SCÉNARIOS 2028 POUR LA TURQUIE

upa-admin 12 Mart 2024 519 Okunma 0
SCÉNARIOS 2028 POUR LA TURQUIE

La Turquie organisera ses élections locales le 31 mars 2024. Ces élections seront un champ de bataille comme d’habitude entre le bloc islamiste et ultranationaliste de droite mené par l’AK Parti (Parti de la justice et du développement), le parti islamoconservateur du président Recep Tayyip Erdoğan et le MHP (Parti d’action nationaliste), le parti ultranationaliste de Devlet Bahçeli contre le CHP (Parti républicain du peuple), le parti pro-laïque d’Özgür Özel et d’Ekrem İmamoğlu. Certains sondages d’opinion publiés cette semaine[1] suggèrent que l’AK Parti conservera sa position de leader, mais perdra plusieurs municipalités de villes métropolitaines et côtières (Adana, Ankara, Aydın, İzmir, Mersin, Muğla, Tekirdağ, etc.) au profit du CHP et de nombreux villages du sud-est de l’Anatolie à forte population kurde (Diyarbakır, Mardin et Van en tant que villes métropolitaines et de nombreux autres villages) au profit du parti pro-kurde DEM. En outre, le partenaire junior de l’AK Parti, le MHP, pourrait remporter la course municipale à Manisa, le parti islamiste YRP (le Nouveau parti de bien-être) à Şanlıurfa, et le parti nationaliste pro-laïque İYİ Parti (le Bon Parti) à Ordu. Dans certaines villes comme Antalya, Balıkesir, Bursa, Eskişehir, et İstanbul, l’élection sera une course serrée entre les candidats du CHP et de l’AK Parti. Mais il est presque certain que l’AK Parti restera le plus grand parti du pays et remportera la plupart des municipalités métropolitaines (Denizli, Erzurum, Gaziantep, Hatay, Kahramanmaraş, Kayseri, Kocaeli, Konya, Malatya, Sakarya, Samsun, Trabzon) et d’autres villes.

Ekrem İmamoğlu vs. Murat Kurum

La course municipale à Istanbul est particulièrement suivie par les Turcs et les observateurs internationaux, car la compétition entre Ekrem İmamoğlu du CHP et Murat Kurum de l’AK Parti est très serrée et une différence de quelques points au maximum (1 à 3 %) déterminera le vainqueur.[2] Dans le même temps, les deux partis et les candidats tentent d’affaiblir l’autre camp en soutenant des acteurs tiers. Ainsi, Murat Kurum et l’AK Parti souhaitent le succès du parti pro-kurde DEM et de sa candidate à la mairie Meral Danış Beştaş, tandis que le CHP et İmamoğlu se réjouissent de la montée en puissance de Fatih Erbakan et de son parti islamiste le Nouveau parti de bien-être (YRP). Il semble que les élections d’Istanbul soient plus qu’une simple élection municipale et qu’elles représentent une véritable lutte pour l’avenir de la Turquie, puisque İmamoğlu du CHP devrait devenir le candidat présidentiel de l’opposition s’il parvient à remporter la course municipale une fois de plus.

Dans ce sens, un autre sujet de discussion populaire dans la politique turque aujourd’hui est les scénarios de 2028. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a récemment annoncé que les élections locales de 2024 seraient ses dernières élections[3] puisqu’il terminera son mandat de président de la Turquie pour la deuxième fois en 2028. La constitution turque permet à un homme politique de devenir président pour un maximum de deux mandats et dix ans. L’article 101 de la constitution stipule que « le mandat du président de la République est de cinq ans. Une personne peut être élue président de la République pour deux mandats au maximum ». Mais comme l’a rappelé le vice-président du Parlement turc (TBMM), Bekir Bozdağ[4], l’article 116 de la Constitution stipule également que « Si l’Assemblée décide de renouveler les élections au cours du second mandat du président de la République, celui-ci peut à nouveau se porter candidat. » Ainsi, dans le cas où le Parlement turc déciderait de renouveler les élections avant le mois de mai 2028, le président Erdoğan pourrait devenir candidat à la présidence pour la troisième fois (en fait pour la quatrième fois depuis qu’il a été élu président et qu’il a exercé entre 2014 et 2017 la fonction de président turc au sein du système parlementaire). Pour ce faire, Erdoğan a besoin d’une décision à la majorité des 3/5 (360 voix) au sein du parlement qui compte 600 sièges. La composition actuelle des sièges parlementaires de la TBMM est la suivante[5] :

AK Parti (le Parti de la justice et du développement) : 264,

CHP (le Parti républicain du peuple) : 129,

DEM Parti (le Parti de l’égalité du peuple et de la démocratie) : 57,

MHP (le Parti d’action nationaliste) : 49,

İYİ Parti (le Bon Parti) : 38,

SP (le Parti de la félicité) : 20,

DEVA Parti (le Parti de la démocratie et du progrès) : 15,

Les Indépendants : 7,

HÜDA-PAR (le Parti de la cause libre) : 4,

YRP (le Nouveau parti du bien-être) : 4,

DP (le Parti démocrate) : 3,

TİP (le Parti des travailleurs de Turquie) : 3,

DBH (le Parti démocratique des régions) : 2,

EMEP (le Parti du travail) : 2,

DSP (le Parti de la gauche démocratique) : 1.

