LA TURQUIE PEUT-ELLE REJOINDRE BRICS+ ?

upa-admin 18 Mart 2024 603 Okunma 0
LA TURQUIE PEUT-ELLE REJOINDRE BRICS+ ?

Introduction

Considéré par Cliff Kupchan[1] comme l’un des six « États swing » (swing states) clés du 21e siècle – avec le Brésil, l’Inde, l’Indonésie, l’Arabie saoudite et l’Afrique du Sud -, la Turquie est une puissance régionale importante qui contribue grandement à la formation de l’ordre mondial multipolaire émergent. Membre à part entière des institutions occidentales en construction, notamment le Conseil de l’Europe depuis 1950 et l’OTAN depuis 1952, la Turquie est également en pourparlers d’adhésion avec l’Union européenne (UE) depuis 2005. Toutefois, l’adhésion de la Turquie à l’UE ne semble pas être un objectif réaliste ces derniers temps en raison du problème chypriote et de diverses autres questions problématiques qui éloignent Bruxelles et Ankara.

Pour diversifier sa recherche du multi-dimensionnalisme en politique étrangère depuis les années 1960, Ankara est également devenue membre de l’Organisation de coopération islamique (OCI) en 1969 (anciennement l’Organisation de la conférence islamique) et de l’Organisation des États turciques en 2009. En outre, pour diversifier davantage ses options stratégiques, la Turquie est récemment devenue un partenaire de dialogue de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) (2013) et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) (2017), en plus de son statut de partenaire stratégique de l’Union africaine (UA) depuis 2008. En tant que membre à part entière d’organisations économiques telles que la Banque mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI), la BID (Banque islamique de développement), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la Coopération économique de la mer Noire (OCEMN/BSEC), la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), l’Organisation des huit pays en développement pour la coopération économique (D-8) et le Groupe des vingt (G20), la Turquie fait actuellement l’objet de discussions politiques sérieuses sur son éventuelle adhésion aux BRICS+.

Dans cet article, je vais analyser et discuter de l’adhésion potentielle de la Turquie aux BRICS+. Mais tout d’abord, je vais résumer l’histoire des BRICS+ ainsi que leur statut actuel et leurs puissantes caractéristiques.

L’histoire des BRICS

BRICS est une abréviation utilisée pour désigner cinq pays qui contestent l’hégémonie occidentale dirigée par les États-Unis dans les affaires mondiales : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. Le regroupement informel de ces cinq pays au début des années 2000 s’est ensuite transformé en une importante organisation intergouvernementale. Le processus a commencé en 2006, lorsque – à un moment où les États-Unis étaient un acteur international très impopulaire dans le monde en raison de la guerre en Irak – des représentants du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine ont tenu une réunion informelle lors de l’Assemblée générale des Nations unies.[2] C’est l’économiste de Goldman Sachs Jim O’Neill qui a inventé le terme pour la première fois en 2001, d’un point de vue économique, dans son étude intitulée « Building Better Global Economic BRICs »[3], pour décrire ces quatre pays qui pourraient dominer l’économie mondiale d’ici 2050. En 2009, les réunions des BRIC sont devenues une organisation intergouvernementale légale sur la base des souhaits de ces quatre États et la première réunion officielle a eu lieu à Ekaterinbourg, en Russie. Lors de cette première réunion officielle, qui fait suite au discours tristement célèbre du président russe Vladimir Poutine lors de la Conférence sur la sécurité de Munich en 2007[4], le BRIC s’est engagé en faveur d’un ordre mondial multipolaire et de non-interventionnisme mondial et a appelé à la création d’une nouvelle monnaie de réserve mondiale pour remplacer le dollar américain.[5] En 2011, l’Afrique du Sud est devenue le cinquième membre de la plateforme, le nom BRIC devenant BRICS. La deuxième réunion des BRICS s’est tenue à Brasilia (Brésil), la troisième à Sanya (Chine), la quatrième à New Delhi (Inde), la cinquième à Durban (Afrique du Sud), la sixième à Fortaleza (Brésil), la septième à Ufa (Russie), la huitième à Benaulim (Inde), la neuvième à Xiamen (Chine), la dixième à Johannesburg (Afrique du Sud), la onzième à Brasilia (Brésil), la douzième à Saint-Pétersbourg, Russie (en vidéoconférence en raison de la pandémie de COVID-19), la treizième à New Delhi (Inde), la quatorzième à Pékin (Chine) et la dernière, la quinzième, l’année dernière à Johannesburg (Afrique du Sud).[6]

