CRISE JUDICIAIRE EN TURQUIE

upa-admin 25 Kasım 2023 540 Okunma 0
CRISE JUDICIAIRE EN TURQUIE

Bien que la Turquie ait organisé avec succès et pacifiquement des élections présidentielles et législatives en mai 2023 et que le peuple turc ait décidé de maintenir le régime du président Recep Tayyip Erdoğan et la direction de parti islamoconservateur l’AKP (Parti de la justice et du développement) au parlement, l’absence d’un système politique démocratique cohérent avec une constitution appropriée conduit fréquemment à des crises politiques dans le pays. Une nouvelle crise est survenue ces jours-ci en raison d’un désaccord juridique entre deux plus hautes juridictions du pays. Cette situation est souvent qualifiée de « crise judiciaire » ou de « crise constitutionnelle » par les médias turcs.[1] Dans cet article, je résumerai la crise politique la plus récente en Turquie.

La cause de la crise est la situation juridique controversée du député emprisonné du Parti ouvrier de Turquie (TİP), Can Atalay. Atalay est en prison depuis avril 2022 pour « tentative de renversement du gouvernement » lors des manifestations antigouvernementales de 2013, connues sous le nom de manifestations du parc Gezi (l’occupation du parc Gezi à Taksim).[2] Atalay a été élu député du parti socialiste TİP lors des élections générales du 14 mai 2023 dans la ville de Hatay. Le recours d’Atalay devant la Cour constitutionnelle turque (Anayasa Mahkemesi) a finalement abouti à une décision en sa faveur et le plus haut tribunal de Turquie a décidé que le maintien en détention d’Atalay violait ses droits à la liberté personnelle, à l’immunité parlementaire et à un procès équitable, et a donc ordonné son lancement immédiat.[3]

Alors que les groupes pro-démocratiques y voyaient un progrès vers le retour à un régime démocratique en Turquie, la Cour de cassation (Yargıtay) a rendu un arrêt déclarant que la décision de la Cour constitutionnelle de libérer Atalay ne serait pas appliquée et a déposé une plainte pénale contre les membres de la Cour Constitutionnelle qui a décidé la libération d’Atalay.[4] L’Union des barreaux de Turquie (Türkiye Barolar Birliği/TBB) a interprété cela comme « une révolte contre l’ordre constitutionnel en Turquie » et a exigé la démission immédiate des juges de la Cour de cassation.[5] Le dirigeant nouvellement élu du CHP, Özgür Özel, a également condamné la décision et a qualifié cette évolution de « coup d’État contre la constitution ».[6] Le CHP a également lancé une surveillance parlementaire pour protester contre cette décision.[7] D’autres partis d’opposition ont également condamné cette décision. Par exemple, Erkan Baş, chef du parti socialiste TİP, Bilge Yılmaz du parti de centre-droit İYİ (le Bon Parti), et l’ancien Premier ministre et chef du Parti du Futur (Gelecek Partisi) Ahmet Davutoğlu, ont tous rejeté la décision.[8] Les experts juridiques ont en revanche souligné que les juges de la Cour constitutionnelle ne peuvent être jugés que par la Cour pénale suprême, qui est la Cour constitutionnelle elle-même, ce qui complique encore la situation. Enfin, le président Erdoğan et les milieux progouvernementaux ont pris le parti de la Cour de cassation.[9] En affirmant que les deux tribunaux sont les plus hautes autorités judiciaires, Erdoğan a critiqué la Cour constitutionnelle pour ses « erreurs successives ».[10] Conseiller principal du président Erdoğan, l’ancien socialiste Mehmet Uçum a également soutenu la décision de la Cour de cassation et a déclaré qu’il s’agissait d’établir « un système juridique national contre la loi néolibérale et pro-occidentale ».[11]

