LES ÉLECTIONS LOCALES DE TÜRKİYE EN 2024 : À QUOI S’ATTENDRE ?

upa-admin 01 Mart 2024 444 Okunma 0
LES ÉLECTIONS LOCALES DE TÜRKİYE EN 2024 : À QUOI S’ATTENDRE ?

Le 31 mars 2024, la Turquie connaîtra un nouveau processus démocratique. Cette fois, les Turcs se rendront aux urnes pour élire les maires de 81 villes et de 922 districts, ainsi que les membres des conseils municipaux. Ces élections représentent bien plus qu’une simple élection locale, car le pays a été entraîné dans un système politique autoritaire compétitif ces dernières années, le Président Recep Tayyip Erdoğan devenant de plus en plus l’autorité politique unique et incontestée de la ville dans le cadre du système hyperprésidentiel récemment adopté. L’opposition divisée, quant à elle, se fie aux mauvaises performances économiques du pays ces dernières années, dues à l’hyperinflation et à la dévaluation constante de la livre turque. Pour l’opposition, les élections symbolisent le maintien de l’espoir de changer le système et de revenir à une vie démocratique normale dans les années à venir. En ce sens, la compétition dans les grandes villes telles qu’Istanbul, Ankara, Izmir et Antalya est très intéressante pour les étudiants de la science politique turque. Dans cet article, je vais analyser les récents développements concernant les élections locales turques de 2024.

L’AKP (le Parti de la justice et du développement) au pouvoir et son partenaire de l’Alliance populaire (Cumhur İttifakı), le parti ultranationaliste MHP (le Parti d’action nationaliste), ont accepté de collaborer et de soutenir un candidat commun dans 30 villes métropolitaines et 29 autres villes. Cela permettra à Erdoğan de rester fort et de conserver sa position solide dans la politique de droite face aux nouveaux partis de droite, islamistes et nationalistes tels que le Parti de la victoire (Zafer Partisi), dirigé par le professeur de sciences politiques Ümit Özdağ, qui est hostile aux immigrants, le nouveau parti du bien-être islamiste (Yeniden Refah Partisi/YRP) dirigé par le fils de l’ancien Premier ministre islamiste Necmettin Erbakan, Fatih Erbakan, et deux autres partis scindés de l’AKP plus tôt (le Parti du futur/Gelecek Partisi d’Ahmet Davutoğlu et le Parti DEVA d’Ali Babacan). Cependant, contrairement aux élections générales et présidentielles de 2023, cette fois-ci, l’alliance électorale de l’AKP et d’Erdoğan dans le bloc de droite n’est restée qu’avec l’inclusion du MHP en tant que plus petit parti d’extrême droite, le BBP (Parti de la grande unité) n’a pas rejoint pleinement l’alliance et le YRP a refusé de faire partie de la politique du bloc. Malgré ces problèmes, presque tout le monde est certain que l’AKP aura à nouveau une large majorité dans le total des votes et qu’il sera en tête de l’administration municipale grâce au leadership incontesté du président Erdoğan et à son système de patronage politique construit au fil des ans. En outre, il convient de préciser que l’opposition n’a pas été en mesure de revitaliser son Alliance de nation (Millet İttifakı) en raison de différends au sein du bloc à la suite de l’élection présidentielle.

La compétition la plus importante et la plus intéressante se déroule dans la capitale économique du pays, Istanbul. Le maire sortant du principal parti d’opposition, le CHP (le Parti républicain du peuple) pro-laïque, Ekrem İmamoğlu a été une étoile montante de la politique turque au cours des cinq dernières années en raison du traitement injuste de l’AKP et des politiques le visant. En remportant la course municipale avec une légère majorité en mars 2019 en tant que jeune politicien inconnu, İmamoğlu a d’abord été confronté à la décision d’annulation de YSK (le Conseil électoral suprême de la Turquie). En juin 2019, İmamoğlu a cette fois remporté une victoire écrasante et est devenu l’ennemi numéro 1 du bloc au pouvoir. Grâce à ses campagnes de relations publiques réussies et à sa capacité de leadership naturelle, İmamoğlu est rapidement devenu le deuxième homme le plus célèbre du pays après le Président Erdoğan et a commencé à être traité comme le prochain Président. Mais avant l’élection présidentielle de 2023, alors que sa candidature en tant que leader de l’opposition bénéficiait d’un fort soutien, İmamoğlu a été confronté à une autre grande injustice, puisqu’un tribunal a tenté de prononcer une interdiction politique à son encontre en raison d’une déclaration politique. Cette élection est un tournant pour İmamoğlu puisque sa victoire garantira presque sa candidature à la prochaine élection présidentielle en tant que chef de l’opposition. Murat Kurum, quant à lui, est considéré comme le délégué du président Erdoğan qui pourrait apporter plus de services avec le soutien de l’autorité centrale. En outre, les deux partis soutiennent la division au sein de l’autre bloc afin d’augmenter leurs chances de victoire. Ainsi, alors que l’AKP a réussi à forcer le parti pro-kurde DEM à se présenter aux élections avec sa candidate Meral Danış Beştaş, le CHP est heureux de voir que l’islamiste YRP a décidé de ne pas rejoindre l’Alliance populaire et de se présenter aux élections avec son candidat Mehmet Altınöz. Le parti de centre-droit pro-laïque İYİ Parti (le Bon Parti) a également décidé de ne pas se rallier au CHP de gauche et a présenté Buğra Kavuncu comme candidat à l’élection du maire d’Istanbul. Tous les sondages d’opinion suggèrent que İmamoğlu a toujours une petite avance dans la course, mais la marge se rétrécit avec la publicité offensive et la stratégie de relations publiques de l’AKP. En fait, dans certains sondages, Kurum devance même İmamoğlu. Cependant, tout le monde s’accorde à dire que les élections à Istanbul seront très serrées et que seuls quelques points (1 à 3 %) de différence désigneront le camp victorieux.