Bien que les BRICS aient pris quelques mesures d’institutionnalisation, telles que l’inauguration de la Nouvelle banque de développement (NDB)[7] et du Mécanisme de coopération interbancaire des BRICS[8], l’organisation reste une plateforme politique basée sur la compréhension mutuelle et la recherche de l’harmonie entre ses États membres et en particulier leurs dirigeants. Ainsi, l’organisation n’a toujours pas de charte, ne travaille pas avec un secrétariat fixe et ne dispose d’aucun fonds pour financer ses activités.[9] En outre, il n’existe pas de processus formel de demande d’adhésion aux BRICS, les nouveaux membres devant être approuvés à l’unanimité par les membres existants.

Toutefois, avec le temps, les États membres des BRICS ont pu développer un type de valeurs et d’intérêts communs qui sous-tendent une coopération mutuellement bénéfique et une vision commune pour un monde meilleur. Selon la déclaration de 2023 annoncée lors du sommet des BRICS de 2023 en Afrique du Sud, les principes directeurs des BRICS pour l’adhésion sont les suivants :[10]

  • L’esprit BRICS de respect et de compréhension mutuels, d’égalité, de solidarité, d’ouverture, d’inclusion et de consensus,
  • La pratique des BRICS consistant à consulter pleinement et à promouvoir une coopération concrète fondée sur le consensus,
  • La vision des BRICS qui consiste à renforcer le multilatéralisme, à consolider et à réformer le système multilatéral et à faire respecter le droit international,
  • L’objectif des BRICS de renforcer la coopération dans le cadre des trois piliers que sont la politique et la sécurité, l’économie et les finances, ainsi que la culture et la coopération entre les peuples,
  • La volonté de préserver l’identité, la cohérence et la nature consensuelle des BRICS en consolidant la coopération et en promouvant le développement institutionnel,
  • L’acceptation des objectifs et des principes inscrits dans la Charte des Nations unies en tant que pierre angulaire indispensable du multilatéralisme et du droit international,
  • Le soutien à une représentation accrue et à un rôle plus important des pays émergents et en développement dans le système international, y compris l’équilibre géographique,
  • Le soutien à une réforme globale des Nations unies, y compris de son Conseil de sécurité, afin de les rendre plus démocratiques, représentatives, efficaces et efficientes, et d’accroître la représentation des pays en développement au sein du Conseil, de manière à ce qu’il puisse répondre de manière adéquate aux défis mondiaux actuels et soutenir les aspirations légitimes des pays émergents et en développement d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, y compris le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud, à jouer un rôle plus important dans les affaires internationales, en particulier au sein des Nations unies, y compris de son Conseil de sécurité,
  • L’engagement en faveur du rôle central des Nations unies dans un système international dans lequel les États souverains coopèrent pour maintenir la paix et la sécurité, faire progresser le développement durable et assurer la promotion et la protection de la démocratie, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous.

