ÉLECTIONS LOCALES DE TÜRKİYE EN 2024 : LE CHP DEVIENT LE PREMIER PARTI

upa-admin 01 Nisan 2024 558 Okunma 0
ÉLECTIONS LOCALES DE TÜRKİYE EN 2024 : LE CHP DEVIENT LE PREMIER PARTI

Les Turcs se sont rendus aux urnes hier (31 mars 2024) pour élire les dirigeants municipaux de 30 villes métropolitaines, 51 villes et des centaines de districts/communes. En tant que citoyens d’un pays connu pour son taux de participation aux élections le plus élevé, les Turcs ont une nouvelle fois montré leur attachement aux processus démocratiques en participant aux élections locales à hauteur de 78,53 %. Bien que les résultats officiels ne soient pas déclarés par la Commission électorale suprême turque (YSK), les résultats émanant des partis politiques et des institutions médiatiques nous donnent une image assez claire des conséquences politiques.[1]

Parti politiques Total des voix (%)
CHP 37,74
AKP 35,49
YRP 6,19
DEM 5,68
MHP 4,98
İYİ Parti 3,77
ZP 1,73
SP 1,09
Hüdapar 0,55
BBP 0,44
DEVA 0,33

Total des voix des partis politiques

Voici les faits marquants de ces élections locales :

1. Ce qui est choquant, c’est que le parti pro-laïque, le CHP est devenu le premier parti du pays lors de ces élections avec 37,74 % des voix, alors que le parti islamoconservateur et au pouvoir l’AKP (2002-) n’a obtenu que 35,49 % des voix. En ce sens, le CHP a montré son véritable potentiel pour gouverner la Turquie lors de la prochaine élection présidentielle (normalement prévue en 2028), au cours de laquelle le président de longue date (2014-) Recep Tayyip Erdoğan pourrait ne pas être éligible, à moins que le parlement turc (TBMM) ne prenne une décision en faveur d’élections anticipées ou que la constitution turque actuelle ne soit amendée pour permettre à un président d’effectuer plus de deux mandats. Les votes combinés de l’AKP et du parti nationaliste turc le MHP dans le cadre de l’Alliance populaire (Cumhur İttifakı) s’élèvent à environ 40,50 %, ce qui montre que le bloc de droite au pouvoir est encore fort.

Le président Erdoğan a subi la plus grande défaite de sa carrière politique

2. Parmi les autres partis politiques, le parti islamiste – le Nouveau parti du bien-être (YRP) a obtenu 6,19 %, le parti pro-kurde – DEM a obtenu 5,68 %, le parti nationaliste turc – le MHP 4,98 %, le parti nationaliste pro-laïque – İYİ 3,77 %, le parti ultranationaliste anti-immigrés – le Parti de la victoire (ZP) 1,73 %, le parti islamiste – le Parti de la félicité (SP) 1,09 %, le parti islamiste pro-kurde Hüdapar 0,55 %, le parti nationaliste islamiste le Parti de la grande unité (BBP) 0,44 %, et le parti libéral-conservateur DEVA 0,33 % des voix.

3. Le CHP a remporté les municipalités métropolitaines de cinq grandes villes : İstanbul, Ankara, İzmir, Bursa et Antalya et a prouvé sa force et sa popularité dans les régions urbanisées et développées du pays. Dans ce sens, le jeune leader/président du CHP, Özgür Özel, s’est avéré être un bon leader en termes de stratégie électorale et de recherche de bons candidats et a garanti qu’il conserverait son siège après les élections. Özel a fait du CHP le premier parti du pays depuis les élections générales de 1977 et de la gauche l’idéologie dominante depuis les élections locales de 1989 et les élections générales de 1999.

Özgür Özel

4. Les dirigeants municipaux victorieux du CHP à Ankara et İstanbul, Mansur Yavaş (Ankara) et surtout Ekrem İmamoğlu (İstanbul) sont devenus automatiquement les candidats présidentiels favoris de l’opposition pour les prochaines élections. Certains commentateurs politiques désignent déjà Ekrem İmamoğlu comme le candidat présidentiel favori pour les prochaines élections.

Ekrem İmamoğlu and Mansur Yavaş

5. Dans les 30 villes métropolitaines, le CHP a remporté 14 municipalités, l’AKP 12, le DEM 3 et le YRP 1.

6. Au total, le CHP a emporté la victoire dans 35 villes[2], l’AKP dans 24 villes[3], le parti DEM dans 10 villes[4], le MHP dans 8 villes[5], le YRP dans deux villes (Şanlıurfa et Yozgat), le Parti İYİ dans une ville (Nevşehir) et le parti islamiste-nationaliste BPP dans une ville (Sivas).

7. Au total, l’AKP a remporté la compétition dans 356 circonscriptions, le CHP dans 337 circonscriptions, le MHP dans 122 circonscriptions, le parti DEM dans 65 circonscriptions, le YRP dans 39 circonscriptions, le parti İYİ dans 24 circonscriptions, le BBP dans 14 circonscriptions et des personnes d’autres petits partis et des indépendants dans 16 circonscriptions. Ces statistiques prouvent que les partis de droite obtiennent de meilleurs résultats dans les districts et les zones plus rurales.

