POURQUOI AVONS-NOUS BESOIN DU DROIT INTERNATIONAL ET D’UNE NATION UNIE RÉFORMÉE ?

upa-admin 17 Ekim 2023 471 Okunma 0
POURQUOI AVONS-NOUS BESOIN DU DROIT INTERNATIONAL ET D’UNE NATION UNIE RÉFORMÉE ?

Les récentes attaques terroristes du Hamas contre des civils israéliens et la réaction sévère d’Israël en coupant l’approvisionnement en électricité, en eau et en carburant à Gaza, où le Hamas est basé, montrent à quel point les problèmes politiques pourraient devenir dangereux pour les enfants et les civils en général en temps de guerre et de crise. Comme d’habitude, la haine entraîne davantage de haine et renforce les radicaux des deux côtés ; tandis que le Hamas gagne en popularité dans le monde islamique en plaçant la cause palestinienne à l’ordre du jour des pays musulmans après de nombreuses années, les ultranationalistes et les groupes ultra-orthodoxes en Israël trouvent également un terrain confortable dans la politique intérieure israélienne pour défendre des solutions radicales au problème palestinien vieux de plusieurs décennies comme envoyer de force tous les Palestiniens en Jordanie, en Égypte, etc. et balayer complètement l’État palestinien de la région.

L’attaque du Hamas et la réponse israélienne ont également conduit à une polarisation entre les États pro-israéliens et pro-palestiniens. Alors que les États-Unis ainsi que tous les pays du bloc occidental se sont immédiatement rangés du côté d’Israël et ont condamné le terrorisme, certains pays, dont la République islamique d’Iran, ont ouvertement soutenu le Hamas et l’Autorité palestinienne. Dans de nombreux pays arabo-islamiques, en revanche, des manifestations pro-palestiniennes ont été organisées. Les États latino-américains et africains ont également eu des réactions différentes, certains d’entre eux soutenant ouvertement Israël et condamnant le Hamas avec de vives critiques, tandis que d’autres critiquaient la partie palestinienne avec une rhétorique plus douce, tandis que certains dirigeants latino-américains, dont le président colombien Gustavo Petro, soutenaient la Palestine. Par ailleurs, d’autres pays comme la Turquie ont invité les deux parties à la sobriété et ont tenté de jouer le rôle de modérateur. Alors que le Brésil a invité le Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU) à une réunion d’urgence après l’attaque, jusqu’à présent, le Conseil n’a pris aucune résolution ni déclaration sur l’évolution de la situation.

La position ambivalente de la politique étrangère de nombreux pays sur cette question vient du fait qu’ils n’ont pas été jusqu’à présent capables d’établir une politique étrangère basée sur des idéaux et des valeurs et ont agi uniquement en fonction des intérêts nationaux, ce qui créera toujours des problèmes entre les différents États puisque les intérêts varient d’un État à l’autre. Au contraire, les États agissant sur la base du droit international pourraient prendre position facilement, sans aucune hésitation, puisque leur politique étrangère est guidée par des principes. Ce principe doit certainement être fondé sur la mise en œuvre des décisions de l’ONU.

Cependant, un problème apparaît à ce stade lorsque la structure du Conseil de sécurité de l’ONU ne représente pas correctement l’équation du pouvoir politique actuelle et que même l’architecte de ce système, les États-Unis, pourrait agir à l’encontre des résolutions contraignantes précédentes. C’est un fait que la composition du Conseil de sécurité de l’ONU reflète la dynamique du pouvoir de la fin des années 1940 et des années 1950, mais l’équilibre politique contemporain est complètement différent. Mais nous savons aussi que l’ONU pourrait se réformer et prendre des décisions stratégiques, comme inclure la République populaire de Chine pour remplacer Taïwan dans les années 1970. En ce sens, la quête du président turc Recep Tayyip Erdoğan pour réformer l’ONU devient raisonnable, même nécessaire, pour résoudre les problèmes politiques et mettre fin à la violence généralisée.

L’actuel Conseil de sécurité de l’ONU est composé de 5 membres permanents : les États-Unis, la Fédération de Russie, la Chine, le Royaume-Uni et la France. Il y a également 10 membres temporaires élus par l’Assemblée générale tous les deux ans. Mais comme ces 5 pays restent au sein du Conseil, ils ont une chance de contrôler tous les différends politiques et de prendre des décisions (résolutions) qui les aideront plutôt que d’aider d’autres États ou le système international. Des questions se posent à ce stade alors qu’il n’y a même pas un seul pays musulman, latino-américain ou africain au Conseil de sécurité de l’ONU et que les musulmans ne sont pas représentés. De la même manière, un pays gigantesque comme l’Inde et un groupe religieux important, les hindous, sont laissés à l’écart du processus décisionnel. Alors, n’est-il pas rationnel que cinq pays membres permanents travaillent sur un plan de réforme de l’ONU pour inclure d’autres États influents au Conseil afin de mieux répondre aux problèmes politiques, économiques et sociaux du monde contemporain ?

Ma réponse serait certainement « oui », mais il semble qu’il n’y ait pas beaucoup de soutien en faveur d’une réforme de l’ONU au sein du Conseil de sécurité. Ces États et leurs dirigeants n’ont pas honte de ne pas être capables de résoudre les problèmes terrestres et de permettre la poursuite du terrorisme, des guerres, des conflits ethniques, etc. Mais nous, les êtres humains, avons honte en leur nom car nous voulons que les enfants continuent de vivre en sécurité et heureusement dans tous les pays. La manière d’y parvenir est d’appliquer les décisions de l’ONU dans des cas comme la Palestine où il existe une solution réaliste et viable et de réformer l’ONU en incluant de nouveaux pays influents tels que l’Union européenne (UE), la Turquie, l’Iran, l’Inde, l’Afrique du Sud, Nigeria, Brésil, le Japon etc. pour mieux refléter l’équation de pouvoir actuelle et pour résoudre d’autres problèmes tels que le différend chypriote, le conflit du Cachemire, Taiwan, etc. avec de nouvelles résolutions/décisions.

C’est un fait que nous devons réformer l’ONU, car sinon le système s’effondrera à un moment donné et tous les États commenceront à poursuivre uniquement leurs propres intérêts nationaux, ce qui conduirait à un « état de nature » international au 21e siècle. Pour éviter cela, les dirigeants des 5 membres permanents devraient réagir rapidement pour arrêter les massacres, le terrorisme, etc. au lieu de penser au profit des compagnies d’armement. La mission de l’ONU n’est pas d’enrichir les entreprises mais plutôt d’assurer la sécurité des personnes. Sauvez l’ONU avant qu’il ne soit trop tard…

Assoc. Prof. Ozan ÖRMECİ

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.