Conformément à ces principes, lors du sommet des BRICS de 2023 à Johannesburg, en Afrique du Sud, les membres des BRICS ont approuvé l’adhésion de six États : Arabie saoudite, Iran, Émirats arabes unis (EAU), Égypte, Éthiopie et Argentine. Parmi ces États, l’Argentine a retiré sa candidature officielle sous l’égide de son nouveau président Javier Milei. Ainsi, parmi ces 6 États, 5 sont devenus de nouveaux membres de l’organisation, permettant aux BRICS d’atteindre le nombre de 10 États membres d’ici 2024. Avec l’approbation de ses nouveaux membres, l’organisation a commencé à être appelée BRICS+ par les médias internationaux[11], bien qu’aucun changement de nom officiel n’ait été annoncé jusqu’à présent. De nombreux pays se sont portés candidats à l’adhésion au BRICS+, qui devient chaque année une plateforme économique et diplomatique de plus en plus importante. Selon l’ambassadeur de l’Afrique du Sud auprès des BRICS+, M. Anil Sooklal, 22 pays ont officiellement posé leur candidature[12], dont l’Algérie, le Bahreïn, le Bangladesh, la Biélorussie, la Bolivie, le Cuba, le Kazakhstan, le Koweït, le Nigeria, le Pakistan, la Palestine, le Sénégal, la Thaïlande, le Venezuela et le Viêt Nam. La ministre sud-africaine des affaires étrangères, Naledi Pandor, a quant à elle déclaré que le groupe BRICS+ suscitait un énorme intérêt au niveau mondial et qu’elle avait reçu de nombreuses lettres officielles de la part de 12 pays différents pour leur adhésion potentielle.[13] Parmi ces États volontaires, le Mexique, la Tunisie et la Turquie sont également cités par certains journalistes. En ce sens, la poursuite de la croissance des BRICS+ dans les années à venir est une forte possibilité.

Les BRICS+ en chiffres

Les BRICS représentent 42 % de la population mondiale (3,2 milliards), 30 % de la surface totale du globe, 23 % du PIB mondial et 18 % du commerce mondial.[14] Selon les données du FMI pour 2020, les BRICS représentent déjà une part beaucoup plus importante de l’économie mondiale que le G7. Ainsi, la part des BRICS dans le PIB mondial est de 34 %, alors que la part des pays du G7 dans le PIB mondial est de 29 %.[15] Avec l’inclusion de 5 autres membres importants en 2024, les chiffres des BRICS dans ces catégories sont encore plus élevés. La caractéristique la plus frappante de l’expérience des BRICS à ce jour est l’obtention de résultats économiques positifs similaires à ceux de l’UE dans le passé. Depuis les années 2000, les économies des États membres des BRICS ont connu une croissance régulière, faisant de l’organisation un centre d’attraction pour les nouveaux membres. En ce sens, le rôle des BRICS+ dans l’économie mondiale sera encore plus dominant que celui du G7 dans un avenir proche.

Parmi les 10 membres actuels des BRICS+, 6 pays appartiennent au continent asiatique, plus précisément 3 ou même 4 (y compris l’Égypte, qui se trouve en fait sur le continent africain) membres sont originaires du Moyen-Orient, tandis que 3 membres sont situés en Afrique, et le Brésil est le seul membre sud-américain. En ce sens, les BRICS+ pourraient jouer un rôle important à l’avenir dans la résolution des crises politiques au Moyen-Orient et en Asie, car ils encouragent le renforcement des liens économiques entre les États plutôt que les approches militaires. En outre, avec l’inclusion des pays producteurs d’énergie, les BRICS+ pourraient également jouer un rôle influent sur le marché de l’énergie et contribuer à la fixation des prix du pétrole et du gaz. En outre, avec des pays ayant une position géopolitique importante, comme l’Égypte qui contrôle le canal de Suez[16] et l’Iran qui contrôle le golfe Persique, les BRICS+ sont récemment devenus un acteur clé dans les affaires mondiales, tant en géopolitique qu’en géoéconomie.

