LES ÉLECTIONS LOCALES TURQUES DE 2024 APPROCHENT

upa-admin 30 Ocak 2024 254 Okunma 0
LES ÉLECTIONS LOCALES TURQUES DE 2024 APPROCHENT

Introduction

Après les élections présidentielles et législatives de mai dernier, le peuple turc est prêt à voter à nouveau le 31 mars 2024 pour élire les dirigeants municipaux (maires) de 81 villes dont 30 métropoles ainsi que 922 districts. Après sa victoire décisive il y a quelques mois, le président turc Recep Tayyip Erdoğan tente désormais de reprendre le contrôle des deux plus grandes villes de Turquie, Istanbul et Ankara, aux mains du principal parti d’opposition pro-laïc, le CHP (Parti républicain du peuple). Erdoğan maintient son pacte électoral appelé « Cumhur İttifakı » (l’Alliance populaire) avec des partis ultranationalistes tels que le MHP (Parti d’action nationaliste) et le BBP (Parti de la grande unité). L’opposition, en revanche, est toujours en turbulence après la défaite choquante de mai dernier et les partis d’opposition se présenteront seuls aux élections locales, sans leur coalition électorale « Millet İttifakı » (l’Alliance nationale) précédemment établie. Dans cet article, je vais expliquer quelques points chauds à surveiller de près lors des élections locales turques de 2024.

Istanbul

La compétition la plus importante aura lieu à Istanbul, la capitale économique du pays. À Istanbul, l’actuel maire du CHP, Ekrem İmamoğlu, a été élu deux fois lors des élections locales de 2019 et est devenu un champion de la démocratie grâce à l’annulation des premières élections. Depuis lors, İmamoğlu a travaillé très dur et est devenu une personnalité politique nationale et même internationale grâce à ses efforts de relations publiques, ses visites diplomatiques et ses projets ferroviaires (métro) réussis. İmamoğlu veut être réélu en mars prochain et devenir le candidat de l’opposition à la présidence en 2028. Issu d’une famille modeste de Trabzon, İmamoğlu pourrait être considéré comme le « sosie » de gauche et plus laïc du président Erdoğan avec son identité démocratique musulmane, caractéristiques de la région de Karadeniz (mer Noire) et personnalité ambitieuse. En ce sens, les élections locales de 2024 ne sont pas une élection ordinaire pour İmamoğlu et s’il gagne, il serait presque certain qu’il deviendra le candidat de l’opposition à la présidentielle lors des prochaines élections (probablement en 2028).

Mais comme le président Erdoğan était un ancien maire d’Istanbul et qu’il comprend qu’İmamoğlu pourrait être un adversaire coriace contre le candidat de son parti (peut-être même à nouveau lui-même) lors de la prochaine élection présidentielle, il a choisi Murat Kurum, ancien ministre de l’Environnement, de l’Urbanisation et du Climat. Erdoğan fera probablement de son mieux pour faire élire Kurum en usant de son influence sur les médias et la bureaucratie d’État. L’avantage de Kurum réside dans la position dominante de son parti dans la politique turque au cours des deux dernières décennies. De plus, sa connaissance de la gentrification et son expérience antérieure au TOKİ (l’Administration du développement du logement de Turquie) font de lui un candidat idéal pour Istanbul, une ville gigantesque présentant un risque énorme de tremblement de terre dévastateur. Cependant, comme les élections locales à Istanbul sont souvent perçues comme une chance pour la survie de la démocratie multipartite dans le pays, de nombreux électeurs ne regarderont pas les capacités et les connaissances de Kurum, mais plutôt son attachement au parti au pouvoir, l’AK Parti (Parti de la Justice et du Développement), souvent accusé d’avoir mis en place un régime de plus en plus autoritaire en Turquie.

Une autre dimension importante à Istanbul est la performance des autres partis. Par exemple, le Parti de la Victoire d’extrême droite anti-immigrés (Zafer Partisi) a choisi un ancien politicien du MHP, Azmi Karamahmutoğlu, qui pourrait voler des voix à Kurum et à İmamoğlu. En revanche, le candidat du Parti İYİ (Bon Parti) à la mairie d’Istanbul, Buğra Kavuncu, pourrait ne pas atteindre un pourcentage élevé en raison de la polarisation/confrontation İmamoğlu-Kurum entre les électeurs. Le parti pro-kurde DEM, quant à lui, a le potentiel de devenir le faiseur de roi lors des élections locales de 2024 à Istanbul. Le parti pourrait choisir l’épouse de son leader emprisonné Selahattin Demirtaş, Başak Demirtaş, comme candidate à la mairie d’Istanbul. En tant qu’élégante politicienne pro-démocratique et épouse tourmentée, Mme Demirtaş pourrait obtenir des votes élevés, notamment ceux provenant des électeurs kurdes et féminins, et pourrait aider Murat Kurum à faire passer Ekrem İmamoğlu. En ce sens, la décision du parti DEM de présenter ou non un candidat déterminera le sort de la course. En outre, la décision finale du nouveau parti islamiste de la tradition d’Erbakan, le Nouveau Parti du Bien-être (YRP), pourrait également avoir une grande influence sur le résultat électoral. Jusqu’à présent, les négociations entre l’AK Parti et le YRP n’ont pas abouti à un accord entre les deux parties et les responsables de YRP déclarent que l’AK Parti n’a pas proposé d’offre concrète. Ainsi, le YRP pourrait rivaliser avec son candidat en mars, ce qui pourrait diminuer les voix de Murat Kurum de quelques pour cent. Quel que soit le scénario, je pense que la course sera trop serrée et que Kurum ou İmamoğlu remporteront les élections avec une petite marge (1 à 3 %). Les sondages d’opinion actuels suggèrent également qu’İmamoğlu a une petite avance sur Kurum, mais la différence n’est que de quelques points.

