LE NOUVEAU CABINET D’ERDOĞAN : DE NOUVEAUX NOMS MAIS DE FAIBLES ESPOIRS

upa-admin 04 Haziran 2023 425 Okunma 0
LE NOUVEAU CABINET D’ERDOĞAN : DE NOUVEAUX NOMS MAIS DE FAIBLES ESPOIRS

Introduction

Après avoir remporté une nette victoire aux élections parlementaires et présidentielles en mai, le président de longue date de Türkiye (2014-) Recep Tayyip Erdoğan (1954-) a prêté serment et a annoncé son nouveau cabinet hier le 3 juin 2023. Le nouveau cabinet d’Erdoğan a vu l’inclusion de nouveaux noms au premier plan, mais n’a pas créé de grands espoirs parmi le peuple turc pour l’avenir. Dans cet article, je vais présenter quelques membres importants (secrétaires) du nouveau cabinet d’Erdoğan et je vais essayer d’expliquer ce qui pourrait se passer dans le nouveau mandat.

Le nouveau cabinet : qui est dedans ?

Mehmet Şimşek

Étant donné que les problèmes les plus graves de la Turquie sont liés à son économie ces dernières années, le choix par Erdoğan du nouveau ministre du Trésor et des Finances était d’une importance cruciale. On savait déjà depuis un moment que le président Erdoğan tentait de convaincre Mehmet Şimşek (1967-), ancien ministre des Finances (2009-2015) et vice-Premier ministre de Türkiye (2015-2018) pour ce poste. Şimşek a toujours été considéré comme une personne de confiance pour le marché financier international puisqu’il a précédemment travaillé 7 ans en tant qu’économiste en chef et stratège pour la Merrill Lynch Company à Londres. D’origine kurde, Şimşek est une figure professionnelle internationalement acceptée pour le marché de la finance ayant également un passeport britannique. Désormais, Şimşek agira comme le nouveau sauveur de l’économie et tentera de redonner confiance aux marchés internationaux. Le plus gros problème de Şimşek, en revanche, semble être l’entêtement du président Erdoğan à maintenir les taux d’intérêt bas. De plus, la détérioration du statut démocratique de la Turquie et le manque de relations cohérentes avec l’Occident créeront également des problèmes pour Şimşek pour récupérer l’économie et calmer l’anxiété dans les milieux d’affaires. Ainsi, le problème le plus important dans le pays continuera d’être les difficultés économiques.

Hakan Fidan

Un autre nouveau nom dans le cabinet sera le nouveau ministre des Affaires étrangères Hakan Fidan (1968-). Ayant été président (sous-secrétaire) de l’agence de renseignement de Türkiye-MİT (Milli İstihbarat Teşkilatı) pendant de longues années (depuis 2010), Fidan est une personne célèbre, mais en même temps énigmatique. Rarement vu dans le public et les médias jusqu’à présent, il sera désormais intéressant de voir Fidan à la une des journaux et dans les conférences de presse très fréquemment. Fidan est à coup sûr un nationaliste turc et un bureaucrate fidèle à Erdoğan qui pourrait créer une différence en organisant un service extérieur plus opérationnel avec des liens croissants avec la bureaucratie de sécurité. La présence de Fidan a pu se faire sentir en particulier dans la lutte de la Turquie contre le terrorisme et son influence dans certaines régions (Balkans, Caucase, Moyen-Orient et Afrique du Nord) non seulement avec les méthodes de puissance dure, mais aussi à travers des instruments de puissance douce et de négociation (diplomatie).

Yaşar Güler

Le 30e chef d’état-major général des forces armées turques, le général Yaşar Güler (1955-) est nommé nouveau ministre de la Défense par le président Erdoğan dans ce cabinet. A servi près de 5 ans à la tête de l’armée turque, Güler remplacera Hulusi Akar, ancien chef d’état-major général. Güler est un homme d’État sérieux qui fait rarement des déclarations publiques. Cependant, dans ce nouveau régime dominé par le président Erdoğan, Güler n’agira sûrement pas comme les puissants généraux turcs du passé.

