1ER MAI, CONTROVERSE AUTOUR DE LA FÊTE DU TRAVAIL EN TURQUIE

upa-admin 30 Nisan 2024 349 Okunma 0
1ER MAI, CONTROVERSE AUTOUR DE LA FÊTE DU TRAVAIL EN TURQUIE

Le 1er mai, la fête du travail ou la journée internationale des travailleurs est une célébration officielle et un jour férié pour les travailleurs et les classes ouvrières du monde entier. La fête internationale des travailleurs représente les gains politiques et socio-économiques que les classes ouvrières et le mouvement ouvrier ont obtenus tout au long de l’histoire, bien sûr après de longues luttes et souffrances. Après l’émeute de Haymarket à Chicago en 1886, à partir de 1889, la fête du travail a été désignée comme une célébration officielle aux États-Unis et dans de nombreux pays occidentaux, à la suite des demandes formulées par la Deuxième Internationale. Au fil du temps, avec le développement du droit du travail et des droits sociaux des travailleurs et des employés, cette journée a commencé à être célébrée dans tous les pays modernes. Alors que la fête du travail était traditionnellement célébrée le premier lundi de septembre aux États-Unis et au Canada dans les premières décennies, en Europe et dans le reste du monde, la date du “1er mai” est devenue la date de célébration. En 1955, l’Église catholique a également déclaré le 1er mai “Fête de Saint Joseph travailleur” pour soutenir les droits des travailleurs. Le 1er mai a été célébré dans presque tous les régimes, y compris l’Allemagne nazie totalitaire et l’URSS communiste.

À l’instar des pays occidentaux, la Turquie, sous l’impulsion de son fondateur charismatique et héros de guerre Mustafa Kemal Atatürk, a officiellement désigné le 1er mai comme fête et jour férié quelques mois avant la proclamation de la République. Atatürk a nommé le 1er mai “Journée des travailleurs” (İşçi Bayramı). En conséquence, la première célébration officielle en Turquie a eu lieu le 1er mai 1923, quelques mois avant la proclamation du nouveau régime le 29 octobre 1923. Cependant, en 1924, le nouveau régime a interdit les célébrations de masse par crainte de manifestations anti-gouvernementales et/ou anti-régime. En 1925, après la révolte de Cheikh Saïd qui a créé de graves problèmes dans les villages du sud-est du pays entre février et avril de cette année-là, le gouvernement a interdit les célébrations du 1er mai pendant une décennie avec la loi pour le maintien de l’ordre public (Takrir-i Sükun Kanunu). Toutefois, dix ans plus tard, malgré de sérieuses limitations des mouvements ouvriers dues à la crainte de la propagation du communisme et de l’infiltration soviétique, le 1er mai a commencé à être célébré régulièrement en Turquie après 1935.

À partir des années 1960, avec une constitution plus libérale (constitution de 1961) et l’essor notable des mouvements syndicalistes et socialistes, en particulier parmi la jeunesse universitaire, les célébrations du 1er mai sont devenues la marque de fabrique de la politique de gauche en Turquie et ont été accaparées principalement par les syndicats, le CHP (Parti républicain du peuple) de centre-gauche et d’autres partis politiques, groupes et personnes modérés et d’extrême-gauche. Pendant cette période, à Istanbul, la place Taksim (Taksim Meydanı) était la principale destination des célébrations du 1er mai en raison de son importance historique dans la modernisation turque et de sa position centrale dans la ville. Cependant, en 1977, pendant les jours tendus de la guerre froide, la célébration du 1er mai sur la place Taksim s’est transformée en désastre. Connu sous le nom de “1er mai sanglant” (Kanlı 1 Mayıs) ou de “massacre de la place Taksim” (Taksim Meydanı Katliamı), les tirs sur les groupes de manifestants, qui ont duré une dizaine de minutes, ont fait 37 morts et de nombreux blessés parmi les civils. Bien qu’aucun des perpatrateur n’ait été arrêté par l’État turc et tenu pour responsable de cette effusion de sang, des témoins oculaires ont déclaré que des hommes armés sur le bâtiment de la Direction des eaux (Sular İdaresi) et de l’hôtel Intercontinental, ainsi que quelques policiers dans une voiture Renault blanche, avaient commis ce crime. De nombreux journalistes et universitaires turcs ont par la suite analysé cet événement comme faisant partie de la stratégie de l’organisation Gladio de l’OTAN (également appelée “contre-guérilla” (kontrgerilla) par l’ancien Premier ministre Bülent Ecevit) basée sur des provocations pour créer les conditions d’un coup d’État militaire en Turquie et pour stopper la montée de la politique de gauche dans le pays. En 1978, malgré les craintes d’une attaque terroriste, le 1er mai a de nouveau été célébré par une foule très nombreuse sur la place Taksim. Toutefois, à partir de 1979, l’État n’autorise plus la célébration de la fête du travail en raison des risques pour la sécurité.