Jusqu’à présent, les BRICS ont contribué au développement des relations économiques entre la Russie et la Chine et à la remise en question du statut hégémonique du dollar américain dans le commerce mondial en encourageant l’utilisation des monnaies locales. Par exemple, d’ici 2023, 80 % des échanges entre la Chine et la Russie se feront déjà en roubles et en yuans.[17] Dans les années à venir, les BRICS exerceront une pression supplémentaire sur l’utilisation des monnaies locales dans les échanges commerciaux de ses membres, ce qui affaiblira certainement la situation hégémonique du dollar américain. Toutefois, il convient de préciser qu’à l’exception d’une position critique à l’égard de l’interventionnisme américain et du statut hégémonique du dollar américain, les membres des BRICS n’ont pas d’agenda politique strict et présentent de nombreuses différences entre eux en termes de préférences idéologiques et politiques. Par exemple, alors que la Chine, et surtout la Russie et l’Afrique du Sud, sont plus affirmatives et critiques à ‘’égard des pays occidentaux, le Brésil et l’Inde sont moins anti-occidentaux et veulent conserver leurs liens étroits avec les États-Unis et les pays européens.

Adhésion potentielle de la Turquie : Pourquoi pas ?

L’adhésion potentielle de la Turquie aux BRICS+ est une question largement débattue dans le pays en 2018. Il ne faut pas oublier que le président turc Recep Tayyip Erdoğan a assisté au sommet des BRICS en 2018 et a appelé à l’adhésion de la Turquie à l’organisation.[18] En outre, la Turquie est devenue récemment un partenaire de dialogue pour l’OCS, bien qu’elle ait certaines caractéristiques militaires qui pourraient être en contradiction avec l’adhésion d’Ankara à l’OTAN. Le président Erdoğan a même parlé d’une adhésion à part entière à l’OCS en 2022.[19] En ce sens, les BRICS+, qui n’ont pas de caractéristiques militaires, semblent être une organisation idéale et moins risquée pour l’adhésion à part entière de la Turquie que l’OCS.

Demircan pense qu’il y a 5 bonnes raisons pour que la Turquie devienne membre des BRICS :[20]

(1) C’est une plateforme pour les pays en développement comme la Turquie,

(2) Les deux parties défendent la multipolarité et la justice dans l’ordre mondial,

(3) C’est l’union de pays producteurs qui cherchent de nouveaux marchés comme la Turquie,

(4) C’est une institution pour les nations colonisées et opprimées et la Turquie n’a jamais vraiment été un État impérialiste comme les pays occidentaux,

(5) Les membres des BRICS et la Turquie ont tous deux une population jeune et dynamique.

L’homme qui a inventé le terme, Jim O’Neill, pense également que la Turquie pourrait être un membre idéal des BRICS élargis ou des BRICS+ en raison de ses relations problématiques avec le système mondial centré sur les États-Unis.[21]

L’ambassadeur chinois à Ankara, Son Excellence M. Liu Shaobin, a déjà annoncé en 2023 que son pays soutenait l’adhésion de la Turquie aux BRICS+.[22] Chivvis, Coşkun et Geaghan-Breiner ont par ailleurs écrit que la nouvelle « politique étrangère à 360 degrés » de la Turquie était basée sur la flexibilité et l’indépendance stratégique et qu’Ankara ne considérait pas ses ouvertures diplomatiques multidimensionnelles comme une contradiction avec sa politique étrangère classique.[23] Diriöz a écrit que le traitement injuste d’Ankara par l’UE au cours du processus d’adhésion a également renforcé la recherche d’autonomie stratégique d’Ankara et son désir de devenir membre des BRICS.[24] Karataş pense également que la position stratégique d’Ankara n’est ni pro ni anti-occidentale, mais plutôt basée sur la compréhension du « siècle de la Turquie », qui représente une politique étrangère plus indépendante d’esprit, plus affirmée et basée sur l’intérêt national.[25] Cependant, Karataş ajoute également que l’élite politique turque ne remet pas en question l’adhésion du pays à l’OTAN et n’abandonne pas le processus d’adhésion à l’UE. C’est pourquoi il conclut qu’en raison des risques d’un alignement complet sur les BRICS+, la Turquie tentera pour le moment d’améliorer ses relations économiques et politiques avec les membres des BRICS+ et ne cherchera pas à en devenir membre.[26] Mais Victor Gao du Center for China and Globalization (CCG) pense qu’il n’y a pas de restriction sacrée basée sur le Coran pour qu’Ankara devienne membre des BRICS+, de sorte que la Turquie et le Mexique pourraient très bien devenir membres de cette organisation dans un avenir proche.[27]