Cevdet Yılmaz

De plus, en remplaçant Süleyman Soylu, le gouverneur d’Istanbul (2018-2023) Ali Yerlikaya (1968-) est devenu ministre de l’Intérieur. En outre, Yılmaz Tunç (1971-) a été nommé nouveau ministre de la Justice. Cela a été largement perçu comme une surprise par les commentateurs politiques de Türkiye. Le professeur İbrahim Kalın (1971-) devait quant à lui devenir le nouveau président de l’organisation de renseignement turque MİT en remplaçant Hakan Fidan. Porte-parole du président turc depuis 2014, Kalın est un intellectuel conservateur/islamique ayant publié de nombreux ouvrages universitaires. Un intellectuel au sommet de l’agence de renseignement du pays serait certainement un facteur distinctif pour Türkiye. Le vice-président d’Erdoğan, quant à lui, était Cevdet Yılmaz (1967-) qui travaillait auparavant comme ministre du Développement (2011-2015, 2015-2016).

Voici la liste complète du nouveau cabinet d’Erdoğan :

Vice President: Cevdet Yılmaz

Minister of Justice: Yılmaz Tunç

Minister of Family and Social Services: Mahinur Özdemir Göktaş

Minister of Environment, Urbanisation and Climate Change: Mehmet Özhaseki

Minister of Foreign Affairs: Hakan Fidan

Minister of Energy and Natural Resources: Alparslan Bayraktar

Minister of Youth and Sports: Osman Askın Bak

Minister of Treasury and Finance: Mehmet Şimşek

Minister of Interior Affairs: Ali Yerlikaya

Minister of Culture and Tourism: Mehmet Nuri Ersoy

Minister of National Education: Yusuf Tekin

Minister of Defense: Yaşar Güler

Minister of Health: Fahrettin Koca

Minister of Industry and Technology: Mehmet Fatih Kacır

Minister of Agriculture and Forestry: İbrahim Yumaklı

Minister of Trade: Ömer Bolat

Minister of Transport and Infrastructure: Abdülkadir Uraloğlu

Les attentes du nouveau mandat

Le nouveau mandat du président Erdoğan sera comme d’habitude très difficile. Il devra faire face aux problèmes économiques croissants de la Turquie en plus des retombées négatives des récents tremblements de terre et de l’invasion russe de l’Ukraine. L’attitude peu accueillante de Washington et de Bruxelles envers le régime d’Erdoğan en raison des problèmes de Türkiye liés à l’état de droit, à la liberté d’opinion et à la démocratie sera également un élément de risque majeur pour Ankara dans le nouveau mandat.

La première question à l’ordre du jour de la nouvelle législature sera l’adhésion de la Suède à l’OTAN. La Suède a déjà ratifié une nouvelle loi pour répondre aux préoccupations turques concernant la lutte contre le terrorisme. Cependant, en raison d’une approche négative envers son gouvernement, en particulier ces dernières années, le président Erdoğan pourrait s’attendre à un rendez-vous qui lui est donné depuis la Maison Blanche par l’administration Biden. Erdoğan tentera probablement d’utiliser cette rencontre comme un succès diplomatique et de consolider son pouvoir en politique intérieure. De plus, Türkiye veut résolument résoudre le problème des F-16 avec Washington afin de pouvoir approvisionner ses forces aériennes en nouveaux avions de chasse et moderniser ceux déjà existants.

En politique intérieure, le gouvernement Erdoğan pourrait commencer à travailler sur un nouveau projet de loi visant à libéraliser toutes sortes de tenues islamiques dans les fonctions publiques, une question qui était déjà à l’ordre du jour avant les élections. Ce faisant, Erdoğan pourrait renforcer davantage ses liens avec les masses pieuses, et créer un clivage au sein de l’opposition puisque des éléments conservateurs de l’opposition tels que İYİ Parti (Bon Parti), Parti DEVA, Parti démocrate (DP) et Le Parti du Futur (Gelecek Partisi) devra peut-être soutenir ce projet de loi pour ne pas s’aliéner ses électeurs. En outre, le gouvernement Erdoğan pourrait prendre des mesures pour légiférer une nouvelle constitution entièrement civile avec ses partenaires le Parti d’action nationaliste (MHP), le Nouveau Parti du bien-être (YRP) et Hüda-Par. Cette constitution n’apportera certainement pas un retour au système parlementaire, mais au moins pourrait-elle accroître les garanties des libertés individuelles et de l’État de droit au sein d’un système hyperprésidentiel.