Après le coup d’État militaire de 1980, les célébrations du 1er mai ont été complètement interdites par le régime militaire, et les politiques de gauche ont été balayées par les politiques très dures de l’État. Dans les années 2000, la Turquie est devenue un pays plus ouvert et plus démocratique grâce aux lois d’harmonisation de l’UE et à un gouvernement plus civilisé. À partir de 2007, le syndicat des travailleurs turcs DİSK (Confédération des syndicats révolutionnaires de Turquie) a commencé à réclamer des réformes et certains groupes sont entrés illégalement sur la place Taksim pour commémorer le 1er mai en 2007 et en 2008. En 2009, le gouvernement de l’AKP et le Premier ministre de l’époque, Recep Tayyip Erdoğan, ont pris une décision historique en autorisant que le 1er mai soit célébré comme la fête du travail et de la solidarité (Emek ve Dayanışma Günü) en Turquie, à l’instar de tous les régimes civilisés du monde. Une grande foule est entrée illégalement sur la place Taksim cette année-là et la fête du travail a été célébrée pacifiquement. En 2010, 2011 et 2012, le gouvernement Erdoğan a autorisé les célébrations officielles sur la place Taksim et aucun problème ou incident n’a eu lieu au cours de ces trois années de célébrations.

Mais à partir de 2013, l’approche du gouvernement Erdoğan vis-à-vis des mouvements de travailleurs a changé et les célébrations de la fête du travail sur la place Taksim ont été interdites. En 2013, à partir de la fin du mois de mai, une grande vague de protestations connues sous le nom de “protestations du parc Gezi” (Gezi Parkı Olayları) a eu lieu sur la place Taksim et dans de nombreuses villes de Türkiye et a duré plusieurs semaines. Depuis 2013, le gouvernement turc n’a jamais autorisé l’utilisation de la place Taksim pour les célébrations de la Journée du travail et de la solidarité. En 2023, la Cour constitutionnelle turque (Anayasa Mahkemesi) a décidé d’annuler l’interdiction des célébrations sur la place Taksim, ce qui a suscité un grand optimisme du côté des syndicats et des partis de gauche. En conséquence, de nombreuses personnes espéraient que 2024 serait le début des célébrations de la fête du travail sur la place Taksim. Malgré la décision de la plus haute juridiction du pays, le ministre turc de l’intérieur, Ali Yerlikaya, a récemment annoncé que la place Taksim n’était pas un lieu approprié pour les célébrations de la fête du travail, en raison des risques pour la sécurité. Le principal parti d’opposition, le CHP, qui est devenu le premier parti lors des élections locales du 31 mars, n’a pas accepté cette décision et a invité tout le monde à se rendre sur la place Taksim pour une célébration pacifique. En ce sens, la controverse sur la place Taksim se poursuit dans la politique turque, entre les groupes de gauche et les groupes de droite.

Si l’on considère la situation dans son ensemble, la Turquie compte encore 16,4 millions de travailleurs enregistrés, mais ceux qui appartiennent à un syndicat ne sont qu’environ 2,5 millions. La moyenne des travailleurs syndiqués est donc d’environ 15,22 %, un taux médiocre pour un pays démocratique dont les droits sociaux sont garantis. En ce sens, une politique de gauche pourrait être très fructueuse en Turquie si l’on mettait davantage l’accent sur les droits sociaux ainsi que sur les droits culturels des minorités ethniques (principalement les Kurdes). Le CHP, avec son nouveau leader Özgür Özel et le maire d’Istanbul Ekrem İmamoğlu, pourrait être l’acteur dominant de la politique turque et pourrait remporter les prochaines élections présidentielles et parlementaires dans le pays, régulièrement prévues pour 2028.

Photo de couverture : https://perapalace.com/dunyada-ve-turkiyede-1-mayis-isci-bayraminin-tarihi/

Dr. Ozan ÖRMECİ

 

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.