays est l’économie.[12] Il a été souligné que les investissements mutuels entre les deux pays s’élevaient à 10 milliards de dollars chacun. Le volume total des relations économiques turco-russes a atteint un nouveau record autour de 60 milliards de dollars en 2022.[13] En ce sens, la Russie est récemment devenue le plus grand partenaire commercial de la Turquie en dépassant l’Allemagne. L’objectif annoncé était de 100 milliards de dollars, mais il convient de mentionner qu’il existe une grande asymétrie en faveur de Moscou. En plus, plus de 7 millions de touristes russes ont visité la Turquie en 2019, 5 millions en 2021 malgré la pandémie et 5,2 millions en 2022.[14]

L’énergie constitue l’un des éléments les plus importants des relations entre la Turquie et la Russie. Avec les projets de TurkStream (TürkAkım) et Akkuyu, la coopération dans le domaine de l’énergie se poursuit avec la Russie, qui est le premier fournisseur d’énergie de la Turquie, tant en gaz qu’en pétrole. Le dirigeant russe Vladimir Poutine a récemment proposé que la Turquie devienne un centre énergétique pour faciliter les relations énergétiques entre la Russie et les pays occidentaux.[15]

La Turquie a une ambassade à Moscou, un consulat général à Saint-Pétersbourg, Kazan et Novorossisk et un consulat honoraire à Ekaterinbourg.[16] La Fédération de Russie a une ambassade à Ankara, un consulat général à Istanbul, Antalya et Trabzon, et un consulat honoraire à Izmir.[17]

Dans la note intitulée « L’économie de la Fédération de Russie » du ministère des Affaires étrangères de la Turquie[18], il était indiqué que ; ces dernières années (avant 2022), le volume des échanges bilatéraux a évolué entre 22 et 30 milliards de dollars, la balance commerciale bilatérale a été assez faussée en faveur de la Russie (5 contre 1). En 2022, le volume des échanges bilatéraux a atteint près de 60 milliards de dollars et l’asymétrie était de 9 contre 1 en faveur de la Russie.

Les principaux produits d’exportation de la Turquie vers la Russie sont les fruits et légumes frais, principalement les agrumes, les raisins et les tomates frais, les machines, les véhicules terrestres et leurs pièces, les vêtements et les accessoires.[19] Le pétrole et ses produits, le gaz naturel, la houille, les produits sidérurgiques, l’aluminium non transformé et divers produits céréaliers sont les principales exportations de la Russie vers la Turquie.[20]

On voit que le ministère des Affaires étrangères de la Turquie essaie d’utiliser un langage positif et ne met pas en évidence les domaines problématiques, mais n’inclut pas d’expressions telles que « partenaire stratégique » ou « allié » pour la Russie puisque la Turquie est membre de l’OTAN et fait partie du monde occidental.

Il ne faut pas oublier que la Turquie et la Russie sont des rivales historiques et que leur partenariat économique est également relativement récent (depuis les années 1990). Cependant, à partir des années 1970, la Turquie – dans le cadre de son alternative de politique étrangère multidimensionnelle – a de temps en temps utilisé la carte de la Russie, en particulier lorsqu’elle entretient des relations problématiques avec l’Occident. Ce faisant, Ankara a également tenté d’améliorer sa technologie grâce à l’aide et à l’expertise russes (soviétiques).

L’amitié entre les dirigeants de deux pays (Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine) est également un facteur important ces dernières années. Cependant, les styles autoritaires de ces deux leaders charismatiques sont sérieusement critiqués dans le monde occidental.

3. Relations turco-ukrainiennes selon le ministère turc des Affaires étrangères

Dans la note intitulée « Relations politiques Turquie-Ukraine »[21], le ministère des Affaires étrangères de la Turquie a déclaré que les relations Turquie-Ukraine ont été établies le 3 février 1992 et que les relations ont été élevées au niveau de « partenariat stratégique » avec le Conseil stratégique de haut niveau. (YDSK) mis en place en 2011.