De mon point de vue, l’adhésion aux BRICS+ serait une étape avantageuse à bien des égards. Tout d’abord, l’économie mondiale se déplace vers l’Est (l’Asie) et aucun des pays du monde ne peut faire quoi que ce soit contre ce changement systémique. En ce sens, l’adhésion aux BRICS+ et la coopération étroite avec des États asiatiques puissants tels que la Chine et la Russie ne seraient pas une décision irrationnelle pour Ankara. Deuxièmement, la Turquie n’est pas traitée de manière égale et équitable dans ses relations avec Washington (États-Unis) et Bruxelles (UE). Bien que l’adhésion d’Ankara à l’UE ait été bloquée par les pays européens et que le gel du processus d’adhésion complète ait entraîné la détérioration des progrès démocratiques de la Turquie, seule Ankara a été accusée de cette relation toxique par le public et les médias occidentaux. A mon avis, comme les relations impliquent un minimum de deux parties, les erreurs sont réciproques en diplomatie. En ce sens, la recherche par la Turquie d’une autonomie stratégique et d’une adhésion aux BRICS+ est une solution rationnelle, sage et pragmatique pour améliorer ses relations avec l’Occident. Peut-être que grâce à son adhésion aux BRICS+, Ankara pourrait même enfin avoir une réelle chance de devenir un membre à part entière de l’UE. Enfin, l’adhésion de la Turquie aux BRICS+ pourrait susciter des demandes et des efforts en faveur d’une réforme des Nations unies, qui semble absolument nécessaire pour maintenir la paix et la stabilité dans le monde. Le président Erdoğan a mis en œuvre ce type de politique étrangère au cours des dernières années avec la devise « Le monde est plus grand que cinq » pour critiquer la composition du Conseil de sécurité de l’ONU, qui ne pouvait rien faire pour empêcher les génocides, les massacres et les guerres.

Toutefois, il convient d’être conscient des risques d’une telle démarche. En ce sens, le principal risque serait l’isolement croissant d’Ankara par rapport aux institutions occidentales et/ou au sein de celles-ci. Mais étant donné que les liens cordiaux de la Turquie avec l’Occident se poursuivront en raison de son appartenance – toujours – incontestée à l’OTAN et que les BRICS+ ne comportent aucune caractéristique sécuritaire/militaire, les conséquences de ce mouvement pourraient ne pas être si risquées pour Ankara. Deuxièmement, en essayant de maintenir son système politique dans les limites de la démocratie et du marché libre, Ankara, en s’éloignant de l’Occident et en se rapprochant de l’Orient, pourrait créer des charges supplémentaires et de nouveaux problèmes en termes de gouvernance et de démocratie. Mais compte tenu de la position du Brésil et de l’Inde, deux grandes démocraties, Ankara pourrait très bien conserver et même améliorer sa démocratie avec l’adhésion aux BRICS+. Après tout, les BRICS+ n’interviennent pas dans la politique intérieure des pays membres et encouragent les États à coopérer entre eux plutôt qu’à se faire concurrence.

Conclusion

En conclusion, les États-Unis et leurs alliés ne parvenant pas à instaurer un ordre mondial juste et fonctionnel, ils perdent constamment du pouvoir et le monde évolue vers un nouveau multipolarisme. Dans un tel système, les pays disposant d’un large éventail de réseaux commerciaux, d’avantages géopolitiques et de systèmes politiques nationaux stables seront plus influents. En ce sens, la Turquie a un grand potentiel pour devenir une puissance régionale d’envergure mondiale si elle peut renforcer ses liens diplomatiques avec des pays du monde entier. La Turquie a un réel potentiel pour y parvenir si elle ne tombe pas dans les pièges occidentaux comme dans le cas de la guerre civile syrienne. En ce sens, l’adhésion de la Turquie aux BRICS+ devrait être réalisée le plus rapidement possible afin qu’Ankara montre à ses alliés occidentaux qu’elle prend très au sérieux cette « nouvelle donne » en matière de politique étrangère. D’autre part, le rôle de la Turquie dans les BRICS pourrait ressembler à celui du Brésil de Lula, mieux intégré et entretenant de bonnes relations avec l’Occident, sans pour autant ignorer ou sous-estimer, mais au contraire en renforçant, le pouvoir du « Sud mondial ». Enfin, la contribution de la Chine à l’implication de la Turquie dans les BRICS pourrait être un atout majeur pour les deux parties, puisque Pékin a besoin de partenaires régionaux forts pour développer et mettre en œuvre avec succès son projet « La Ceinture et la Route » (ICR) et que la Turquie a besoin d’investisseurs forts pour développer son économie.