À Ankara, bien que le président Erdoğan et l’AKP aient choisi le meilleur candidat parmi les alternatives, Turgut Altınok, un homme de droite expérimenté et leader municipal local, il semble que le candidat du CHP et maire sortant Mansur Yavaş soit en passe de remporter une nette victoire. Issu d’un milieu ultranationaliste (MHP), le succès de Yavaş devrait faire l’objet de recherches universitaires, car il a réussi jusqu’à présent à se forger une image parfaite, attirant à la fois les électeurs de gauche et de droite. Pour les électeurs d’Ankara, sa personnalité modeste et son attitude digne représentent probablement aussi parfaitement le sérieux de l’État turc. Les sondages d’opinion suggèrent une victoire relativement facile pour Yavaş dans la capitale de la Turquie le 31 mars 2024.

A Izmir, largement considérée comme un poste garanti pour les candidats du CHP au cours des dernières décennies, les sondages suggèrent étrangement que l’écart se réduit et que le candidat de l’AKP, Hamza Dağ, progresse fortement. La décision choquante du nouveau leader du CHP, Özgür Özel, de choisir Cemil Tugay à la place du maire sortant du CHP, Tunç Soyer, pourrait également être à l’origine de cette tendance négative pour l’opposition. Cependant, je pense que Tugay remportera toujours une victoire contre Dağ avec une légère marge.

Dans la capitale du tourisme, Antalya, les sondages suggèrent que le CHP a une petite avance avec son maire actuel Muhittin Böcek contre Hakan Tütüncü de l’AKP. Mais la marge est de l’ordre de 1 à 3 % et tout peut arriver dans les 30 prochains jours. Les élections d’Adana, de Hatay et de Balıkesir sont également très intéressantes, car les sondages révèlent une concurrence acharnée entre les candidats des deux grands partis. En outre, la réaction des électeurs turcs à Hatay constituera une étude de cas pour les spécialistes de la politique turque, puisque le Président Erdoğan a récemment déclaré que les électeurs de Hatay devraient soutenir le candidat de l’AKP pour bénéficier d’une meilleure aide d’Ankara en tant que ville victime d’un tremblement de terre. Les propos d’Erdoğan sont largement perçus comme une menace pour les électeurs, mais de nombreux commentateurs politiques ont affirmé que cela donnerait un avantage au candidat de l’AKP, Mehmet Öntürk, par rapport au maire sortant du CHP, Lütfü Savaş.

Enfin, il convient de préciser que les élections locales de 2024 représentent plus que de simples élections locales pour de nombreuses personnes en raison de la forte polarisation dans le pays basée sur les opinions politiques, les modes de vie et la proximité avec le gouvernement. En ce sens, bien que l’on s’attende à une avance de l’AKP, le succès de l’opposition dans les villes métropolitaines, en particulier à Istanbul, pourrait raviver les espoirs d’un retour à la démocratie. Le succès de Mansur Yavaş et/ou d’Ekrem İmamoğlu pourrait également ouvrir la voie à leur candidature à la prochaine élection présidentielle, normalement prévue en 2028. En outre, le succès de nouveaux et petits partis idéologiquement stricts tels que le parti d’extrême droite le Parti de la victoire, le parti islamiste radical le nouveau parti du bien-être (YRP) le parti pro-kurde DEM et le parti socialiste Parti travailliste turc (TİP) sera convaincant pour les personnes qui s’intéressent à la politique turque. Comme nous l’avons déjà mentionné, la réaction des électeurs de Hatay lors des scrutins pourrait également être considérée comme un test de la culture politique existante dans le pays.

Dr. Ozan ÖRMECİ

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.