Alors que le volume des échanges entre la Turquie et l’Ukraine est estimé à 4,68 milliards de dollars en 2020, le montant total des investissements des entreprises turques dans ce pays est d’environ 4 milliards de dollars, y compris ceux réalisés via des pays tiers. De plus, le nombre de touristes venant d’Ukraine en Turquie en 2021 a dépassé les 2 millions.[22]

En outre, il a été déclaré que, conformément à l’objectif de renforcement des relations économiques et humaines avec l’Ukraine, à compter du 1er juin 2017, le régime de voyage avec des cartes d’identité a été mis en pratique entre les deux pays. Outre l’ambassade de Turquie à Kiev, il existe un consulat général actif à Odessa et un consulat honoraire à Kharkov.[23]

Selon le ministère des Affaires étrangères, les relations économiques entre la Turquie et l’Ukraine se situaient au niveau de 4 à 5 milliards de dollars ces dernières années, tandis que la balance commerciale était en faveur de la Turquie, bien qu’avec une petite marge.[24]

Les principaux produits exportés vers l’Ukraine depuis la Turquie étaient ; chaudières, machines, dispositifs et appareils mécaniques, réfrigérateurs, congélateurs et autres dispositifs de refroidissement et de congélation, fer et acier, machines et appareils électriques et équipements téléphoniques. D’autre part, les principaux produits importés d’Ukraine par la Turquie étaient le fer et l’acier, les céréales, le maïs, les oléagineux et les fruits, diverses céréales, graines et fruits, le soja étant décrit comme des résidus et les débris de l’industrie alimentaire.

Il convient également de noter à ce stade que le ministère des Affaires étrangères traite les relations avec l’Ukraine -contrairement aux relations avec la Russie- dans le cadre d’un « partenariat stratégique »[25], alors que le volume des échanges entre la Turquie et l’Ukraine représentait moins d’un dixième du volume des échanges entre la Turquie et la Russie en 2022.

Bien que l’Ukraine soit officiellement un pays plus ami de la Turquie, les relations politiques et économiques avec la Russie sont plus importantes et même vitales pour les besoins énergétiques et économiques du pays. Comme indiqué précédemment, les Turcs considèrent également l’Ukraine comme un pays plus amical que la Russie. Les responsables turcs ont condamné à plusieurs reprises l’invasion de l’Ukraine par la Russie[26], y compris l’annexion de la Crimée qui remonte à 2014[27]. Sans couper les relations diplomatiques et économiques avec la Russie, la Turquie a en revanche fourni des drones Bayraktar à l’Ukraine pour aider ce pays à défendre ses territoires.[28] Pour ressembler à la situation des modèles de comportement antérieurs, la politique étrangère turque lors de l’invasion russe de l’Ukraine me rappelle la période de neutralité ou de non-belligérance pendant la Seconde Guerre mondiale et la politique étrangère multidimensionnelle des années 1970.

4. Paramètres qui affectent la politique étrangère turque vis-à-vis de l’invasion russe de l’Ukraine

A-) Dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie

Le facteur le plus important dans l’élaboration de la politique étrangère turque lors de l’invasion russe de l’Ukraine est la dépendance énergétique de la Turquie vis-à-vis de la Russie. La Turquie achète près de 45 % de son gaz naturel à la Russie. De plus, Ankara et Moscou ont établi ensemble les projets TurkStream et Akkuyu. Le président russe Poutine a récemment proposé à la Turquie de devenir l’acteur clé du transport du gaz naturel vers l’Europe en se transformant en hub énergétique.

La Turquie importe 10 % de son pétrole brut de Russie. En 2022, la Turquie a doublé les importations de pétrole russe. En ce sens, la dépendance actuelle vis-à-vis de la Russie en termes de pétrole devrait également être plus élevée. Certaines sources affirment que la Russie est également devenue le principal fournisseur d’énergie (pétrole) de la Turquie en 2022 en dépassant l’Irak.

B-) La Russie comme acteur d’équilibre face à l’Occident

Jusqu’à présent, la Turquie n’a pas pu devenir une démocratie développée en raison de diverses raisons internes et externes ainsi que de sa culture politique différente. L’approche tolérante de la Russie envers le régime unique de la Turquie est utile à l’État turc et à l’élite politique turque contre les demandes démocratiques excessives venant de Bruxelles et de Washington.

De plus, la politique américaine d’armement des groupes terroristes PKK/PYD/YPG en Syrie ainsi que l’approche tolérante des États-Unis et de l’UE envers les groupes radicaux opposés au régime (FETÖ) en Turquie incitent l’élite de l’État turc à développer des relations avec Moscou pour contrebalancer l’influence occidentale. Ainsi, certains affirment que la Turquie a récemment commencé à soutenir le multipolarism dans le monde.

C-) La loi internationale

La Turquie est un membre respecté des Nations Unies (ONU) et défend le statu quo dans l’ordre international. En ce sens, des violations flagrantes du droit international telles que l’invasion russe de l’Ukraine obligent l’État turc à condamner la politique étrangère russe. Cependant, en raison de ses intérêts nationaux, la Turquie ne se joint pas aux sanctions occidentales contre la Russie. Dans l’approche d’Ankara, il ne pouvait se joindre qu’aux décisions et sanctions de l’ONU contre la Russie.