De plus, la reconstruction de 10 villes turques qui ont été dévastées par les énormes tremblements de terre de début février figureront en tête de liste de la politique intérieure. Le régime hybride de Türkiye pourrait également être plus courageux dans le nouveau mandat pour affaiblir l’opposition. En ce sens, l’affaire de fermeture contre le parti pro-kurde le HDP et l’interdiction politique du maire d’Istanbul pro-laïc du CHP, Ekrem İmamoğlu, pourraient être finalisées avant les élections locales de mars 2024 pour affaiblir et repenser l’opposition. Selon moi, Erdoğan préférerait une opposition kémaliste classique, moins dangereuse pour son régime en termes de performances électorales. Enfin, Erdoğan continuera à soutenir l’industrie de la défense turque et encouragera son pays à produire les armes de l’armée turque au niveau national. Ce faisant, Erdoğan tentera de réduire la dépendance de la Turquie vis-à-vis des puissances étrangères, principalement les États-Unis.

En politique étrangère, l’un des enjeux les plus importants de la nouvelle législature sera la situation chaotique ou le désordre en Syrie. Ce n’est un secret pour personne que les groupes PYD/YPG sont considérés comme des branches du PKK, une organisation politique kurde interdite et un groupe terroriste, par Ankara. En ce sens, Türkiye pourrait essayer d’organiser de nouvelles opérations militaires en Syrie afin de balayer ou au moins d’affaiblir les groupes PYD/YPG. Mais il convient de mentionner que ces groupes sont bien entraînés et équipés par Washington et ce n’est peut-être pas une situation facile pour Ankara d’atteindre ses objectifs en Syrie. De plus, les approches de la Russie, de l’Iran et des États-Unis concernant les opérations militaires de Türkiye en Syrie ont été plutôt décourageantes jusqu’à présent et il pourrait être très difficile pour Ankara d’obtenir le feu vert de ces trois acteurs. Cependant, au cas où la Turquie et la Russie pourraient s’entendre sur une opération à échelle limitée, les forces armées turques pourraient le faire avec succès et pourraient déplacer davantage d’immigrants syriens sur le sol syrien en forçant les groupes kurdes à migrer vers des régions éloignées.

En politique étrangère, outre ces questions déclarées, la normalisation avec Washington, Tel-Aviv (Jérusalem) et Le Caire pourrait également être à l’ordre du jour de la nouvelle législature. De plus, Erdoğan pourrait lancer la construction d’une nouvelle centrale nucléaire à Sinop avec les Russes, pour approfondir ses liens avec le régime de Poutine. La Russie et la Turquie pourraient également travailler à la transformation d’Ankara en un pays de transit énergétique qui facilitera l’approvisionnement en gaz de la Russie vers les pays européens. Cela procurera à Türkiye certains avantages en matière de prix, mais permettra également à la Russie de continuer à commercer avec l’Europe via Ankara. Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant proposé cette vision à Türkiye pour séparer Ankara du bloc occidental. En plus de cela, la libéralisation des visas pour les citoyens turcs se rendant dans les pays de l’Union européenne (UE) et la mise à jour de l’union douanière pourraient être d’autres problèmes majeurs de la politique étrangère du gouvernement Erdoğan. Mais personne n’espère en ce moment en Turquie une réelle avancée dans l’adhésion de la Turquie à l’UE. Enfin, les efforts de normalisation de la Turquie avec l’Arménie et la Grèce pourraient également se poursuivre dans le nouveau mandat, mais pour être honnête, personne ne s’attend à un miracle en la matière. Cependant, l’ouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie ne serait pas une grande surprise. La visite du Premier ministre arménien Nikol Pashinyan à Ankara pour l’investiture présidentielle d’Erdoğan a également été un signal positif pour l’avenir.

Conclusion

Pour conclure, il faut être conscient du fait que si le président turc Recep Tayyip Erdoğan est un génie politique et une machine à gagner électoralement, durant son mandat, en fait l’éloignement de la Turquie de l’Occident s’est accéléré. Pour le dire plus concrètement, je dois dire que sur 21 présidents qui ont personnellement assisté à la cérémonie de prestation de serment d’Erdoğan, il n’y avait que quelques chefs d’État de pays occidentaux et démocratiques (par exemple, le président bulgare Rumen Radev). Au contraire, la plupart des participants venaient d’États autocratiques. Une bonne chose a été la participation du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, à la cérémonie, mais cela pourrait être lié à l’adhésion de la Suède à l’OTAN. Le peu d’intérêt manifesté par les présidents des pays occidentaux pour la cérémonie devrait nous donner une idée de l’orientation de la Turquie pour l’avenir. Cela doit également être considéré comme un avertissement pour le monde occidental car je pense que les relations turco-russes se développeront davantage avec ce nouveau cabinet à moins qu’il n’y ait un changement fondamental dans les relations d’Ankara avec l’Occident.

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

 

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.