QUE SE PASSE-T-IL EN TURQUIE DANS LE PROCESSUS POST-ÉLECTORAL ?

upa-admin 04 Temmuz 2023 828 Okunma 0
QUE SE PASSE-T-IL EN TURQUIE DANS LE PROCESSUS POST-ÉLECTORAL ?

Introduction

Le peuple turc a décidé de l’avenir de leur pays en choisissant massivement le président du parti islamoconservateur l’AKP (Parti de la Justice et du développement) Recep Tayyip Erdoğan le 28 mai 2023, au second tour de l’élection présidentielle avec 52 % des voix. Ainsi, malgré d’énormes problèmes économiques et la transformation autoritaire de la Turquie ces dernières années, la “machine à gagner des élections” M. Erdoğan a une fois de plus prouvé son succès et sa légitimité aux yeux du peuple turc et a gagné 5 ans de plus au pouvoir. Cependant, les tactiques non conventionnelles d’Erdoğan pendant la campagne électorale, notamment la diffusion de fausses vidéos sur le candidat présidentiel de l’opposition et président du CHP (Parti républicain du peuple), Kemal Kılıçdaroğlu, ont également suscité des réactions. Au soir de sa victoire électorale, Erdoğan s’est fixé son prochain objectif : remporter les municipalités des grandes villes (Istanbul et Ankara principalement) aux élections locales qui auront lieu en mars 2024. Erdoğan conserve la coalition électorale de son parti appelée l’Alliance populaire (Cumhur İttifakı) avec d’autres partis de droite/d’extrême droite et semble avoir de grandes chances de réussir aux élections locales s’il pouvait réparer l’économie. Dans cet article, je vais résumer les développements politiques les plus importants en Turquie dans le processus post-électoral.

Le leader du HDP, Selahattin Demirtaş, a quitté la vie politique

L’un des développements politiques les plus importants survenus en Turquie après les élections a été la démission du président emprisonné du HDP, le parti pro-kurde, Selahattin Demirtaş, de la politique active. Dans une interview réalisée depuis la prison, Demirtaş a annoncé sa décision en indiquant la raison comme “ne pas pouvoir mettre en avant une politique digne de notre peuple“. Une source proche de Demirtaş a en revanche affirmé que la décision du politicien était influencée par l’ignorance du HDP de ses suggestions. Il ne faut pas oublier que, dans la nuit du second tour, après la proclamation de la victoire d’Erdoğan, les partisans d’Erdoğan ont crié à l’exécution de Demirtaş. Cela pourrait être une autre raison de la démission surprenante de Demirtaş.

Selahattin Demirtaş

Le journaliste socialiste Merdan Yanardağ est emprisonné

Plus récemment, le fondateur de la chaîne de télévision Tele 1, adversaire d’Erdoğan, le journaliste socialiste chevronné Merdan Yanardağ a été arrêté en raison de ses propos liés au chef du PKK emprisonné Abdullah Öcalan. Yanardağ a été accusé de « faire l’éloge du crime et du criminel » ainsi que de « faire de la propagande pour une organisation terroriste » en raison de ses déclarations sur Öcalan lors d’une émission sur la chaîne Tele 1 le 25 juin. Les déclarations de Yanardağ pourraient être critiquées et réfutées, mais il est difficile de croire qu’il y ait eu un réel encouragement à la violence. En fait, il n’a mentionné que l’intelligence et la capacité intellectuelle d’Öcalan, qui sont des déclarations inhabituelles à utiliser pour un chef terroriste de mon point de vue également, mais qui pourraient ne pas constituer un véritable motif de condamnation. La décision de Yanardağ montre que la dose de nationalisme augmentera en Turquie à moins qu’un nouveau processus de paix ne soit mis en œuvre. De plus, la décision a détruit les espoirs antérieurs qu’Erdoğan pourrait adoucir le régime après sa victoire décisive aux élections.

Merdan Yanardağ

CHP dans la course à la chefferie

En revanche, le plus grand rival pro-laïc d’Erdoğan, le CHP, connaît des moments difficiles depuis la nuit des élections. Dans l’attente d’une victoire à l’élection présidentielle sur la base des sondages d’opinion, les cadres et partisans du CHP sont extrêmement déçus et mécontents des résultats. Les voix critiquant l’actuel président du parti et candidat à la présidence, Kemal Kılıçdaroğlu, augmentent de jour en jour, mais Kılıçdaroğlu ne semble pas disposé à démissionner. Le plus grand candidat de Kılıçdaroğlu est le maire d’Istanbul Ekrem İmamoğlu, une étoile montante du parti, qui avait battu Erdoğan à deux reprises en 2019 aux élections locales d’Istanbul (l’élection a été renouvelée en raison de la pression de l’AKP). La popularité d’İmamoğlu est toujours très élevée, mais le système juridique actuel de Türkiye le harcèle et tente de l’interdire de la politique active. La décision d’appel n’est pas encore annoncée, mais il est toujours possible qu’İmamoğlu soit bientôt banni temporairement de la politique pour avoir dit “idiot(ahmak) aux personnes qui ont décidé de renouveler les élections locales d’Istanbul en 2019. Cela semble à nouveau une punition très sévère compte tenu le fait que les Turcs, y compris les politiciens et les hommes d’État, utilisent très souvent des mots d’argot. Sans un changement de direction, il pourrait être très difficile pour l’administration du CHP de motiver les électeurs à se rendre à nouveau aux urnes en mars 2024 après une si grande déception. Cependant, İmamoğlu devenant le nouveau président du CHP pourrait signifier une victoire facile pour l’AKP à Istanbul puisque le parti n’a pas de candidat aussi fort et populaire. D’un autre côté, l’interdiction possible d’İmamoğlu de la politique active pourrait laisser le CHP très faible. C’est pourquoi; la situation du CHP est pour le moment très ambiguë.