D-) L’invasion russe de l’Ukraine a fait la Turquie un acteur diplomatique plus important

Tout en condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie mais en ne rejoignant pas le régime de sanctions dirigé par l’Occident contre Moscou, la Turquie est devenue le seul pays au monde capable de parler aux deux parties et a remporté un succès diplomatique en orchestrant l’accord sur les céréales entre la Russie et L’Ukraine ainsi que l’échange de prisonniers.[29] Le président turc Erdoğan est même nominé pour le prix Nobel de la paix en raison de ses « efforts pour résoudre la crise ukrainienne » récemment.

E-) Doubles standards occidentaux

L’élite politique actuelle de la Turquie a été témoin de l’invasion américaine de l’Irak en 2003 avec la participation du Royaume-Uni, de l’Australie et de la Pologne également et surtout sans résolution de l’ONU. De plus, pendant de longues années, l’Azerbaïdjan n’a pas pu réaliser son intégrité territoriale à cause de l’occupation arménienne du Karabakh et de l’apathie internationale pour ce problème. En ce sens, la Turquie pense que les pays occidentaux ont une approche biaisée et à deux poids deux mesures des questions politiques.

F-) Adhésion à l’OTAN

Pour la Turquie, l’adhésion à l’OTAN a toujours été très importante contre une éventuelle agression russe depuis le début de la guerre froide. La Turquie n’envisage pas de quitter l’alliance militaire même si elle mène depuis peu une politique étrangère multidimensionnelle. Selon le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, la Turquie (président Erdoğan) soutient l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. La Russie s’oppose à cette demande. Au cas où l’OTAN prendrait une position ferme contre la Russie, il pourrait être difficile pour Ankara de ne pas suivre le mouvement avec d’autres alliés, comme l’a récemment prouvé l’adhésion de la Finlande à l’OTAN. Cependant, la résistance turque à l’adhésion de la Suède à l’OTAN persiste.

G-) Réparation de l’alliance américano-turque

La Turquie ne peut revoir son attitude dans la crise ukrainienne que si un règlement global avec Washington est conclu. Le consensus avec Washington devrait inclure le retour de la Turquie au programme F-35, la finalisation de la livraison du F-16, un projet d’approvisionnement énergétique alternatif et plus réalisable pour Ankara et le soutien occidental à la position de la Turquie en Méditerranée orientale ainsi qu’à la lutte d’Ankara contre le PKK/PYD/YPG terrorisme.

Conclusion

Pour conclure, on peut affirmer que la Turquie a suivi une politique étrangère réaliste et axée sur les intérêts nationaux lors de l’invasion russe de l’Ukraine plutôt qu’une diplomatie idéaliste et fondée sur des principes. Tout en ne se joignant pas aux sanctions contre Moscou et en intensifiant au contraire les relations économiques avec la Russie, la Turquie soutient officiellement l’intégrité territoriale et l’autodéfense de l’Ukraine et fournit des drones et de l’aide humanitaire à Kiev.

La Turquie a récemment connu de graves problèmes de sécurité et des problèmes économiques et, par conséquent, elle agit sur la base de ses propres intérêts sur cette question, bien qu’en général, elle ait été l’un des pays les plus généreux au monde en termes d’aide humanitaire ces dernières années et un éminent défenseur du droit international et de l’ordre onusien. Presque rejetée par l’Union européenne (UE) pour devenir membre à part entière, la Turquie cherche maintenant à devenir une puissance régionale. La Russie étant l’acteur le plus fort et le plus important de la géographie proche de la Turquie, Ankara ne veut pas gâcher ses relations avec Moscou. L’Occident devrait offrir à la Turquie une meilleure alternative telle que l’adhésion à l’UE pour encourager Ankara à rester ferme face à Moscou. Sinon, cette politique pourrait être permanente.

Cependant, tant que les problèmes clés ne seront pas résolus, la politique de la Turquie vis-à-vis de l’invasion russe de l’Ukraine et ses relations étroites avec Moscou pourraient se poursuivre malgré le changement de gouvernement. Une dernière chose à garder à l’esprit : la Turquie, dans ses affaires régionales, a récemment utilisé une diplomatie “à tour de rôle“, ce qui a conduit les dirigeants turcs à modifier rapidement et même radicalement les orientations et les objectifs diplomatiques en raison des changements conjoncturels.

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

 

BIBLIOGRAPHIE

[1] T.C. Dışişleri Bakanlığı, “Brief History of the Ministry of Foreign Affairs of the Republic of Türkiye”, Date d’adhésion : 02.04.2023, Adresse d’accès : https://www.mfa.gov.tr/turkiye-cumhuriyeti-disisleri-bakanligi-tarihcesi.en.mfa.