Si le différend entre deux hautes juridictions révèle une grave crise judiciaire et politique dans le pays, la non-application de la décision de la plus haute juridiction prouve également que même les notions fondamentales d’État de droit n’existent plus en Turquie. L’article 85 de la Constitution actuelle de la Turquie (Constitution de 1982) stipule clairement que les décisions de la Cour constitutionnelle ne peuvent pas être annulées à ce sujet (annulation de l’immunité parlementaire).[12] C’est un fait que les décisions et interprétations juridiques pourraient changer au fil du temps, comme dans le cas de l’interdiction du foulard pour les étudiants universitaires ainsi que pour les agents publics. Cependant, comme le stipule la Constitution, la décision de la Cour constitutionnelle sur cette question ne peut être réfutée ni annulée par la Cour de cassation car, selon la hiérarchie des normes, la Cour constitutionnelle est la plus haute autorité judiciaire de Turquie.

Sur cette base, espérons que le président Erdoğan et les milieux progouvernementaux ne fragiliseront pas davantage le système juridique et accepteront la décision conformément au principe de l’État de droit. En fait, c’est la seule façon pour la Turquie d’améliorer sa situation démocratique et économique, car les investisseurs étrangers et les entreprises internationales auraient des doutes sur un pays dans lequel même les principes fondamentaux de l’État de droit ne sont pas correctement appliqués. De plus, les problèmes juridiques et démocratiques de la Turquie affaibliront aux yeux de l’opinion publique internationale ses affirmations audacieuses en matière de politique étrangère, telles que la révision du Conseil de sécurité de l’ONU, etc. C’est pourquoi je recommande vivement un retour à la démocratie et à l’État de droit le plus rapidement possible.

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

 

[1] https://medyascope.tv/2023/11/09/turkish-judiciary-finds-itself-in-crisis-following-competing-rulings-on-can-atalay-case/; https://bianet.org/haber/turkey-faces-judicial-crisis-as-high-courts-clash-over-jailed-mp-287647; https://yetkinreport.com/en/2023/11/10/the-judicial-crisis-started-with-the-weakest-link-in-turkiye-the-cracks-enlarge/; https://www.bloomberg.com/news/articles/2023-11-09/turkey-constitutional-court-judges-face-trial-over-can-atalay-case; https://www.mlsaturkey.com/en/constitutional-crisis-can-atalay-controversy-in-the-judiciary.

[2] https://bianet.org/haber/turkey-faces-judicial-crisis-as-high-courts-clash-over-jailed-mp-287647.

[3] https://bianet.org/haber/turkey-faces-judicial-crisis-as-high-courts-clash-over-jailed-mp-287647.

[4] https://medyascope.tv/2023/11/09/turkish-judiciary-finds-itself-in-crisis-following-competing-rulings-on-can-atalay-case/.

[5] https://www.barobirlik.org.tr/Haberler/bu-karar-anayasal-duzene-karsi-acik-bir-baskaldiridir-84291.

[6] https://yetkinreport.com/en/2023/11/10/the-judicial-crisis-started-with-the-weakest-link-in-turkiye-the-cracks-enlarge/.

[7] https://www.bbc.com/turkce/articles/cx817zrvp1qo.

[8] https://medyascope.tv/2023/11/09/turkish-judiciary-finds-itself-in-crisis-following-competing-rulings-on-can-atalay-case/.

[9] https://www.reuters.com/world/middle-east/turkeys-top-appeals-court-files-complaint-against-constitutional-court-judges-2023-11-08/.

[10] https://tr.euronews.com/2023/11/10/yuksek-yargidaki-can-atalay-krizinde-erdogandan-yargitaya-destek-chp-ve-barolar-sokakta.

[11] https://bianet.org/haber/cumhurbaskani-basdanismani-ucum-yargitay-milli-yargidir-savunulacaktir-287615.

[12] https://cdn.tbmm.gov.tr/TbmmWeb/Yayinlar/Dosya/ea266075-d26a-4bad-8007-efa2b7b773a8.pdf.

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.