L’ÉCHEC DE L’OCCIDENT COLLECTIF : L’ŒIL D’UN AMI EST UN BON MIROIR

upa-admin 25 Mart 2024 470 Okunma 0
L’ÉCHEC DE L’OCCIDENT COLLECTIF : L’ŒIL D’UN AMI EST UN BON MIROIR

Il y a 9 ans, alors que l’Ukraine, l’un des rares alliés de la Russie et pays du “Russkiy mir“, se dirigeait vers l’intégration occidentale, j’ai écrit un article intitulé “Events in Ukraine Symbolize the Ultimate Victory of the West” (Les événements en Ukraine symbolisent la victoire ultime de l’Occident) pour souligner l’échec de la Russie à maintenir ses alliés au pouvoir en Syrie et en Ukraine, alors que le régime du président Bachar al Assad en Syrie était sur le point de s’effondrer en raison de rébellions populaires massives et que le président Viktor Ianoukovitch en Ukraine avait dû fuir en Russie après les manifestations de l’EuroMaidan. Je pense que l’article était bien calculé pour cette période, car il semblait que la Russie perdait du terrain en politique internationale et que l’Occident collectif gagnait le bras de fer grâce à son hégémonie incontestée en matière de soft power (manière douce) et à ses immenses outils économiques.

Toutefois, au cours de cette période relativement longue (9 ans), la Russie a fait preuve de détermination et a consolidé son pouvoir malgré ses difficultés économiques. En outre, elle a montré au monde entier, en particulier aux dirigeants à tendance autoritaire, que son amitié était plus digne de confiance que celle de l’alliance occidentale. En conséquence, le président russe Vladimir Poutine est intervenu militairement en Syrie fin 2015 et a sauvé le régime du président Assad qui s’effondrait. En outre, la Russie a annexé la Crimée à l’Ukraine pour montrer son immense déception à l’égard de l’administration de Kiev et a commencé à soutenir les groupes séparatistes pro-russes dans la région du Donbass. Moscou espérait conclure un accord avec l’Ukraine après avoir pris la Crimée et forcé ce pays à revenir à ses racines civilisationnelles, le monde slave orthodoxe. De son côté, l’Ukraine espérait bénéficier de l’aide économique et militaire de l’Occident et accéder à l’OTAN et à l’Union européenne (UE) pour faire contrepoids à la puissance russe et prévenir une éventuelle attaque militaire de la part de la Russie. Mais comme l’adhésion de l’Ukraine aux institutions occidentales ne s’est pas concrétisée, ce pays est devenu une cible facile pour la Russie. Par conséquent, lorsque les pourparlers diplomatiques ont échoué sous la pression américaine et britannique, en février 2022, Moscou a lancé une opération militaire spéciale en Ukraine pour empêcher ce pays voisin de continuer à glisser dans le camp occidental. Malgré la résistance héroïque des Ukrainiens et les aides militaires et économiques occidentales, la contre-offensive ukrainienne de 2023 a échoué et il semble que la Russie soit en train de remporter la victoire.

De plus, au cours de cette même période, les Américains ont quitté l’Afghanistan et y ont laissé un terrible héritage en livrant le pays aux extrémistes talibans et en le quittant précipitamment. En outre, le Printemps arabe n’a pas conduit à l’épanouissement de régimes démocratiques pro-occidentaux, et autrefois salué comme le champion de la démocratie et un modèle de “démocratie musulmane“, le président Recep Tayyip Erdoğan de Türkiye a décidé d’arranger ses relations récemment avec des régimes autoritaires/totalitaires de la région tels que l’Égypte et probablement bientôt avec la Syrie. En attendant, l’administration irakienne souhaite que les Américains quittent leur pays au plus vite et tous les acteurs régionaux s’attendent à la victoire de l’isolationniste Donald Trump lors de l’élection présidentielle des États-Unis en 2024. Pour rendre le tableau encore plus problématique, il semble qu’après le retrait des États-Unis de l’accord JCPOA (l’accord nucléaire iranien) au cours de la première présidence Trump, la République islamique d’Iran soit sur le point de fabriquer ses premières bombes nucléaires. Il est certain que cela créera de nouveaux problèmes de sécurité existentiels pour les alliés américains dans la région, en particulier pour Israël. En ce sens, il semble que les échecs occidentaux se poursuivront dans les années à venir et que les États-Unis seront moins puissants au Moyen-Orient après avoir quitté l’Irak et la Syrie et après que l’Iran se soit transformé en puissance nucléaire. Le démographe et philosophe français Emmanuel Todd – qui a correctement prévu l’effondrement de l’URSS – partage également la même conclusion et met en garde contre un grand échec à venir en Ukraine pour l’Occident collectif.