[2] idem.

[3] Kadir Has Üniversitesi (2022), “Türk Dış Politikası Kamuoyu Algıları Araştırması 2022”, Date d’adhésion : 02.04.2023, Adresse d’accès : https://www.khas.edu.tr/wp-content/uploads/2022/09/TDP_2022_TUR_FINAL_05.09.2022.pdf.

[4] idem.

[5] idem.

[6] idem.

[7] idem.

[8] T.C. Dışişleri Bakanlığı, “Türkiye-Rusya İlişkileri”, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.mfa.gov.tr/turkiye-rusya-siyasi-iliskileri.tr.mfa.

[9] Örmeci, Ozan (2019), “Turkish-Russian Relations during AK Parti Rule: Could Economic Partnership Transform into a Strategic Partnership? A Realistic Outlook”, International Journal of Economics, Administrative and Social Sciences (IJEASS), Vol. 2, no: 2, décembre 2019, p. 128. Pour une recherche détaillée sur les relations turcos-russes ; Ozan Örmeci & Sina Kısacık (2018), Rusya Siyaseti ve Rus Dış Politikası, Ankara: Seçkin Yayıncılık.

[10] T.C. Dışişleri Bakanlığı, “Türkiye-Rusya İlişkileri”, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.mfa.gov.tr/turkiye-rusya-siyasi-iliskileri.tr.mfa.

[11] idem.

[12] idem.

[13] idem.

[14] idem.

[15] Atlantic Council (2022), “Turkey can become an energy hub—but not by going all-in on Russian gas”, Date d’adhésion : 03.04.2023, Adresse d’accès : https://www.atlanticcouncil.org/blogs/turkeysource/turkey-can-become-an-energy-hub-but-not-by-going-all-in-on-russian-gas/#:~:text=However%2C%20it%20still%20remains%20heavily,oil%20from%20Russia%20each%20year.

[16] T.C. Dışişleri Bakanlığı, “Türkiye-Rusya İlişkileri”, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.mfa.gov.tr/turkiye-rusya-siyasi-iliskileri.tr.mfa.

[17] idem.

[18] T.C. Dışişleri Bakanlığı, “Rusya Federasyonu’nun Ekonomisi”, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.mfa.gov.tr/rusya-ekonomisi.tr.mfa.

[19] idem.

[20] idem.

[21] T.C. Dışişleri Bakanlığı, “Türkiye-Ukrayna Siyasi İlişkileri”, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.mfa.gov.tr/turkiye-ukrayna-siyasi-iliskileri_.tr.mfa.

[22] idem.

[23] idem.

[24] idem.

[25] idem.

[26] CNNTürk (2022), “Cumhurbaşkanı Erdoğan: Rusya’dan da Ukrayna’dan da vazgeçmemiz mümkün değil”, 23.02.2022, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.cnnturk.com/dunya/son-dakika-cumhurbaskani-erdogandan-flas-ukrayna-aciklamasi; DW Türkçe (2022), “Kalın: Putin sınırları yeniden çizmek istiyor”, 20.02.2022, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.dw.com/tr/kal%C4%B1n-putin-s%C4%B1n%C4%B1rlar%C4%B1-yeniden-%C3%A7izmek-istiyor/a-60848436.

[27] CNNTürk (2015), “Erdoğan: “Rusya’nın Kırım’ı ilhakını tanımıyoruz””, 04.08.2015, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.cnnturk.com/haber/turkiye/-erdogan-rusya-nin-kirim-i-ilhakini-tanimiyoruz; T.C. Dışişleri Bakanlığı (2020), “No: 74, 16 Mart 2020, Kırım’ın Yasadışı İlhakının Altıncı Yıldönümü Hk.”, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.mfa.gov.tr/no_74_-kirim-in-yasadisi-ilhakinin-altinci-yildonumu-hk.tr.mfa.

[28] Dilge Timoçin (2022), “Türk SİHA’ları Ukrayna Krizinde Belirleyici mi?”, Amerika’nın Sesi, Date d’adhésion : 23.02.2022, Adresse d’accès : https://www.amerikaninsesi.com/a/turk-sihalari-ukrayna-krizinde-belirleyici-mi-/6432719.html.

[29] TRT World (2022), “Grain deal, prisoner swap: Why Türkiye is praised for peacebuilding”, Date d’adhésion : 03.04.2023, Adresse d’accès : https://www.trtworld.com/magazine/grain-deal-prisoner-swap-why-t%C3%BCrkiye-is-praised-for-peacebuilding-61064.

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.