C’est pourquoi le président Erdoğan a besoin du soutien de plusieurs partis pour y parvenir, notamment le MHP, l’İYİ Parti, le HÜDA-PAR, le YRP et un député indépendant. Ce scénario semble tout à fait possible si Erdoğan s’entête à offrir des privilèges à ces partis. La deuxième option d’Erdoğan est de modifier la constitution. L’article 175 de la constitution requiert à nouveau une majorité des 3/5 pour une telle révision et Erdoğan aura besoin du soutien des autres partis de droite pour y parvenir. Erdoğan, avec le soutien de cette majorité, pourrait réviser la constitution et autoriser un troisième, voire un quatrième mandat présidentiel pour lui-même et les futurs présidents.

Une autre grande question à laquelle il faut répondre pour 2028 est de savoir qui sera le candidat de l’opposition menée principalement par le CHP. S’il gagne à nouveau à Istanbul, il sera presque certain qu’Ekrem İmamoğlu sera le candidat de l’opposition et qu’il sera soutenu par de nombreux autres partis pro-laïques. S’il perd les élections de manière controversée, Ekrem İmamoğlu pourrait toujours tenter de prendre la tête du CHP et de se présenter à l’élection présidentielle de 2028. Cependant, je pense que sa bonne réputation de candidat jeune et gagnant sera mise à mal après une défaite à Istanbul et qu’il pourrait ne pas retrouver sa popularité et son rythme de croisière en politique. Ainsi, le destin politique d’İmamoğlu dépend de son succès à l’élection du maire d’Istanbul le 31 mars 2024. Si İmamoğlu ne pouvait pas gagner cette fois-ci à Istanbul, le maire d’Ankara Mansur Yavaş pourrait être le candidat présidentiel de l’opposition menée par le CHP. Yavaş est presque assuré de gagner à Ankara, bien que son adversaire Turgut Altınok soit également un politicien local couronné de succès. En ce sens, les élections locales de 2024 créent aussi simultanément une concurrence au sein de l’opposition et du CHP en particulier. Le CHP dirigé par İmamoğlu représentera un parti social-démocrate et libéral plus réformiste ouvrant également ses portes aux électeurs pro-kurdes, tandis que Yavaş représentera l’héritage kémaliste/nationaliste avec ses antécédents au sein du MHP et sa proximité avec l’État turc.

Quoi qu’il en soit, le potentiel démocratique et économique de la Turquie devrait être utilisé correctement dans les années à venir. Les approches gérontocratiques et étatistes empêchent le pays de se développer dans tous les aspects de la vie, de l’université à la politique. En outre, la réticence du pays à faire face à la question kurde et au problème chypriote nécessite une relation problématique avec l’Occident et les normes internationales. Dans ce sens, il n’est pas surprenant que les politiques ultranationalistes et islamistes radicales soient à nouveau en hausse en Turquie, car ces idéologies/mouvements politiques se concentrent sur les caractéristiques particulières du pays plutôt que sur les points communs avec d’autres nations/États et ne respectent pas le droit international. C’est pourquoi le scénario le plus probable me semble être que la Turquie devienne plus proche de l’Azerbaïdjan et de la Russie et qu’Erdoğan continue à dominer la politique en tant qu’homme fort. Toutefois, je dois ajouter que les problèmes économiques, notamment l’hyperinflation et la dévaluation de la livre turque, sont graves et qu’ils rendraient Erdoğan moins populaire aux yeux des électeurs. Pour contrebalancer cela, Erdoğan pourrait essayer d’élargir son bloc politique dans les mois à venir en ajoutant İYİ Parti à sa coalition électorale appelée « Cumhur İttifakı » (l’Alliance populaire) et en lançant une nouvelle ouverture kurde pour gagner le soutien des électeurs kurdes.

Photo de la couverture : https://www.linkedin.com/pulse/talent-market-turkey-avdconsultancy-kywnf

Dr. Ozan ÖRMECİ

 

[1] https://www.yenicaggazetesi.com.tr/30-buyuksehir-anketi-aciklandi-bu-illerde-surpriz-var-774476h.htm.

[2] https://tr.euronews.com/2024/03/06/31-mart-yerel-secimleri-son-anketlere-gore-istanbulda-kim-onde-imamoglu-ve-kurumun-oyu-kac.

[3] https://www.youtube.com/watch?v=zjYFDT9fJdQ.

[4] https://www.sozcu.com.tr/erdogan-son-secimim-demisti-bekir-bozdag-dan-dikkat-ceken-mesaj-p28436.

[5] https://www.tbmm.gov.tr/sandalyedagilimi.

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.