Alors, comment est-il possible qu’un pays (les États-Unis) disposant des meilleures universités et des meilleurs groupes de réflexion, ainsi que des revues académiques les mieux indexées, puisse connaître des échecs plus que des échecs en matière de politique étrangère ? Ou peut-être que les échecs au sens où nous l’entendons ne sont pas des échecs pour les Américains ? Au fur et à mesure de mes lectures sur la politique étrangère et la politique américaine, j’ai l’impression que la vie politique aux États-Unis est faite pour les puissants lobbies, et non pour les gens ordinaires, un fait que le professeur turc Hasan Köni qualifie de “ploutocratie“. En ce sens, les États-Unis, en tant que puissance mondiale hégémonique, produisent des guerres tous les dix ans si l’on regarde l’histoire. Depuis la guerre de Corée (1950-1953), le système politique et la politique étrangère des États-Unis ont provoqué la guerre du Viêt Nam (1965-1975), l’invasion de la Grenade (1983), l’invasion du Panama (1989-1990), la guerre du Golfe (1990-1991), la guerre du Kosovo (1998-1999), la guerre d’Afghanistan (2001-2021), la guerre d’Irak (2003-2011), etc. Lors de la guerre d’Irak, les États-Unis ont non seulement déclenché une guerre, mais ils ont également ruiné le système international en ne demandant pas de décision/résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, un fait qui a rendu la Russie et la Chine plus populaires et plus dignes de confiance dans les années à venir pour le monde non occidental. En ce sens, les États-Unis ont violé le système international qu’ils avaient construit après la Seconde Guerre mondiale et ont préparé les conditions d’une tempête parfaite pour un système mondial multipolaire en cours de développement. Il n’est pas surprenant que la montée en puissance de la Russie ait commencé en 2007 – après la guerre d’Irak – avec le célèbre discours du président Poutine à la conférence de Munich sur la sécurité. Une fois encore, il n’est pas surprenant que la Turquie ait commencé à suivre une politique étrangère multidimensionnelle après des actions américaines inacceptables en Irak, telles que l’événement ou l’incident de la cagoule (hood event).

Pour toutes ces raisons, il ne serait pas faux de conclure que l’Occident collectif a échoué ces dernières années dans de nombreux domaines, mais bien sûr, avec leurs supériorités démocratiques et leur immense pouvoir économique, les États-Unis et l’UE ont encore une chance de gagner la confiance de leurs alliés et de créer un avenir meilleur. En ce sens, l’Occident collectif devrait d’abord redoubler d’efforts pour mettre fin à la guerre en Ukraine et trouver une solution pacifique à la grande tragédie humanitaire de Gaza, en Palestine. Ce n’est qu’en prenant ces mesures que les États-Unis et l’Occident collectif pourront regagner leur légitimité dans la région. Deuxièmement, l’Occident devrait se concentrer sur la construction de nouvelles routes commerciales et l’organisation de projets d’aide similaires à l’aide Marshall du siècle dernier. Il est intéressant de constater que c’est la Chine, un État soi-disant totalitaire selon les Occidentaux, qui déploie le plus d’efforts pour accélérer le commerce entre différentes nations avec le projet BRI (Initiative route et ceinture), et non les États-Unis, un État soi-disant démocratique. Nous savons tous que l’augmentation des liens commerciaux aide les nations à établir des relations amicales et rend la guerre et les conflits militaires moins probables. En ce sens, nous devrions nous demander pourquoi c’est la Chine, et non les États-Unis ou l’UE, qui déploie de grands efforts pour établir de nouvelles routes commerciales. En outre, les institutions démocratiques occidentales produisent rarement des résultats concrets, comme dans le cas des pourparlers de règlement de Chypre entre les acteurs démocratiques pro-occidentaux (Grèce, Royaume-Uni, Turquie, Chypre du Nord et République de Chypre) qui échouent à chaque fois ou, de la même manière, les pays qui travaillent avec la Banque mondiale et le FMI pour se débarrasser de leurs problèmes économiques, mais qui échouent à chaque fois, comme l’Argentine, etc. Troisièmement, le système politique américain devrait être rendu plus démocratique et le pouvoir des lobbies devrait être réduit. De mon point de vue, le contrôle de l’industrie de la défense et des sociétés d’armement devrait être renforcé par l’autonomisation des institutions législatives et judiciaires démocratiques aux États-Unis en termes de supervision des sociétés d’armement et des puissants lobbies. Dans le cas contraire, ces puissantes entreprises et lobbies pourraient toujours concevoir et initier de nouvelles guerres et acheter les politiciens grâce à leur pouvoir financier. Quatrièmement, nous devrions travailler à la réforme de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour la rendre meilleure et plus fonctionnelle. Les décisions contraignantes devraient l’être pour tout le monde et le Conseil de sécurité devrait être réorganisé en y intégrant des représentants musulmans (Turquie, Iran) et des représentants d’autres puissances mondiales importantes (Inde, Brésil, etc.). Des sanctions et des punitions plus sévères devraient être décidées et mises en œuvre collectivement à l’encontre des États agresseurs au cas où le système international continuerait d’exister. Bien entendu, les États-Unis eux-mêmes devraient d’abord respecter le droit international et ne pas s’engager à nouveau dans des guerres comme celle de 2003 en Irak, un cas exemplaire qui a encouragé d’autres acteurs (la Russie) à faire de même dans les années à venir (Géorgie, Ukraine).

Enfin, en tant que Turquie, nous espérons toujours trouver des solutions diplomatiques à tous les problèmes politiques sur la base d’une compréhension raisonnable et réaliste des relations de pouvoir. En ce sens, nous défendons l’intégrité territoriale de l’Ukraine, mais nous comprenons et respectons les préoccupations de la Russie concernant l’élargissement de l’OTAN. En outre, nous considérons que la politique étrangère américaine à l’égard de l’Ukraine (en l’aidant à se battre, mais en ne la faisant pas entrer dans l’OTAN) est une grande irresponsabilité qui a causé beaucoup de souffrances humaines et de destructions pour ce pays. En outre, la réticence américaine à l’égard de Gaza témoigne également de l’approche partiale et ségrégationniste de ce pays à l’égard des musulmans. C’est pourquoi nous concluons que le système international a besoin d’un nouvel hégémon plus responsable, à moins que les États-Unis n’agissent de la sorte.

Dr. Ozan ÖRMECİ

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.