Ankara

Dans la capitale turque, la compétition se déroulera encore une fois entre deux grands partis ; l’AK Parti et le CHP. Le candidat du CHP à Ankara et maire sortant Mansur Yavaş a de nombreuses personnalités puisqu’il est issu d’un milieu ultranationaliste (tradition MHP), mais candidat à un parti social-démocrate. De plus, il s’identifie à Ankara. Ainsi, il peut facilement recueillir les voix des électeurs de gauche et de droite. Mais pour reprendre Ankara, le président Erdoğan n’a pas répété l’erreur qu’il avait commise en 2019 et a choisi cette fois un homme politique local d’Ankara, l’ancien maire de Keçiören, Turgut Altınok. Altınok, comme Yavaş, est un homme politique local bien connu à Ankara et il a été à plusieurs reprises maire de Keçiören au sein de différents partis de droite. En ce sens, Erdoğan a choisi le meilleur candidat possible parmi les alternatives face au puissant Yavaş. La chef du Parti İYİ, Meral Akşener, a quant à elle choisi Cengiz Topel Yıldırım comme candidat à la mairie. Cependant, Yıldırım n’a pas de réelle chance face à Yavaş et Altınok, surtout dans une atmosphère de polarisation qui favoriserait les candidats les plus forts.

En ce sens, deux candidats ultranationalistes issus de la tradition des Loups Gris (Ülkü Ocakları) s’affronteront dans la capitale turque, ce qui montre le manque d’équilibre de la politique turque, avec une gauche faible et une politique dominante de droite. Comme à Istanbul, à Ankara également, il semble que seuls quelques points d’avance détermineront le vainqueur. Les sondages actuels suggèrent que Mansur Yavaş est le favori et a plus de chances de remporter les élections. Cependant, l’écart entre les deux candidats est inférieur à trois points, ce qui montre que tout peut arriver. En outre, je dois ajouter que lors de l’élection présidentielle de 2023, les sondages d’opinion ont induit les gens en erreur et n’ont pas prévu la victoire d’Erdoğan.

Autres villes importantes

À Izmir, le nouveau leader du CHP, Özgür Özel, a pris une décision choquante et a remplacé l’actuel maire d’Izmir, Tunç Soyer, par le maire de Karşıyaka, Cemil Tugay. L’AK Parti a en revanche choisi Hamza Dağ comme candidat. En outre, le professeur Ümit Özlale, candidat du parti İYİ à Izmir, est également qualifié de personnalité de premier plan par les médias turcs. Cependant, sauf cas de force majeure, il semble que le candidat du CHP, Cemil Tugay, remportera facilement les élections, car Izmir est connue pour sa forte tradition laïque et républicaine. Des sondages antérieurs suggèrent également que le CHP a actuellement une avance de 15 à 16 points à Izmir.

À Antalya, le président Erdoğan a choisi Hakan Tütüncü, le maire de Kepez, comme candidat à la mairie. Le CHP a en revanche décidé de continuer avec le maire sortant Muhittin Böcek. La compétition à Antalya sera également très intéressante puisque les deux partis ont un soutien presque égal et qu’Antalya est la deuxième destination touristique la plus importante de Turquie après Istanbul. Les sondages actuels suggèrent que le CHP n’a qu’un avantage de 0,5 point à Antalya, ce qui montre que tout pourrait arriver le 31 mars 2024.

En dehors de ces grandes villes peuplées et riches, il est presque certain que l’AK Parti continuera à dominer la politique turque et à remporter la plupart des municipalités. Cela est lié au succès du parti et de son leader incontesté, le président Erdoğan, à atteindre tous les segments de la société avec des services de santé et sociaux de haute qualité. En outre, le soutien des pays du Sud global au président Erdoğan est également clair. Par exemple, le président russe Vladimir Poutine se rendra en Turquie en février pour montrer sa solidarité avec le gouvernement turc et améliorer les relations turco-russes. Mais le pourcentage que le parti/bloc obtiendra doit être interprété comme le niveau de satisfaction de la population à l’égard du régime actuel. En outre, la performance électorale du nouveau parti pro-kurde DEM sera également un indicateur important puisqu’elle montrera la tendance parmi les électeurs kurdes.

Conclusion

Enfin, les élections locales turques de 2024 constitueront une étape importante pour la trajectoire politique de la Turquie. Avec une opposition affaiblie perdant les communes de deux grandes villes ; Istanbul et Ankara, la transformation politique de la Turquie vers un État plus autoritaire pourrait s’accélérer. Ou, dans le cas où l’opposition conserverait son pouvoir et/ou l’étendrait, nous pourrions être plus optimistes quant à une transition vers une démocratie à grande échelle dans un avenir proche, à partir d’un régime autoritaire compétitif. J’espère que le peuple turc prendra la meilleure décision…

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.