8. Le parti pro-kurde DEM a montré sa puissance dans les villes du sud-est de l’Anatolie, densément peuplées de Kurdes, et a remporté 10 (3 villes métropolitaines : Diyarbakır, Mardin et Van) villes et 65 districts. En ce sens, le parti DEM s’est transformé en un parti régional fort, semblable au parti national écossais (SNP) en Grande-Bretagne.

9. Le nouveau parti politique islamiste issu de la tradition de la Vision nationale (Milli Görüş) de Necmettin Erbakan et dirigé par le fils d’Erbakan, Fatih Erbakan, le parti islamiste du Nouveau bien-être (YRP), a fait un bond important dans les urnes. Le YRP a obtenu plus de 6 % des votes et est devenu un nouvel acteur politique important dans la vie politique turque. Nous pouvons en conclure que le YRP est désormais un acteur politique de premier plan, avec un soutien de 6 % obtenu en quelques années seulement. En ce sens, le président Erdoğan et son équipe ont commis une grave erreur politique en ne convainquant pas le YRP de soutenir l’Alliance populaire (Cumhur İttifakı) lors de ces élections.

10. Il semble que les Turcs aient manifesté leur réaction négative à l’égard du gouvernement Erdoğan et de sa coalition électorale d’extrême droite, l’Alliance populaire (Cumhur İttifakı), en votant de plus en plus pour des partis alternatifs. La principale raison en est certainement l’hyperinflation et les problèmes économiques connexes que le pays a connus au cours des deux dernières années. En outre, en raison de la politique de faible rémunération des retraités menés par le gouvernement, les retraités et les personnes âgées ont également largement voté contre l’AKP.

La carte électorale de la Turquie est devenue “rouge” cette fois-ci, le CHP gagnant du pouvoir dans les villes d’Anatolie occidentale

En conclusion, les élections locales turques de 2024 ont montré que le régime démocratique survit en Turquie malgré le succès du régime populiste autoritaire du président Erdoğan. En ce sens, le CHP social-démocrate et pro-laïque a le plus grand potentiel pour devenir un parti qui pourrait mener l’opposition en Turquie, malgré sa position relativement faible dans les villes conservatrices-nationalistes d’Anatolie et les régions densément peuplées de Kurdes. Le CHP devrait désormais s’efforcer de se transformer en un parti fourre-tout moderne, semblable à l’AKP, et d’accueillir les électeurs de droite et kurdes. Le CHP ne devrait pas conclure que le niveau de voix qu’il a atteint lors de ces élections représente son véritable vote. En fait, le succès du parti est basé sur la popularité extraordinaire et le succès de certains de ses candidats (İmamoğlu et Yavaş) ainsi que sur la colère de la population à l’égard du gouvernement en raison des problèmes économiques croissants.

Enfin, après une longue période Erdoğan, il semble que la belle époque d’Ekrem İmamoğlu dans la politique turque pourrait bientôt commencer et qu’il pourrait devenir le 13ème président de la Turquie dans les années à venir. C’est pourquoi un appel populaire à des élections anticipées (présidentielles et parlementaires) est également une possibilité dans la vie politique turque. Le président Erdoğan, quant à lui, se concentrera désormais sur le redressement de l’économie, l’élargissement de son bloc électoral en essayant de convaincre d’autres groupes (le YRP et les Kurdes) et en essayant de planifier son troisième mandat ou de choisir son successeur pour diriger le bloc de droite. Erdoğan et l’Alliance populaire ont encore de chances considérables puisque le total du bloc de droite dépasse les 50 %. Erdoğan a accepté la défaite et a promis un rajeunissement au sein de son parti, ce qui témoigne de son approche démocratique de la politique.

Dr. Ozan ÖRMECİ

 

[1] Les sources utilisées dans ce document sont les suivantes

https://secim.aa.com.tr/ (Agence Anatolienne/AA),

https://secim.ntv.com.tr/ (NTV).

[2] Adana, Adıyaman, Afyonkarahisar, Amasya, Ankara, Antalya, Ardahan, Artvin, Aydın, Balıkesir, Bartın, Bilecik, Bolu, Burdur, Bursa, Çanakkale, Denizli, Edirne, Eskişehir, Giresun, İstanbul, İzmir, Kastamonu, Kırıkkale, Kırşehir, Kilis, Kütahya, Manisa, Mersin, Muğla, Sinop, Tekirdağ, Uşak, Yalova, Zonguldak.

[3] Aksaray, Bayburt, Bingöl, Bitlis, Çorum, Düzce, Elazığ, Erzurum, Gaziantep, Hatay, Isparta, Kahramanmaraş, Karabük, Kayseri, Kocaeli, Konya, Malatya, Niğde, Ordu, Rize, Sakarya, Samsun, Şırnak, Trabzon.

[4] Ağrı, Batman, Diyarbakır, Hakkari, Iğdır, Mardin, Muş, Siirt, Tunceli, Van.

[5] Çankırı, Erzincan, Gümüşhane, Karaman, Kars, Kırklareli, Osmaniye, Tokat.

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.