İmamoğlu et Kılıçdaroğlu

Akşener et İYİ Parti prennent leurs distances avec le CHP

Un autre développement crucial a été le récent congrès du parti pro-laïc de droite İYİ Parti (Le Bon Parti). Pendant le congrès, la dirigeante du parti, Meral Akşener, a critiqué son parti et a montré des signes de départ de l’Alliance nationale (Millet İttifakı) dirigée par le CHP. En fait, Akşener s’est opposée à la candidature de Kılıçdaroğlu en mars 2023 et a ouvertement soutenu la candidature du maire d’Istanbul Ekrem İmamoğlu ou du maire d’Ankara Mansur Yavaş, mais a dû se retirer de son poste face aux pressions sociales venant des masses pro-laïques. Cependant, après la perte de l’élection présidentielle, Akşener semble maintenant très en colère contre le CHP et Kılıçdaroğlu. En ce sens, sans un changement de direction au sein du CHP, il pourrait être très difficile pour le CHP de convaincre Akşener et son parti de rejoindre l’Alliance nationale en mars 2024 lors des élections locales. Bien sûr, sans le soutien du parti İYİ, l’opposition pourrait ne pas gagner de nombreuses municipalités, y compris Istanbul et Ankara.

Meral Akşener

De nouvelles stars dans le nouveau cabinet

Le nouveau cabinet d’Erdoğan comprend des noms qui ont trop attiré l’attention du public international. Le nouveau ministre des Affaires étrangères de la Turquie, M. Hakan Fidan, par exemple, a été félicité pour sa capacité intellectuelle et sa compétence. Fidan a été à la tête de la principale agence de renseignement de Türkiye, le MİT (Milli İstihbarat Teşkilatı) pendant de longues années et est connu comme un homme d’État sérieux. Fidan n’est pas une figure de droite classique ou ordinaire et c’est lui qui a entamé des pourparlers de paix avec le PKK il y a plusieurs années afin de mettre fin à la violence et au terrorisme vieux de quatre décennies en Turquie. En ce sens, Fidan pourrait être celui qui pourrait trouver une solution au problème du PKK de Türkiye et pourrait également bénéficier du soutien total de Washington pour ce faire. Cependant, la première chose à résoudre sur la table de la diplomatie est bien sûr l’adhésion de la Suède à l’OTAN, sur laquelle Ankara continue de faire office de barrière. Il semble que Türkiye suit une approche « transactionnelle » et attend des faveurs en retour de Washington. Certaines sources affirment que cela pourrait être lié à la vente d’avions F-16 à Ankara et à la réception d’Erdoğan à la Maison Blanche par le président américain Joe Biden.

Hakan Fidan

Le nouveau ministre du Trésor et des Finances, Mehmet Şimşek, a également été félicité pour son expérience et ses compétences à l’étranger. Cependant, dans un pays connaissant de graves problèmes structurels liés à la démocratie, à l’état de droit et à l’économie de marché, on ne sait toujours pas si Şimşek pourrait créer une différence ou non. Un autre nouveau nom important est le nouveau chef du MİT, İbrahim Kalın, qui pourrait être désigné comme le premier président islamiste de la plus haute agence de renseignement de la Turquie. Cependant, avec son expérience à l’étranger, sa capacité intellectuelle et sa bonne éducation, y compris son doctorat à l’Université George Washington, Kalın pourrait créer une différence et établir de nouveaux liens avec les États-Unis ainsi qu’avec le monde islamique.

İbrahim Kalın

L’économie donne de mauvais signaux

Bien que le nouveau ministre du Trésor et des Finances ait été largement salué par la presse, en fait la chute libre de la livre turque se poursuit après les élections. Le dollar américain vaut désormais plus de 26 livres turques (TL) et l’euro vaut environ 28,5 TL. L’inflation dans le pays est encore très élevée et bien que l’État et les entreprises privées aient récemment augmenté les salaires des travailleurs, le pouvoir d’achat des gens continue de diminuer. Récemment, la Turquie a décidé de relever les taux d’intérêt de 8 % à 15 %, ce qui pourrait être considéré comme un revirement. La décision a été prise par le nouveau chef de la Banque centrale turque, Hafize Gaye Erkan, récemment nommé. La vision optimiste suggère que les taux d’intérêt seront encore augmentés dans un avenir proche et cela stabilisera la hausse rapide de la valeur des devises étrangères. Le scénario cauchemardesque, quant à lui, repose sur la hausse incontrôlée des devises étrangères et la dévaluation rapide de la livre turque. Cela pourrait remettre Erdoğan dans une position difficile lors des élections locales de 2024.

Mehmet Şimşek

Conclusion

En conclusion, comme prévu, les problèmes de Türkiye continuent après les élections et il n’y a aucun signe de soulagement. Cependant, l’inclusion de quelques nouveaux noms compétents dans le cabinet est une évolution prometteuse. En revanche, l’emprisonnement de personnalités de l’opposition (Merdan Yanardağ) sonne l’alarme pour la démocratie turque. Espérons que le président Erdoğan tentera d’étendre les libertés en Turquie et y parviendra.

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.