Dr. Ozan ÖRMECİ

 

[1] https://foreignpolicy.com/2023/06/06/geopolitics-global-south-middle-powers-swing-states-india-brazil-turkey-indonesia-saudi-arabia-south-africa/.

[2] https://www.britannica.com/topic/BRICS.

[3] https://www.goldmansachs.com/intelligence/archive/building-better.html.

[4] https://www.youtube.com/watch?v=hQ58Yv6kP44.

[5] https://www.britannica.com/topic/BRICS.

[6] https://politikaakademisi.org/2024/01/05/bricsin-genislemesi-abd-hegemonyasina-bir-meydan-okuma-mi/.

[7] https://www.ndb.int/.

[8] https://xn--90ab5f.xn--p1ai/en/international-multilateral-cooperation/the-brics-interbank-cooperation-mechanism/.

[9] https://www.ipea.gov.br/forumbrics/en/learn-about-brics.html#:~:text=As%20a%20group%2C%20BRICS%20has,funds%20to%20finance%20its%20activities.

[10] https://brics2023.gov.za/wp-content/uploads/2023/11/BRICS-Membership-expansion-guiding-principles-criteria-and-standards-2023.pdf.

[11] https://www.aceprensa.com/english/brics-an-alternative-to-the-western-bloc/.

[12] https://www.voanews.com/a/more-countries-want-to-join-brics-says-south-africa-/7190526.html.

[13] https://www.wionews.com/world/south-african-foreign-minister-naledi-pandor-sees-indias-g20-leadership-as-opportunity-for-global-south-568817.

[14] https://brics2023.gov.za/evolution-of-brics/.

[15] https://moderndiplomacy.eu/2023/07/26/is-it-possible-to-see-turkiye-into-brics/.

[16] https://www.indyturk.com/node/656646/d%C3%BCnyadan-sesler/brics-plus-ve-yeni-d%C3%BCnya-d%C3%BCzeninin-temelleri.

[17] https://moderndiplomacy.eu/2023/07/26/is-it-possible-to-see-turkiye-into-brics/.

[18] https://www.turkishminute.com/2023/08/02/opinion-is-turkey-serious-about-joining-brics/.

[19] https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-09-17/turkey-seeks-china-led-bloc-membership-in-threat-to-nato-allies.

[20] https://moderndiplomacy.eu/2023/07/26/is-it-possible-to-see-turkiye-into-brics/.

[21] https://www.aa.com.tr/en/turkiye/turkiye-obvious-nation-for-expanded-brics-says-leading-economist/2896122.

[22] https://www.presstv.ir/Detail/2023/09/02/710130/China-BRICS-Turkey-membership-idea-envoy.

[23] https://carnegieendowment.org/2023/10/31/t-rkiye-in-emerging-world-order-pub-90868.

[24] https://www.dailysabah.com/opinion/op-ed/what-should-be-turkiyes-approach-to-brics.

[25] https://politicstoday.org/should-turkey-join-brics/.

[26] https://politicstoday.org/should-turkey-join-brics/.

[27] https://www.dw.com/tr/t%C3%BCrkiyenin-bricse-kat%C4%B1lamayaca%C4%9F%C4%B1-kuranda-yazm%C4%B1yor/a-67682398.

Leave A Response »

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.